Denis Beauchamp

Denis Beauchamp

Homme |

245
coéquipiers
100
abonnés


visites

.
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mur de commentaires

Jean Béliveau: monsieur Canadien de Montréal (partie 2)

Vues: 9 votes
138452_large

!A noter: la première partie de ce billet est sur ce lien: Jean Béliveau: monsieur Canadien de Montréal

1949-1950: Citadelles de Québec

Jean Béliveau entreprend la saison 1949 au sein des Citadelles de Québec après que son père et lui eurent négocié avec cette équipe et son directeur-général, Roland Mercier. L’entente de principe qui lui permettait de jouer avec Québec si rien ne s’y opposait du côté de la ligue ou des Tigres de Victoriaville fut signé quelques jours après. Il faut se souvenir qu’ Arthur Béliveau avait fait mettre une clause dans le contrat de son fils l’année précédente avec les Tigres de Victoriaville disant qu’il deviendrait agent libre à la fin de la saison, c’est pourquoi Jean avait pu signer avec les Citadelles cette-année là.

Mais l’histoire est tout autre: la fameuse clause du contrat n’a jamais été valide, n’importe qui aurait pu la contester. Dès novembre 1948, Roland Mercier avait commencé les démarches dans le but que Béliveau se retrouve avec les Citadelles de Québec à l’automne 1949. Il avait conclu un marché avec le gérant de Victoriaville ( équipe de Béliveau ) après une partie, envoyant Leonard Shaw à Victo contre 100$ et un joueur à être nommé plus tard , ce joueur étant Jean Béliveau à qui Mercier pensait!

Quelques mois plus tard, alors que les Tigres connaissaient certains problèmes financiers, Mercier fit le gentil monsieur en leur redonnant le fameux chèque de 100$ de la première transaction (Shaw) et renoncait aussi au montant de 100$ qu’une équipe visiteuse recevait normalement,ce qui surprit les dirigeant de Victoriaville. Ils lui demandèrent enfin qui était le joueur qu’il voulait obtenir pour conclure la transaction et c’est là que le nom de Jean Béliveau est arrivé sur la table! Malgré les cris et menaces de ne pas tenir leur promesse, Mercier, calmement, leur dit que la transaction avait été faite dans les règles et devant plusieurs témoins et qu’ils devaient respecter leur parole.Voilà pourquoi Béliveau s’est retrouvé à Québec.

Mais il y avait une autre raison pourquoi Québec avait besoin de Jean Béliveau:remplir le nouveau Colisé qui était en construction après l’incendie du 15 mars 1949 dû à un court-circuit ou à un mégot de cigarette mal éteint dans la section des millionnaires. Ce fut une perte quasi-totale, seule la salle des machines fut sauvée, désastre évalué à 700,00$! Aujourd’hui, juste faire la maquette du nouveau Colisé va côuter ce prix lolll.

(Pour vous prouver comment ça allait vite dans ce temps là, lisez bien ceci. Incendie le 15 mars 1949…nouvelle maquette le 8 avril 1949…appel d’offre pour charpente et toît le 20 avril…contrat au côut de 2.1$ àla firme Adélard Deslauriers pour les structures en béton et acier le 20 mai…innauguration par le maire Lucien Borne le 15 décembre 1949…prix total…Quatre millions $ )

Le camp d’entraînement et le début de la saison se firent à Victoriaville puisque le Colisé n’était pas prèt à recevoir les Citadelles , ce qui permit aussi aux amateurs de voir Béliveau pour la dernière fois chez lui. L’équipe de Québec de cette année-là était très talentueuse avec des joueurs tels que Dave O’Meara et* Marcel Paillé* comme gardiens,Spike Laliberté, Jean-Marie Plante, Hudson et Lemonde en défense, deux anciens de Victo à l’avant: Roger Hayfield et Gordie Hawort et quelques autres qui entouraient la vedette Jean Béliveau.

Autant ils étaient une puissance offensive, autant les autres équipes l’étaient aussi, Montréal avait Boom Boom Geoffrion et Skippy Burchnell, le Canadien junior pouvait compter sur le dangereux Dickie Moore! C’était le timing parfait pour Québec et son nouveau Colisé, reconstruit. Le 14 décembre 1949, ils ont prit possession de leur nouvelle patinoire mais en s’habillant dans le vestiaire de l’ancien Colisé et marchant patins sur l’épaule, jusqu’au nouveau Colisé 300 pieds plus loin de l’autre côté des terrains de l’Exposition de Québec car les nouveaux vestiaires n’étaient pas utilisables. Pendant environ un mois les équipes ont du faire ce tour de passe-passe.

Québec a terminé en deuxième position devant les Nationals de Montréal mais derrière le Canadien junior dirigé par Sam Pollock. Béliveau a marqué 35 buts, récoté 45 passes pour 80 points, finissant au deuxième rang des marqueurs derrière Bernard Geoffrion. En série éliminatoire, Québec battit les Nationales de Montréal en demi-finale en quatre parties de suite dont la dernière 6-5 en surtemps.Qui fut la vedette? Jean Béliveau ( ben oui question facile je sais c’est un billet sur lui là) avec un tour du chapeau , son deuxième but égalant le score 5-5 avec 54 secondes à faire en 3ième et marquant son troisième à 48 secondes du début de la prolongation contre son ancien coéquipier Denis Brodeur.

Tout est en place pour la grande finale Citadelle de Québec contre Canadien junior de Montréal, Jean Béliveau contre Dickie Moore! Ces deux joueurs, qui allaient être coéquipiers avec le Canadien 3 ans plus tard, se détestaient au niveau junior. Béliveau, qui était loyal envers tout le monde, changeait de style quand Moore était devant lui: double-échec, coup de coude, engueulades, bâton élevé, tout y passait, ils se sont même battu, on les retrouvait au banc des punitions assé souvent. Béliveau l’a d’ailleurs avoué que Moore était un joueur qui avait eu le dessus sur lui plus souvent que le contraire.

