Pascal Lapointe

Pascal Lapointe

Homme |
Montreal

8
coéquipiers
2
abonnés


27806 visites

Écrit pour La Zone de Boxe (lazonedeboxe.com); ne compte reproduire ici que des sujets qui ne sont PAS sur la page d'accueil de LZDB.
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes Coéquipiers
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires

Combats de la fin de semaine (24-25 février 2012)

Vues:999 4 votes

Ceci n’est évidemment pas un article. Il ne s’agit que de mes impressions sur les combats télédiffusés en Amérique du Nord en fin de semaine prochaine, un peu en vrac. Le français est parfois peu élégant, mais l’objectif est de couvrir le week-end en quelques traits rapides :


Vendredi (fiches des boxeurs : http://boxrec.com/date_search.php?yyyy=2012&mm=02&dd=24)

Showtime
À sa dernière présence dans le ring, Jesse Vargas a eu la chance de faire partie du même programme télévisé que Floyd Mayweather fils. Le prix à payer : se mesurer au meilleur cerbère (gatekeeper) de la catégorie des super-légers, Josecito Lopez. Vargas a remporté une très courte victoire, mais personne ne lui en tient rigueur, étant donné l’ampleur du défi qu’il devait relever.

La récompense de Vargas est une affectation un peu plus simple sans être facile, Lanardo Tyner. On a récemment vu Tyner au Québec alors qu’il a été le dernier adversaire de Kevin Bizier. C’est d’ailleurs à l’honneur du boxeur de Saint-Émile qu’un pugiliste qu’il a battu facilement soit encore accepté pour une finale Shobox. Vargas pourra se faciliter la tâche en gardant les échanges à l’extérieur, où Tyner est plutôt inoffensif. À tout le moins, « Pain Server » apporte durabilité irréprochable et capacité de forcer un certain niveau d’action.

La semaine dernière Aris Ambriz; cette semaine, Ryan Davis. Les normes de matchmaking de Shobox seraient-elles en voie d’assouplissement? Bon, ce ne sont que deux noms, on verra. Reste que Davis est clairement sous-qualifié pour cette mission. Tous les drapeaux rouges sont là : une absence totale de victoire substantielle; une défaite contre la version quadragénaire d’Anthony Ivory; un blanchissage subi aux mains d’un Jonathan Reid diminué, qui a ensuite perdu neuf combats d’affilée.

Néanmoins, la victoire est essentielle pour Deandre Latimore, qui doit retrouver un peu d’élan après avoir été relégué jusqu’au onzième rang par l’IBF, jugement qui semble sévère pour une défaite majoritaire en éliminatoire contre Sechew Powell. Mais il faut dire que ça fait deux ans et il n’a que deux victoires inutiles depuis. Les joies d’avoir Don King comme promoteur.

ESPN2
Après deux épisodes plutôt désastreux, Friday Night Fights se tourne vers les poids plume pour redresser la situation. Et ça devrait marcher. Juan Carlos Burgos est un solide aspirant mondial qui compense l’absence de qualités de niveau élite par un coffre d’outils bien garni. Il a notamment remporté sur Luis Cruz une solide victoire par décision majoritaire (qui aurait dû être unanime) en préliminaires de Manny Pacquiao-Juan Manuel Marquez III.

Burgos affrontera Cristobal Cruz. Malgré ses 11 défaites à l’époque, Cruz a connu de 2007 à 2010 une superbe séquence qui lui a fait de lui un champion IBF avec deux défenses derrière la cravate; c’est Orlando Salido qui a mis fin à son règne. On dit peut-être trop souvent des boxeurs qu’ils ont un style peu orthodoxe, mais dans le cas de Cruz, c’est on ne peut plus vrai. Par exemple, il lui arrive souvent de lancer des attaques à distance en utilisant sa tête plutôt qu’un jab pour déstabiliser son adversaire. Cette tendance lui a d’ailleurs valu des coupures qui ont abrégé deux de ses trois derniers combats. C’est ce qui risque de gâcher le spectacle vendredi.

La demi-finale met en vedette Edgar Santana, que je ne connais pas vraiment parce qu’il a été inactif de 2008 à 2011. Je retiens une victoire sur Josecito Lopez qui donne beaucoup de corps à un dossier par ailleurs plutôt mince. Il affrontera Manuel Perez, adversaire de service dont la caractéristique principale semble être de gagner deux rounds – et seulement deux rounds – contre tout le monde.

