Exceptionnellement ce soir, le Grand Club va fermer ses portes pendant 24h pour des questions de maintenance. Vous aurez de nouveau accès au GC mardi soir. Merci de votre compréhension!

Denis Beauchamp

Denis Beauchamp

Homme |

245
coéquipiers
99
abonnés


visites

.
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes

5 groupes

Minimiser
Mur de commentaires

Les Alouettes de Montréal: tout commença en 1946

Vues: 12 votes
144260_large

Je commence une série de billets sur l’histoire des Alouettes de Montréal, profitant du centenaire de la ligue canadienne de football. J’espère tout simplement que vous aimerez ces billets, j’utilise des livres et aussi des articles des journaux du temps, j’irai passer de belles heures à la grande bibliothèque de Montréal pour vous!

LA NAISSANCE DES ALOUETTES

Nous sommes en janvier 1946, un homme du nom de Lew Hayman décide d’acheter un club de football de la région de Montréal, les Hornets, pour les faire jouer dans l’Interprovincial Rugby Football Union, qui s’appelle aussi le Big Four et qui comprend les équipes de Toronto (Argonauts), Ottawa (Rough Riders) et Hamilton (Tigers). Il change le nom pour les baptiser Les Alouettes et c’est à partir de cette saison-là que l’histoire d’amour entre les Montréalais et l’équipe de football prend naissance.

Hayman n’est pas le dernier venu dans le monde du football, il a dirigé Toronto au championnat en 1933,1937 et 1938 ainsi que les Hurricanes de la Royal Canadian Air Force de Toronto également, en 1942. Il est donc nommé directeur et instructeur des Alouettes le 16 janvier et, avec son associé Eric Cradock, ils se mettent à la recherche d’un homme de football venant de Montréal. Pourquoi? Parce-que les Canadiens-français n’étaient pas friands de football, sport plutôt anglophone. Leur choix s’arrête sur Léo Dandurand, ancien copropriétaire et directeur-général du Canadien de Montréal de la ligue nationale de hockey. de 1921 à 1935.

Dandurand prend quelques semaines avant de se décider et, quand il dit oui, il le fait en tant qu’investisseur alors que le plan premier de Hayman et son associé était surtout d’avoir un nom connu pour attirer les Canadiens français au football, l’argent, ils en avaient en masse.

Donc, Léo Dandurand est nommé président du conseil d’administration des Alouettes avec Wiliam Wray à la vice-présidence, Jos Ryan secrétaire et Maître Lucien Beauregard, un conseiller du roi est nommé trésorier. Il y aura une douzaine d’autres personnes sur le conseil. Le premier directeur-gérant et entraîneur-chef est Lew Hayman.

Savez-vous comment le nom des Alouettes a été choisi? C’est Lew Hayman qui l’a trouvé, en référence à une chanson du folklore québécois: Alouette, gentille alouette, une des rares que les anglophones chantaient avec quelques déformations: “Je ta ploumaray…”! Aussi, Alouette est le surnom de la 425ième escadrille de bombardiers de l’Aviation royale canadienne, comme Hayman le fit remarquer , où plusieurs Canadiens français ont piloté et travaillé.

Le premier camp d’entraînement s’ouvre le 5 août 1946 sur le terrain du Lower Canada Collège.Les équipes n’ont droit qu’à 5 joueurs américains dans leur alignement, les deux premiers à signer pour les Alouettes sont Wally Spencer et Virgil Wagner deux arrières. Wagner sera la première grande vedette de l’équipe de Hayman, il terminera à égalité avec Joe Krol de Toronto, au premier rang des marqueurs avec 65 points chacun.

Les Alouettes disputent deux matchs hors-concours à Winnipeg contre les champions de l’Ouest, ils perdront le premier au pointage de 17-6 mais gagneront le deuxième deux jours plus tard en blanchissant les Blue Bombers 24-0!

DÉBUT DE LA SAISON À TORONTO

Comme les Alouettes doivent partager le stade Delormier avec les Royaux de Montréal, équipe de baseball professionelle mineure, ils doivent jouer leurs 3 premières parties à l’étranger.La première partie de l’histoire se joue à Toronto le 7 septembre, devant une foule de 9,000 personnes! Virgil Wagner marque le premier touché au deuxième quart sur une course de 3 verges, le botteur Ches McCance ajoute un placement, un converti et un simple et les Alouettes font match nul 10-10. A noter que le touché vaut 5 points en 1946.

Une semaine plus tard, première défaite par le pointage de 4-0 contre Ottawa et l’équipe a une semaine pour paufiner sa stratégie avant un programme double contre les Tigers de Hamilton. Le premier match se dispute au domicile de leurs adversaires et c’est une première victoire au compte de 24 à 1! Peter Finlay, Virgil Wagner et DFoug Smylie marquent des touchés, Ches McCances les convertit et a deux placements et les Alouettes ont une fiche de 1 victoire, 1 défaite et un match nul avant leur première partie à domicile.

PARTIE D’OUVERTURE LOCALE

Le 29 septembre 1946, date mémorable pour le football des Alouettes à Montréal alors que 13,722 spectateurs s’entassent au stade Delormier pour assister à l’ouverture locale de l’équipe contre les Tigers de Hamilton.Pendant la semaine, 1000 personnes assistent aux entraînements, 3000 lors du dernier, une majorité de francophones qui veulent connaître cette équipe de guerriers.

