Denis Beauchamp

Denis Beauchamp

Homme |

245
coéquipiers
100
abonnés


visites

.
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mur de commentaires

Jean Béliveau: Monsieur Canadien de Montréal (partie 3)

Vues: 14 votes
139939_large

Jean Beliveau: partie un
Jean Béliveau: partie deux

Nous étions en 1950, Jean Béliveau participe au camp d’entraînement du grand Canadien où on y remarqua déjà trois des plus beaux fleurons futurs de l’équipe: Jean Béliveau, Dicky Moore et Bernard Geoffrion.

Revenu au niveau junior avec les Citadelles de Québec, l’équipe avait quelque peu changé mais pour le mieux, Camille Henry, qui jouera plus tard avec les Rangers de New-York et sera même nommé recrue de l’année en 1954-1955 dans la LNH était une nouvelle acquisition. En décembre 1950, Béliveau sera demandé pour jouer avec le Canadien de Montréal en même temps que Bernard Geoffrion contre les Bruins de Boston. Dans un match nul de 1-1 Geoffrion marqua son premier but dans la LNH alors que Béliveau obtint 9 lancers et fut nommé la première étoile! Durant la même saison, il retourna jouer pour le Canadien encore une fois accompagné de Boom-Boom Geoffrion, les deux jeunes remplacaient dans l’alignement nul autre que Maurice Richard et Billy Reay, malades! Le Canadien rencontrait les Black Hawks de Chicago qui étaient sur une séquence de 19 parties sans victoires consécutives. Jean Béliveau en a profité pour marquer le premier de ses 507 buts dans la LNH et ajouté une assistance dans la victoire de 4-2. Harry Lumley ne serait que le premier d’une longue série de gardiens à se faire déjouer par Jean Béliveau.

Béliveau produit à un rythme d’enfer et se retrouve parmit les meilleurs pointeurs avec Geoffrion et Skippy Burchell, tous les deux du National de Montréal. Fait à souligner: Bernard Geoffrion avait un total de 96 points mais en seulement 36 parties car il a été rappelé par le Canadien de Montréal pour ne plus revenir au niveau junior.

Lors de la dernière partie de la saison régulière, Burchell et Béliveau se retrouvait avec 122 chacun et les deux équipes s’afrrontaient au Colisé de Québec! Comme les Citadelles étaient déjà assuré du championnat, il restait à décider qui remporterait celui des compteurs.

En première période, Burchell marqus son 49ieme but et récolta une passe alors que Béliveau y alla de son 60ieme but sur un lancer de punition, donc Skippy a l’avance 124-123. En deuxième , une mise en échec de Pete Larocque sur Béliveau jeta une douche d’eau froide dans la foule, leur favori quitta la patinoire péniblement avec l’aide de coéquipiers, blessé!

Jean Béliveau n’avait jamais fait passé ses objectifs personnels avant ceux de ses équipes mais maintenant que le championnat était gagné, il pensait un peu à lui et rageait d’être blessé. Pete Morin, son entraîneur de l’époque, lui a tout simplement dit que personne n’allait le traiter d’égoiste s’il revenait pour essayer de battre Burchell.

Le toit du Colisé est presque tombé quand les gens ont vu Béliveau revenir au centre de Camille Henry et Ramir Makila en troisième. Dans une période folle à souhait, Béliveau patinant sur une jambe, en fin de match Makila patina avec la rondelle, attira un défenseur avant de passer à Béliveau qui lanca et marqua son 61ieme but et récolta son 124ieme point tout comme Burchell avec qui il partagea le titre du meilleur pointeur de la saison!

En séries éliminatoires les Citadelles gagnèrent contre le Canadien junior dans une série 5 de 9 pour ensuite blanchir les Reds de Trois-Rivières 4-0 en finale. Ce fut lors de la série de championnat de l’est du Canada que Roland Mercier informa Jean Béliveau que les Citadelles avaient l’intention de lui rendre hommage avant la prochaine partie au Colisé.