Avec la série égale 2-2, Frank Selke, alors directeur-général du Canadien et propriétaire du Canadien junior a fait une déclaration qui allait faire tourner la série de son côté.Il dit aux médias qu’il ferait une offre à Jean Béliveau à la fin des séries, offre qu’il ne pourrait pas refuser car le Canadien avait besoin d’un bon joueur de centre car Elmer Lach commencait à se faire vieux.

Les joueurs des Baby Habs étaient gonflés à bloc en sautant sur la patinoire d’un Colisé rempli et avaient une cible: Jean Béliveau. La tactique porta fruit car après sept minutes de jeu, Montréal menait 2-0 et la foule de Québec huait son équipe!Un but de Hudson en fin de première et de Béliveau en début de deuxième pour égaler le tout 2-2 a redonné espoir à la foule.Herbie English de Montréal en fin de 2ieme porta le compte 3-2 pour eux. Les beaux jeux se succédaient, les gardiens arrêtaient tout jusqu’à la 12ième minute en troisième alors que Montréal compta prit l’avance 4-2.Mais Milt Pridham ramena le score à 4-3 avec moins de deux minutes à jouer, Peter Martin l’entraîneur de Québec tenta le tout pour le tout en retirant le gardien Marcel Paillé et…Pridham s’empara de la rondelle dans le fond du territoire des Canadiens et fit une passe parfaite à Béliveau posté devant le filet qui lance et…rate le but! C’est Dickie Moore qui la reprend pour faire une passe à Roche qui a Béliveau devant lui, qui n’y peut rien, c’est le but et la défaite 5-3, Montréal prend l’avance 3-2 dans la série, les partisans de Québec sont abasourdis. Selke avait gagné son pari!

Lors de la partie suivante au Forum de Montréal, les Citadelles n’avaient plus le coeur et l’espoir, ils se sont fait écraser 7-3 pour voir le Canadien junior de Montréal être sacré Champions des séries. Mieux encore, cette équipe a poursuivi son chemin pour remporter la Coupe Mémorial en battant Halifax, Guelps et les Pats de Régina.

Je sais, l’histoire est longue, j’espère que vous ne m’en voulez pas trop mais je ne veux pas non plus faire un billet trop long. Il y a tellement de choses à dire sur ce grand homme que l’on ne sait pas vraiment de ses années juniors, j’espère que vous aimez lire autant que j’aime composer. La suite Jeudi!!!

Feed

Denis Beauchamp a dit...

lbeaudry

Bien d'accord avec toi, j'aurais pu faire deux-trois billets jusse pour parler de toutes les tractations .

Luc Beaudry a dit...

Le passage du gros Bill à Québec, vaut à lui seul un livre: avec Selke qui voulait l'avoir à Montréal...

Denis Beauchamp a dit...

goofy55

Tu vas ravaler tes paroles bientôt mon ami yak yak yak. Autant mes billets sont bons ( en tout cas à ce que les gens laissent comme commentaires là) , autant mes prédictions dans mon pool seront encore meilleures. J'ai aussi hête de voir les tiennes. Merci :)

Denis Beauchamp a dit...

jacques bégin

Je suis en train de l'écrire, il y a tellement de choses à apprendre sur Jean Béliveau. Je pensais faire deux billets au maximum mais je m'en vais sur 4 ou 5 ! Merci .

Denis Beauchamp a dit...

alain jardel

Merci homme de peu de mots :)

Denis Beauchamp a dit...

Joannie Paré

Ça veut dire que je devrai mettre en ligne la continuitée durant la nuit pour que tu la lises à ton réveil? Ben alors je le ferai, ça travaille mieux dans la tranquilité.De toute facon, quand on est capable de clavarder en direct pour de la Formule Un (qualif à 2h samedi) on peut bien écrire un billet sur ce grand homme.

Denis Beauchamp a dit...

Louise Charpentier

Bon mais je fais quoi avec toutes les étoiles que tu me donnes ce matin ma chère Louise?Je te remercie, ca illuminera ma prochaine nuit pour préparer la suite de cette histoire :)

goofy55 a dit...

Salut Denis,

Excellent billet encore une fois.
Tu es meilleur avec les billets que pour les prédictions. Mdr...
Faut bien que je te picosse un peu, je tient à ma réputation.

J'ai lu aussi un livre du gros Bill et son parcours de hockey est très intéressant.

Beliveau un homme à mieux connaître.

Jacques Begin a dit...

Salut Denis
Merci encore pour ce beau billet intéressent à lire .
J'attend la suite Jeudi
J'ai fais ce que tu m'as démandé dans le 1er billet
À bientôt

alain jardel a dit...

5*

Joannie Paré a dit...

Excellent Billet Denis,

D'accord avec madame Charpentier, Un délice a lire au réveil en sirotant un bon café. Sa commence super bien la journée!!

Billet extrêment interessant, On m'a souvent raconté pleins de chose sur ce grand homme, mais grâce a se genre de billet, on ne se lasse jamais dans entendre parlé et ainsi découvrir pleins de nouvelle chose a son sujet.

Bravo, je l'ai suggèré également et j'attend la suite avec impatience! 5*

Louise Charpentier a dit...

@Denis. Excellent, Excellent et je suis sans mots. Ce texte est magnifique. A lire avec un bon café laté......2 péchés mignons, mon café et tes textes.

Je l'ai suggère au carrousel , ......Encore bravo pour ces 2 parties sur ce Grand Ambassadeur du Canadien de Montréal.. 5 ***** x 1............000,000

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010