Les Alouettes font les choses en grand en permettant aux écoliers d’assister à la partie gratuitement dans les estrades populaires, sur présentation de leur carte de tramway (on dit aussi qu’ils ont du débourser le prix de la taxe d’amusement, ça dépend du livre où je prend l’information). Tout ce monde repart du stade après avoir été témoin d’une victoire de 21-6, deuxième de suite. Un montréalais commence à devenir le favori de la foule, le #80, Joey Richman, un juif tout comme Lew Wayman. Joueur rapide, il fait le délice des amateurs et beaucoup de juifs viennent le voir jouer ainsi que le quart David Greenberg et l’ailier Benny Steck, deux autres joueurs de nationalitées juive.

Une première pour la ligue: un programme double sur deux jours consécutifs et un match un dimanche! Samedi le 5 octobre, Montréal va affronter Ottawa , subissant la défaite 24-14, avant de les recevoir le lendemain au stade Delormier juste pour voir les Rough Riders faire match nul 23-23 à la toute fin.

Pour une équipe nouvellement arrivée, Montréal présente une fiche de 2 victoires, 2 défaites et 2 matchs nuls à la mi-saison et sont en bonne position pour une des deux places en série. S’en suit une série de 4 belles victoires consécutives dont 2 contre Hamilton et , à la fin de la saison régulière, les Alouettes de Montréal sont Champions de la division Est même si ils terminent avec le même nombre de points que les Argonauts de Toronto.

FINALE DE L’EST: 24 MILLES PARTISANS À MONTRÉAL

Ayant terminé au premier rang, les Alouettes sont les hôtes de la finale de l’est contre Toronto et Léo Dandurand a même fait transporter 2,500 sièges du Forum de Montréal au stade Delormier pour accomoder le plus de spectateurs possible! Il y a donc 24,000 fervents amateurs de football qui encouragent l’équipe de Lew Hayman à la victoire afin de passer au match de la Coupe Grey. C’est la plus imposante foule jamais vu au Canada pour un match de football!

Même avec un beau ralliement en deuxième demie, les favoris doivent s’avouer vaincu par le score de 12-6 contre Toronto.

Benny Steck, Herb Trawick et Virgil Wagner sont nommés sur l’équipe d’étoiles du Big Four.
(à suivre)

sources:
La grande histoire des Alouettes,(Pierre Turbis,Pierre Bruneau) Les éditions de l’hommes
Montréal Football, Un siècle et des poussières,(Daniel Lemay) les éditions La Presse

Pool de football des Alouettes-LCF, dites MOI,J’EMBARQUE... cliquez ici

Feed

Denis Beauchamp a dit...

25-07...272

Alain Desautels a dit...

Beau travail!

Denis Beauchamp a dit...

177-05-00:01

poppsy a dit...

Très intéressant ce début historique de nos chers Oiseaux.
Bonne recherche. Merci de ta générosité.

*****

lestaf a dit...

Belle récapitulation. On dirait que tu as lu le même livre que moi...

Joelle Cyr a dit...

Wow vraiment intéressant Denis! J'ai bien aimé! :)

luc marcotte a dit...

denis pour les résutats des partie de vendredi:
WNP CONTRE MLT: JE MAIS WNP PAR SEPT AVEC CINQ TOUCHÉ.

HAM CONTRE BC: JE MAIS BC PAR 21 ET HUIT TOUCHÉ.
A LA PROCHAINE LECTURE.

Louise Charpentier a dit...

@Denis Excellent billet 5***** . Très bon billet toujours plaisant de savoir ou de se souvenir du passé de tout ce qui a pu arrivé depuis le tout début des athlètes de haut calibre qu'il est bon de se rappeler ! Bravo Denis .

luc marcotte a dit...

très bonne information de l,Histoire des alouettes et la ligue canadienne de football qui a pris sont envole dans les années quarante après la deuxième querre mondial.

j,ai hâte de voir la suite pour avoir d,autre nouvel de l'histoire de nos oiseaux.

vickie6535 a dit...

très bon billet Denis...il y eut un temps ou le "touché" coûtait 5$?...lol...excuses-moi, j'ai mal lu...plus sérieusement, j'aime beaucoup ce genre de billet...il relate une partie de notre passé, celui qui nous a amené jusqu'à aujourd'hui...Léo Dandurand fait partie de l'histoire des Alouettes et DU Canadien...il y a aussi un joueur qui a la particularité d'avoir endossé l'uniforme des Alouettes et celui DU Canadien...bonne continuité...

alain jardel a dit...

Touché ... 6*

Eric Duguay a dit...

5* vivement la suite.

Will Grenier a dit...

Wow 5****** j'ai hâte au prochain!

fanfed a dit...

Très intéressant de savoir la naissance d'une passion pour un peuple. 24,000 amateurs dans ce temps-là, ça signifiait 50,000 aujourd'hui.Cest bien d'inscrire tes sources...au carrousel, ça presse! 5 touch down mon cher!

Denis Généreux a dit...

5*, c'est pas assez!

Comme si nous y étions!

Merci, Merci, Merci!

GoAlsGo!

François Plourde a dit...

Joëlle ou autre capitaine: Je tiens à formellement recommander ce billet, et les autres semblables à venir, pour le carrousel du Grand Club. En cette période de changement de garde chez les Alouettes, je crois que c'est important que les internautes soient au fait de la riche histoire de notre club de football et que ce n'est pas seulement le CH qui a marqué l'histoire sportive de Montréal. Merci :-).

François Plourde a dit...

Wow! Excellent Billet! Un triple 5*, même s'il n'y a pas de fonction pour donner une telle note. Que j'aimerais avoir une machine à remonter dans le temps pour aller voir les Alouettes dans le passé!!

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010