Après des victoires de 9-0 et 16-4 contre les Rockets d’Inkerman, la troisième partie eu lieu le mardi 10 avril 1951 et Jean Béliveau s’en souviendra toute sa vie.Il y a eu les fameux discours des représentants des divers pa;iers de gouvernements et des invités mais c’est surtout l’automobile Nash Ambassador 1951 de luxe avec une plaque d’immatriculation spéciale 99-B, en l’honneur du numéro qu’il portait.Tout le monde, Béliveau le premier, était impressionné par cette marque de reconnaissance et se sont les pauvres joueurs des Rockets qui ont payé la note au final, une défaite de 13-0 et l’élimination en 3 parties.

Ce fut autre chose en demi-fianle canadienne alors que les adversaires des Citadelles étaient les Flyers de Barries, équipe ontarienne dirigée par Happy Emms. Dans leur rang, des noms qui seront familiers plus tard dans la LNH: Jim Morrisson, Léo Labine, Réal Chèvrefils, Jerry Toppazzini et Doug Mohns.

A toronto, les journalistes avaient décidé que cette série serait celle de Béliveau contre le reste du monde!Mais apres les deux défaites de Québec par 6-2 et 6-4 lors des parties disputées au Maple Leafs Garden, les mêmes journalistes écrivaient que les Citadelles et Béliveau étaient des joueurs inférieurs sinon médiocres!

Ces écrits ont réveillé et stimulé Béliveau et ses coéquipiers et ils ont remporté les deux parties suivantes au Colisé de Québec par les pointages de 7-2 et 4-2 pour mettre la série à 2 victoires partout.

Le 5ieme match , au lieu d’être joué au Maple Leaf Garden comme il aurait dû, a été joué au domicile des Flyers de Barrie, dans leur petit amphithéatre et leur patinoire non-réglementaire.

Juste se rendre à Barrie tenait du miracle, ni train ni avion n’y allaient en 1951! Avion à 16h30 de Québec pour Rimouski, autobus du Camp Borden, base militaire, pour se rendre à Barrie. Arrivée à 21h00, le match était à 21h30…non pas de miracle, une défaite de 10-1 ce soir là. Après une victoire au Colisé, les Flyers de Barrie remportèrent la septième partie à Toronto pour éliminer les Citadelles et Jean Béliveau, avant de continuer leur chemin pour gagner la Coupe Mémorial.

Pour Jean Béliveau, cette élimination représentait la fin de sa carrière junior. Une question se posait maintenant: où jouerait-il à l’automne 1951? Dans la ligue Sénior du Québec ou avec Le Canadien de Montréal dans la Ligue Nationale de Hockey?

suite prochainement…

Feed

Denis Beauchamp a dit...

Joëlle Cyr

Dans ce temps là il y avait certaines équipes qui ne pouvaient pas vraiment compétitionnées contre les grosses machines du Québec et de l'Ontario lors des séries menant à la finale canadienne de la Coupe Mémorial.Ca n'as pas toujours été le format que l'on connait maintenant avec les champions des 3 ligues et le club-hôte. Ce format a débuté en 1984 alors que le format dont je parle dans mon billet s'est terminé en 1970-1971 avec les Remparts de Québec et...Guy Lafleur comme récipiendaire.

Entre 71-72 et 82-83, les champions des 3 ligues junior majeures ( Québec-Ontario et Ouest) s'affrontaient.

Merci de ton passage et ton commentaire.

Denis Beauchamp a dit...

alain jardel

J'ai hâte de faire un billet sur Wayne Gretzky!!! Pour la photo, elle vaut des sous pour un collectionneur c'est certain.

Merci du passage.

Denis Beauchamp a dit...

Luc Tremblay

Merci des étoiles et de ton passage surtout.

Denis Beauchamp a dit...

vickie6535

Effectivement ca se glisse bien parmit tes excellents billets sur l'histoire du Canadien. Jean Béliveau restera l'un des plus beaux joueurs à avoir patiné sur les patinoires de la LNH. Ses feintes habiles, son coup de patin élégant, son lancer précis et vif et surtout, sa facilité à repérer les coéquipiers découverts pour leurs faire la passe directement sur la palette, Mario Lemieux lui ressemblait en tout point!

Merci du commentaire.

