Claudine Douville

Claudine Douville

Femme |
montréal

189
coéquipiers
85
abonnés


visites

"Le rivage est plus sûr, mais j'aime me battre avec les flots." -Emily Dickinson
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mur de commentaires

Rester à flots

Vues: 1 vote
Claudine Douville Catégorie : JO Mots-clés : nage synchronisée
146590_large

On se demande ce que les Canadiennes auraient pu faire de plus pour aller chercher de meilleures notes à la compétition de nage synchronisée en équipe. Leur chorégraphie, sous le thème du cirque, était tout simplement magnifique. Elles l’ont nagée avec aplomb, avec brio et ont magistralement réussi les figures les plus difficiles. Leur joie è la fin de leur prestation n’était pas feinte, pas plus que l’enthousiasme débordant de leur entraîneur Julie Sauvé qui ne contenait plus sa fierté devant la performance de « ses » filles.

Mais malgré la difficulté, le résultat mathématique n’était pas là. 95,230 pour une chorégraphie de ce rythme et de cette ampleur, c’est trop peu. Et l’écart de 1,7 avec la troisième place, trop grand. Ce même questionnement pouvait même se poser entre l’Espagne, 3e et la Chine, 2e. On se demande parfois où les juges vont chercher ça. Après le programme technique, tout était joué. Les 8 positions sont restées les mêmes après le programme libre. Même les écarts entre les équipes se sont répétés.

La nage synchronisée fait face à un problème, un problème dont on a tendance en faire porter tout le poids sur les épaules des juges, ce qui est tout de même un peu injuste. C’est comme tirer sur le messager… C’est en amont qu’il faut aller. Les juges doivent travailler avec les outils qu’on leur donne. Deux panels de sept juges notent les performances soit techniques, soit artistiques. Mais à l’intérieur de chaque performance, il y a trois évaluations différentes : exécution, synchronisation et difficulté pour l’aspect technique, chorégraphie, interprétation musicale et présentation pour l’artistique. Chacun des juges se retrouve donc avec plusieurs facettes à observer et à évaluer. Pas étonnant que certains détails leur échappe parfois.

La nage synchronisée rencontre mêmes difficultés qu’ont connus le patinage et la gymnastique artistique. Dans les deux cas, on a fait une refonte du code de pointage, on a changé la façon de faire et rendu le jugement le plus juste possible. Et ça peut fonctionner. On l’a vu en gymnastique avec la médaille de bronze de l’Américaine Alexandra Raisman, d’abord placée derrière la réputée Roumaine Catalina Ponor, puis surclassée après que son appel ait été entendu. Elle avait été plus solide dans l’ensemble, son exercice plus relevé et on a reconnu qu’elle n’avait pas reçu tout le crédit qu’elle devait pour une manœuvre réussie.

Le revers de la médaille, on l’a vu aux arçons dans le cas cité dans un billet précédent (Splendeurs et misères de la gymnastique) alors que les Japonais ont été récompensés pour le risque pris dans une sortie, quand celle-ci a été partiellement ratée. Et c’est là que guette l’écueil : faut-il augmenter de plus en plus le risque au détriment de la pureté de l’exécution? On n’est quand même pas à monter une génération de cascadeurs…

La nage synchronisée reste un sport formidable, dont toutes les exigences ne sont pas assez reconnues, étant dissimulées derrière toute la polémique engendrée par le jugement et les notes. Il faudra cependant que ça se règle bien vite, parce que derrière ces tracasseries, il y a des athlètes qui s’investissent complètement dans un sport auquel elles croient et consacrent plusieurs années de leur vie. Et il serait trop injuste de les laisser tomber.

Feed

sanslarondelle a dit...

L'aspect "compétition truquée" par les juges assombrit cette disicpline sportive et je ne la regarde pas sachant ou ayant l'impression que ce sera les pays "copains d'abord" qui auront les médailles.

Désolé. Plus de transparences s'avère nécessaire.

véloboy a dit...

@roger regina: je ne vois absolument pas où vous voulez en venir avec votre "temps pour chaque chose", par contre, une chose que je sais, c'est que ce n'est pas en répétant les-mêmes choses années après années, olympiques après olympiques qu'on fait évoluer un sport. Dans tous les sports de figures jugés, à chaque année, chaque championnat du monde, chaque olympique, on attende toujours de voir quel(s) athlète arrivera avec LA nouvelle figure. Juste à regarder les compétitions de plongeons,gymnastique, ski accrobatique, patinage artisitque etc... pour voir que tous ces sports ont beaucoup, beaucoup évolué au cours des 15-20 dernières années, alors pourquoi en serait-il autrement pour la nage synchro????

Une chose est sûre, pour avoir pratiquer quelques sports à un assez haut niveau, je ne pourrais pas être plus en désaccord avec votre vision des choses, qui me semble bien conservatrice et rétrograde.

ldcote a dit...

Je ne suis pas un fan ou grand connaisseur de nage synchronisé, mais je sais reconnaitre une performance extraordinaire et SURTOUT différente. Je ne dis pas que les 3 premières n'ont pas été extra, mais j'ai trouvé que leur performances se ressemblaient beaucoup.