Samedi (fiches des boxeurs : http://boxrec.com/date_search.php?yyyy=2012&mm=02&dd=25)

HBO
Après son impressionnante destruction de Juan Urango, on accordait à Devon Alexander des chances de faire partie à moyen terme des dix meilleurs boxeurs toutes catégories. Après trois performances relativement décevantes qui auraient pu (dû?) toutes être des défaites, où Andriy Kotelnyk, Tim Bradley et Lucas Martin Mathysse ont notamment mis à jour des lacunes sur le plan du timing, ce train a définitivement quitté la gare. Pour rester dans la mire de HBO, Alexander doit prendre des risques. Et Marcos Maidana, son adversaire de samedi, est un danger ambulant. Alexander peut s’encourager en comptant sur les similitudes entre les cogneurs que sont Urango et Maidana et souhaiter un autre K.-O. spectaculaire.

En demi-finale, le choc entre Adrien Broner et Eloy Perez découle-t-il d’une pensée originale du côté de HBO ou simplement de la volonté de faire plaisir à Golden Boy Promotions (promoteur des deux hommes) et à Al Haymon (gérant de Broner)? Peu importe, c’est une fichue bonne idée d’apparier deux jeunes vedettes montantes dont la fiche combinée est de 45-0-2. Il y aura beaucoup d’habiletés de part et d’autre. Perez est tout en esquives et en vivacité, la main gauche souvent basse. Broner est très léger sur ses jambes, que ce soit pour sortir de la zone dangereuse après une attaque ou pour éviter les contacts s’il le faut. Il peut aussi se servir de sa puissance bien au-dessus de la moyenne – son trait distinctif pour un gars de son style – afin de démolir un rival si l’occasion se présente. J’imagine assez facilement sa combinaison de vitesse et de force de frappe inciter Perez à se battre les mains plus hautes que d’habitude. Si ça arrive, je ne sais pas si ce dernier pourra trouver ses repères à l’attaque.

Allemagne
Je n’ai jamais vu Marco Huck comme un champion poids lourds en devenir, malgré un dossier impeccable dans la catégorie des 200 livres, parce que j’ai toujours trouvé que ses grands avantages sur ses adversaires étaient physiques, la force notamment. La formule « bouscule et frappe » lui a souvent été bénéfique. Il abandonne cela en passant dans la catégorie reine. Et il faut dire qu’il s’attaque quand même à un gros morceau en Alexander Povetkin.

GoFightLive.tv
Le gala, présenté sur le Web, est relativement mineur, et je ne connais pas la tête d’affiche, Ronald Cruz, mais il a une fiche respectable pour un gars de 15 combats et il affronte Allen Conyers. Ce dernier est toujours intéressant. C’est killed or be killed avec lui. Un cogneur pas de mâchoire, pas de mouvement de tête. Une belle garde cependant. Pour chaque fois qu’il s’est fait geler dans sa carrière, il a gelé un espoir. Ça va être intéressant dans un sens ou dans l’autre.

Feed

Pascal Lapointe a dit...

Je n'ai jamais pensé que tu traitais que que ce soit de jambon, André.

Ce que je voulais souligner, c'est qu'il y a des espoirs qui prennent des risques moins calculés que d'autres (qui choisissent moins leurs adversaires "avec soin"). En se frottant à Josecito Lopez, Vargas s'est classé dans cette catégorie. Tyner était plus un retour à la normale. Reste à voir ce que Vargas fera à ses prochains combats.

andré vallières a dit...

Pascal
D'accord, j'ai pas traité Tyner de jambon, ni les deux derniers adversaires de Vargas.

Pascal Lapointe a dit...

Vargas est quand même je dirais dans les forts pour ce qui est des risques pris dans les combats 15 à 20. C'est sûr que c'est Josecito Lopez qui fait toute la différence, mais Walter Estrada, Lopez et Tyner à ses trois derniers combats, c'est plus que légitime.

Me semble que je verrais bien un Vargas-Bizier. Le Mexicain est pas mal plus complet, mais il est assez facile à convaincre de faire un combat de courte portée, et Bizier lui est supérieur à cette distance. Un choc de styles intrigant.

andré vallières a dit...