Denis Beauchamp a dit...

katou41

Pour les gens d'un age certain, Béliveau fut l'idole de beaucoup d'entre-eux, remplacant Maurice Richard dans leur coeur. Pour les plus jeunes, ils se doivent de connaître ce #4, habile joueur et ambassadeur extraordinaire pour l'équipe.

Merci d'être passé

Joelle Cyr a dit...

Excellent billet Denis et une victoire de 16 à 4, wow :P
Beau travail!!

alain jardel a dit...

4****

PS : J'ai la même photo ...signé en passant ; A+

Luc Tremblay a dit...

Excellent billet Denis

*****

vickie6535 a dit...

excellent billet Denis...comme j'ai raté les deux premiers, je m'empresse aussitôt de suivre les liens...monsieur Béliveau fut l'un des plus grands de l'histoire DU Canadien, et l'un des grands de l'histoire de la NHL...je crois que je vais copier-coller les textes et les conserver précieusement dans mes archives sur LE Canadien...lol...bon travail...

katou41 a dit...

Très intéressant comme billets

Ça ns donnes l occasion de connaitre un peu plus
ce grand Mr qu est Jean Béliveau

5*

Denis Beauchamp a dit...

goofy55

Pour certain, il sera le plus grand du Canadien avec Maurice Richard,

Merci de ton passage

Denis Beauchamp a dit...

Roger Bérubé

Oups, merci de tes commentaires et d'être venu lire mon billet.

Denis Beauchamp a dit...

lbeaudry

Pourquoi attendre qu'une personne nous quitte pour en faire l'éloge? Mon but avec mes billets est surtout de le faire connaître aux plus jeunes, ceux qui ne l'ont jamais vu jouer mais qui savent que Jean Béliveau était le #4 et capitaine du Canadien.

Merci de ton passage

Denis Beauchamp a dit...

Roger Bérubé

Oui c'est un vrai gentleman et il n'a jamais refuser, dans la mesure où il le pouvait, de représenter le Canadien pour toutes sortes d'évènements, autant avec les jeunes que des adultes et vétérans. Ses problèmes de santé sont dus en partie à son incapacité de dire non plus jeune.

Denis Beauchamp a dit...

Joannie Paré

Bien sûr, la carrière de ce grand joueur s'étalera sur quelques autres billets. il s'en ai passé des choses avec Jean Béliveau qu'il vaut la peine de découvrir. Ce n'est pas simplement des chiffres mais aussi des annecdotes et souvenirs que je partage avec vous sur Monsieur Jean Béliveau.

On ne peut même pas comparer l'équipement de ces années-là aux armures de maintenant!

Merci d'être passé et la suite est pour bientôt...

Denis Beauchamp a dit...

fanfed

Pas si long que ça quand même j'espère :). Je l'ai même coupé car juste le trajet pour se rendre à Barrie valait un peu plus de texte, tout comme cette série mais un moment donné, il faut savoir quoi oter aussi!

Merci de ton commentaire.

goofy55 a dit...

Bon billet .

Toujours plaisant de lire sur un de nos grands.

Luc Beaudry a dit...

Que cela rappèle de beaux souvenirs: c'est bien d'en parler avant que Jean ne soit monté en haut !

Merci pour ce beau texte !

Luc Beaudry

Roger Bérubé a dit...

Autant M.Beliveau et Lafleur étaient gentils, autant Laperrière et Mickey redmond étaient snobs et arrogants

Roger Bérubé a dit...

Bon billet comme toujours Denis ,je peux te dire que j'ai eu la chance par mon travail , de parler quelque fois a M.Beliveau lors de leur arrivé de Toronto par train . Un vrai M. gentil et simple , tout comme Guy Lafleur a qui j'ai eu la chance de lui parler lors de son passage au Tim Horton de St-Bruno

Joannie Paré a dit...

Excellent billet Denis 5*

Très interessant encore une fois, y aura t'il une 4 eme parti? :))

Ouff je regarde sont équipement sur la photo, manquait juste une tuque rouge et il aurait eu le même style que les lutins de Noel LOL

Bravo pour cette série de billet!

fanfed a dit...

Long à lire mais instructif...ce gentleman m'a toujours impressionnée avec ce regard droit! Bon billet 5*

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010