Comme l'a si bien dit Claudine: Quand c'est aux athlètes à s'ajuster aux juges... Il y a un problème...

En tout cas, ma copine, qui adore ce sport, était abasourdie suite à ce pointage "biaisé" des juges, pourquoi au juste on ne voit pas le pointage de chaque juge, comme un peu en plongeon ??

Mais bon, on ne peut qu'être fière de nos canadiennes qui ont effectuées une performance de championne et ce sera pour une prochaine fois !!

Roger Régina a dit...

Il est vrai que Julie Sauvé est une excellente entraîneuse reconnue sur la scène mondiale mais...son jugement lui, aurait du lui dicté la prudence en cette année olympique...il y a un temps pour toute choses dans la vie comme le disait si bien Qohelet, un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté ; un temps pour abattre, et un temps pour bâtir ; un temps pour se lamenter, et un temps pour danser ;un temps pour lancer des pierres, et un temps pour ramasser des pierres ; un temps pour embrasser, et un temps pour s'éloigner des embrassements ;un temps pour chercher, et un temps pour perdre ; un temps pour garder, et un temps pour jeter ;un temps pour déchirer, et un temps pour coudre ; un temps pour se taire, et un temps pour parler ;un temps pour aimer, et un temps pour haïr ; un temps pour la guerre, et un temps pour la paix...quand Julie Sauvé aura compris ce message...le Canada, Nage synchro et les athlètes pourront enfin recevoir l’honneur qui leur et du.

Claudine Douville a dit...

Le commentaire qui suit est celui de monsieur Roger Gélinas, et non le mien. Je l'ai effacé par mégarde et c'est le seul moyen que j'ai trouvé de le récupérer.Mais je ne suis pas d'accord.
@Roger Gélinas Julie Sauvé est une excellente entraîneure reconnue sur la scène mondiale. Son approche est la seule façon de faire bouger ce sport figé depuis quelques années. Quand un athlète doit s'adapter aux juges et non le juge s'adapter aux performances des athlètes, il y a un problème...

Claudine Douville a dit...

De Roger Gélinas. - "C'est la faute de Julie Sauvé si les nageuses synchronisé fond rarement le podium...aux lieux de s'acharner à vouloir donner un spectacle et impressionner la foule, elle devrait suivre l'exemple des chinoises et des Russes qui ont finis sur le podium, elle, elle ont comprissent que le plus important pour gagner une médaille, c'était de perfectionner le conventionnel. Si le Canada était resté conventionnel au lieu de chercher à être à l'avant-garde, peut-être qu'on nous aurait mis premier...si Julie Sauvé le savait par expérience (Sylvie Fréchette) que les juges de nage synchronisé, comme elle le dit elle même, ne sont pas avant-gardistes et qu'ils aiment le conventionnel, pourquoi a telle essayer de leur forcer la main, encore une fois, aux jeux olympique...elle avait trois année pour le faire...et elle n'a toujours pas comprise le message...c'est a vous Julie Sauvé de changer...et non aux juges...s.v.p. Réveillez-vous pour le bien-être de ce sport..."

Al Saad a dit...

Les juges répètent erreurs après erreurs en ces jeux olympiques, ils ont couté une médaille au boxeur Cutio Clinton et quoi dire du match entre les Canadiennes et les Américaines au soccer mal arbitré. Bref, peut-être suis-je aveuglé par ma partisanerie canadienne. L'erreur est humaine. Bon billet 5*****

Renaud Lemieux a dit...

c plate, tout le monde semblent vraiment dire qu'elle méritait mieux, donc une médaille, mais hey, on est fier d'elles, elles ont fait mieux que certaines sur le podium so... bref, elles sont hot et jai hate de les revoir en action !!!

Jacques Archambault a dit...

Les Canadiennes et les Espagnoles ont été les plus applaudies parce qu'elles ont transmises de l'émotion ce que les Chinoises et Russes n'ont pas dégagée; tant que les notes de juges ne seront pas publiques au moment du jugement, on devra vivre avec leurs petits secrets!!!

explorare a dit...

Excellent billet. Merci. Ce sport perd de la crédibilité, une refonte du code de pointage est nécessaire et essentiel. Sinon on serait quasiment mieux de laisser voter le public : Nage Synchro Académie!

véloboy a dit...

C'était simplement du vol!!! Même le programme des Espagnoles était supérieur à celui de Chinoises.

Avec toutes les figures techniques et le dynamisme de la routine, les Canadiennes méritaient au moins de monter sur le podium. Leur performance a été éclatante et précise, mais il semblerait que les juges avaient la tête ailleurs. C'est une vraie honte pour ce sport et pour les Olympiques en plus de jeter une douche d'eau froide sur tous les efforts que les filles ont faites pendant ces dernières années pour monter une routine hors de l'ordinaire. Malheureusement, des juges ordinaires ont saboté une performance extraordinaire.

Bravo les filles, lâchez pas, un beau jour, les juges vous reconnaîtront à votre juste valeur!!

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010