J'aussi regardé Vargas vs Tyner, un combat très salaud dans lequel l'arbitre a perdu partiellement le contrôle. Si TYner avait plus d'habiletés ou plus de puissance, Vargas aurait été dans le trouble. Mais comme dans le cas de plusieurs invaincus, les adversaires de Vargas sont choisis avec soin, je crois.

andré vallières a dit...

C'est bien vrai que le combat Nunez-Latiomore était ennuyant jusqu'au 9e round. Nunez ne semblait pas avoir suffisamment de puissance dans ses coups pour faire reculer Latimore, qui boxait à sa guise. Il l'a sérieusement ébranlé au 9e; Latimore est allé au tapis à la suite de plusieurs coups et d'un accrochage, et Cortez lui a donné un compte discutable. AU 10e je m'attendais à voir Nunez sortir en lion pour essayer d'en finir, mais non. LAtimore est quand même allé au tapis encore, suite à un coup de tête qui avait un peu l'air d'un coup de poing et COrtez lui a encore donné un compte(!) Finalement, Nunez a cessé d'attaquer arpès celà, comme si on lui avait dit qu'il n'était pas supposé de gagner...

Pascal Lapointe a dit...

Eh bien, je vais regarder ça. J'ai écouté les deux premiers rounds de Latimore-Nunez et j'ai abandonné. Ma connexion n'était pas très bonne et ça avait l'air plaaaate.

Pour Burgos-Cruz, c'était une solide démonstration de compétence par un nboxeur qui appartient indéniablement au top 10 de sa catégorie, quoi qu'en dise Teddy Atlas.

andré vallières a dit...

La machoire de Nunez s'est avérée bien meilleure que celle de Latimore finalement. Il s'en est fallu de peu pour que Latimore ne finisse pas le 9e round.

J'ai manqué les 6 premiers rounds de Burgos-Cruz, mais les 4 derniers étaient quand même pas mal.

Pascal Lapointe a dit...

Ryan Davis remplacé par Milton Nunez. Je pense que sa mâchoire est ordinaire.

http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=358405&cat=boxer

Dominico S a dit...

Ça prend un k.o. a Maidana.

andré vallières a dit...

Avec ALexander, ce n'est pas l'ennui qui nous guette, mais bien la manipulation des juges.

Joey Gamache a dit...

Alexander n'est jamais dans un combat ennuyant! Si ses combats sont serrés, c'est parce qu'il affronte l'élite.

andré vallières a dit...

J'aime tellement quand Devon fait son entrée, avec sa superbe casquette des Cards, quelle tête à claques! Je serai vraiment très heureux si El Chino lui règle son cas avant le round final. Je ne serais pas surpris que ça finisse par une coupure grave à Devon, Maidana ne fait pas dans la dentelle et DEvon est souvent imprudent dans ses déplacements.

Pascal Lapointe a dit...

Très bon point à propos de Saint-Louis. C'est un enjeu très important du combat Alexander-Maidana.

Adrien Meure a dit...

Je te rejoins pour Huck, ce n'est pas la bonne catégorie pour lui... Mais on ne peut pas lui en vouloir de se donner un challenge comme celui-là! Je pense que le temps des lourds-légers qui ont du succès chez les lourds est plus ou moins fini. Avec le gabarit des poids lourds aujourd'hui (les Klitschkos, Helenius, Fury...), les "petits" lourds-légers n'ont pas la chance d'être réellement compétitifs.

Adrien Meure a dit...

Excellent article, comme toujours! Burgos est toujours intéressant à voir boxer, et contre Cruz ça ne devrait pas changer! Sinon j'aime beaucoup quand les promoteurs opposent deux bons jeunes comme Broner et Perez, bon combat en perspective, avec une belle finale. J'espère que Maidana va finalement sortir Alexander du top 5 de cette super catégorie des 140 lbs. Il est à noter que le combat est à St Louis, où les juges ne sont pas très honnêtes (parlez-en à Kotelnik et Matthysse), Maidana n'a donc pas intérêt à ce que le combat aille en décision, et ça tombe bien puisque l'Argentin cherche toujours le K.O.

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010