Patrick Friolet

Patrick Friolet

Homme | 30 ans
Chambly

117
coéquipiers
53
abonnés


visites

Suivez-moi sur twitter : @PfrioletRDS
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes Coéquipiers
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires

1re crise pour Schällibaum

Vues: 9 votes
160266_large

Si personne ne voulait s’inquiéter après avoir connu des matchs difficiles contre des équipes battables, soit Colorado, Toronto et Chivas USA, que doit-on penser de l’Impact, qui vient de subir sa pire défaite en MLS, contre les Red Bulls de New York ?

On se disait que l’équipe avait accumulé un peu de fatigue, avec 3 matchs en l’espace de 9 jours. Mais comment expliquer que les joueurs se sont présentés de cette façon sur le terrain, après une semaine complète d’entraînement et de préparation ?

Dès le départ, les montréalais accusaient un pas de retard sur leurs adversaires. Dès que les Red Bulls s’emparaient du ballon, l’Impact reculait profondément dans son territoire, en laissant beaucoup trop d’espace à ses adversaires.

Rappelez-vous la 1re mi-temps contre le Toronto FC il y a une dizaine de jours…les Torontois appliquaient une pression constante sur la ligne défensive de l’Impact et provoquaient ainsi de nombreuses erreurs. Cette fois-ci, le pressing était là, mais pas aussi agressif que celui des Reds. Sans faire face à une si grande pression, l’Impact a commis plusieurs erreurs techniques et donnait beaucoup trop d’espace pour la contre-attaque New-Yorkaise.

On a qu’à penser au premier but de la rencontre, marqué par Eric Alexander. Il a eu tout l’espace souhaité entre les milieux de terrain et les défenseurs de l’Impact, avant de faire mal paraître Matteo Ferrari et Jeb Brovsky, puis d’inscrire le but d’un tir bas.

J’étais sur les lignes de côté pendant la rencontre hier et je revois une séquence de Patrice Bernier qui commet un revirement tout juste devant moi. Sa première réaction a été de dire à ses coéquipiers de se parler davantage sur le terrain : « Talk, talk, talk ! ». Est-ce que le problème de l’Impact se situe au niveau de la communication sur le terrain ? On pourrait croire qu’il s’agit de l’une des faiblesses de l’équipe présentement, surtout quand on pense au but de Thierry Henry, qui a échappé à la couverture de Nesta, ou encore au but de Tim Cahill sur un corner, alors qu’il s’est glissé entre les défenseurs.

En 2012, combien de fois avez-vous vu des séquences après les buts où les joueurs se lancent des regards accusateurs et se pointent du doigt pour des erreurs en cours de match ? Cette tendance semblait de retour hier soir sur le terrain. Non pas que la bisbille s’est installée au sein de l’équipe, mais on sent que la mauvaise séquence commence à peser très lourd.

L’excellent début de saison de l’équipe et le premier rang dans l’Est a-t-il plongé les joueurs dans une zone de confort ? Chose certaine, le mot d’ordre des équipes adverses présentement est de mettre de la pression pour provoquer des erreurs et on doit avouer que la stratégie fonctionne.

Le match d’hier était le 18e sur 34 en saison régulière. Il reste encore énormément de temps à cette équipe pour retrouver ses repères, mais ce qui m’inquiète, c’est d’entendre parler de fatigue à ce stade-ci de la saison. De gros matchs sont au programme dans les semaines à venir, notamment les deux prochains contre Dallas et Kansas City, à domicile.

Et que dire du mois d’août, qui s’annonce périlleux avec l’ajout des duels de ligue des champions de la CONCACAF dans l’équation. Hier, Alessandro Nesta semblait usé sur le terrain. Je repensais à son premier match contre les Red Bulls de New York l’année dernière au stade Saputo. Je me rappelle à quel point il s’était collé à Thierry Henry pendant 90 minutes, sans lui concéder le moindre espace. En bout de ligne, l’attaquant Français avait été complètement neutralisé. Hier soir, Nesta était incapable de suivre la cadence de « Titi », qui s’est littéralement amusé contre l’Impact, encore une fois.

Henry connaît toujours de forts matchs contre les montréalais. Après 4 matchs, il totalise 7 buts contre l’Impact. Balle au pied, Henry est un joueur très impressionnant et il en a encore fait la preuve hier. On ne peut espérer freiner un joueur comme lui quand on lui concède autant de marge de manœuvre.

PAS PRÊTS

Lors de mon entretien avec Marco Schällibaum à la 30e minute, l’entraîneur-chef m’a confié que plusieurs joueurs n’étaient pas prêts pour cette rencontre. C’était notamment le cas d’Andres Romero qui a été remplacé par Blake Smith en première mi-temps.

Schällibaum a renchéri après le match lors de son point de presse en déclarant qu’il ne pouvait pas utiliser ses 3 changements en première mi-temps. Ce qui laisse croire que le Suisse aurait certainement souhaité pouvoir compter sur des changements illimités !

Plusieurs fois lors des derniers matchs, je dirais même lors des 4 derniers matchs si ma mémoire ne me fait pas défaut, Schällibaum a demandé à ses réservistes de s’échauffer en 1re mi-temps, pour passer un message au groupe sur le terrain (Évidemment, Biello était en charge contre Toronto, mais il avait procédé de la même façon)

L’Impact a donc de la difficulté à imposer son jeu en 1re mi-temps et plusieurs joueurs ne répondent pas assez bien en début de rencontre.

POINT DE PRESSE REPORTÉ

Dimanche matin, l’Impact a annoncé que le point de presse prévu avec Joey Saputo lundi a été reporté. Impossible de savoir au moment d’écrire ces lignes quand aura lieu cette rencontre. Après le match, le président a écrit sur Twitter que le temps était venu d’avoir un tête-à-tête avec SES joueurs.

Reste à voir maintenant de quelle façon monsieur Saputo réagira à cette 1re crise de l’ère Schällibaum. Voudra-t-il critiquer ses joueurs sur la place publique comme il l’a déjà fait par le passé ?
Dans un autre ordre d’idées, cette rencontre était également planifiée pour annoncer des choses en vue de 2014. On sait que l’entraîneur a seulement un contrat d’un an en main, veux-t-on annoncer une prolongation de contrat ? Si c’est le cas, le fait de reporter le point de presse ne fera qu’alimenter les rumeurs.

Sinon, on sait aussi que les contrats de Di Vaio et Nesta viennent à échéance à la fin de la saison, que leur réserve l’avenir ?
Et finalement, avec la période des transferts qui est ouverte depuis mardi dernier en MLS, est-il dans les plans de faire appel à des renforts pour ajouter un joueur capable d’aider la formation partante ?

Reste à voir si nous aurons des réponses à ces questions au cours des prochains jours…

Feed

Denis Beauchamp a dit...

Comme le dit Yvon Lacoste, ce n'est pas de perdre comme la facon que l'Impact perd qui est dérangeante. De plus, faire des nulles en étant obligé de revenir de l'arrière contre des équipes beaucoup moins bien classées, il n'y a pas d'excuse pour ça.

Le fait est que l'entraîneur n'a pas vraiment confiance en son banc en défense et pourtant, Karl Ouimette n'a pas mal fait lorsqu'il a été partant cette saison.

Autre chose: un petit repos à Perkins pour faire jouer Bush aiderait à changer la dynamique défensive de l'Impact je pense.

Passage à vide oui mais la facon de jouer en défensive surtout se doit d'être revu ainsi que les attaques, Di Vaio n'étant pas le seul à être capable de marquer des buts!

le radical fils a dit...

Pas de panique, l'impact est 9-5-4 2ieme dans l'est à portée de main de la première place. Pour une 2ieme saison en MLS c'est excellent. Ben quoi on voudrait une fiche de 18-0, malgré tout on va trouver le moyen de se plaindre encore. La saison est longue, toute les équipes ont des creux de vagues, ils vont se replacer j'en ai aucun doute. Pas de panique on respire!

Luc Cohen a dit...

L'impact est déjà en mode panic depuis 5 ou 6 match. Au début de l'année, il y a vait rarement des ballons long. Les milieu montait le ballon et le passait au pied de Di Vaio. Maintenant, se sont souvent les arrieres qui vont tenter d'envoyer le ballon par dessus Di Vaio pour le lancer. Il n'est pas capable de faire ce jeu mais on s'obstine a le faire quand meme.

Yves Distefano a dit...

Peut-être que maintenant l'adversaire a cessé de se faire surprendre!

L'impact a une solide équipe et les rivaux le savent, beaucoup trop de talent il va rebondir, il reste amplement de match.

c'est dans l'adversité qu'on évalue la force d'une équipe, et non 'quand ça va bin'

yvon lacoste a dit...

@michael da silva

Il faut comprendre que c'est la manière que l'Impact perd ses matchs qui fait enrager les partisans. Tu peux perdre un match dans l'honneur, mais pas comme il joue présentement.

michael da silva a dit...

Je trouve dommage que lorsque l'impact gagne personne en parle mais lorsque l'impact se met a perdre et voila qui font la manchette dans les nouvelles de sport... Bravo belle initiative pour encourage l'équipe. C'est sur qu'une équipe va connaitre des problèmes. Ils ne pourront pas toujours gagner les matchs. Quel sera l’ambiance mardi prochain lors de la soirée pour les détenteurs de billets de saison qui pourrons rencontrer les joueurs??? Quel sera le moral?? J'ai bien hâte. Mais une solution peut-être serait de regarder plus tôt vers la jeunesse et non les vétérans 37-38 ans.... et L'ITALIE n'est pas le seul pays qui a des excellents joueurs de soccer... Mais quand même pour la 2ieme année en MLS, ALLEZ ALLEZ MTL. Bravo pour cette belle moitie de saison Merci!

Jean-François Gilbert a dit...

Que réserve l'avenir pour Nesta? Il prends sa retraite en fin de saison, donc faudrait peut-être penser à recruter un défenseur central d'envergure! Rivas ne reviendra pas lui non plus et qui sait ce que nous dira Ferrari en fin d'année? Lui aussi m'a l'air quelque peu usé.

Disons que c'estle temps de penser à l'avenir...Et lavenir, je ne suis pas certain que Ouimette peut l'assumer pour l'instant! Faudra être patient avec lui

cippius a dit...

Faudrait commencer à préparer l'attaque de l'arrière, monter tranquillement mais sûrement vers la zone adverse et installer l'attaque. Présentement ce que je vois c'est de longs jeux qui n'aboutissent pas ou qui se termine en hors jeu. Il n'y a pas que Di Vaio dans ce club là tout de même. C'est facile pour les autres équipes de s'ajuster ou de voir le jeu de l'Impact. On se fait prendre souvent sur des longues passent, on doit travailler plus près les uns des autres comme en début de saison. Si on travaille près l'un de l'autre la bombe va finir par fonctionner car la défensive cherchera à jouer plus serré au centre, les défenseurs joueront plus haut également... Enfin...C'est une bonne équipe, l'entraineur n'est pas responsable de ce qui se produit sur le terrain car il les prépare adéquatement avant les matchs... c'est dans la tête des joueurs le problème.

Michel Desjardins a dit...

Le problème de l'Impact est le même depuis le début de la saison, sauf qu'en début de saison l'attaque était opportuniste, Perkins faisait les arrêts et personne ne se méfiait de l'équipe.

La réalité des choses est que Montréal à un très mauvais jeu d'ensemble. On ne donne que très rarement des options au porteur de ballon et lorsqu'une idée se dessine, on ne lit pas bien le jeu ou encore on manque à l'exécution. Trop souvent des ballons sont échappés, les passes sont molles ou imprécises ou, encore, on attend le ballon sans créer d'ouverture.

J'espère qu'il ne s'agit que d'un manque d'intensité parce qu'un simple coup de fouet pourrait améliorer les choses mais, en toute franchise, je crois que l'équipe est vieillissante et que deux ou trois bons joueurs ne seraient pas de trop pour colmater les brèches d'ici le début des séries. Si ils tiennent le coup...

Elie Pilon a dit...

Je trouve que l'Impact ne laisse pas assez jouer ses substituts... On ne voit Iapichino seulement lorsqu'il y a une blessure. Même chose pour Karl Ouimette. Dommage qu'on ait vu Valentin partir vers la Norvège, car il aurait été utile.

Faire jouer les mêmes joueurs tous le temps provoque des situations comme celles-ci: une fatigue constante. Les défenseurs jouent trop, et même chose pour le milieu de terrain et l'attaque. C'est certain que ça allait mal aller un moment donné!

Et les autre clubs qui ont compris que Di Vaio marquait toujours ses buts de la même façon, voilà qu'il commence à être de plus en plus couvert.

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010