Denis Beauchamp

Denis Beauchamp

Homme |

245
coéquipiers
100
abonnés


visites

.
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mur de commentaires

1949: Les Alouettes, première coupe Grey de leur histoire

Vues: 19 votes
145300_large

FRANK FILCHOCK
Mille neuf cent quarante-neuf, quatrième année des Alouettes de Montréal dans l’Interprovincial Rugby Football Union (le Big Four),année qui verra les joueurs de l’entraîneur Lew Hayman remporter la première coupe Grey de leur courte histoire! Mais il s’en passera des choses avant de soulever le trophée le 26 novembre 1949. Analysons donc cette saison.

Le 14 février, les Alouettes annoncent l’embauchent du quart-arrière Frank Filchcok, le même joueur que les équipes avaient empêché de jouer lors de la première moitiée de la saison 1947 et où le président des Alouettes Léo Dandurand avait du faire voter un règlement en milieu de saison pour permettre à Hamilton de le faire jouer sans perdre ses parties par défaut.

Avec cet embauche et ayant déjà de bons joueurs tel que le champion marqueur Virgil Wagner , Bruce Coulter, Herb Trawick auquels se greffera de jeunes joueurs talentueux comme Chuck Anderson qui nous vient des champions de la coupe Grey de 1948, Calgary,les experts placeront les Alouettes comme favoris pour remporter le gros trophée non sans raison!

DOUBLE DÉFAITES POUR OUVRIR LA SAISON

Malgré le nouveau quart et les changements apportés à l’équipe, la saison débutera plutôt mal alors que les Rough Riders d’Ottawa saboteront l’ouverture de la saison locale au stade Delorimier , battant les Alouettes 7 à 6 devant une foule de 14,948 spectateurs qui n’en croient pas leurs yeux. Trois jours avant, le 25 août, Montréal avait remporté une victoire de 14-13 contre les Stampeders de Calgary en match hors-concours, sans savoir que les deux équipes allaient se retrouver 3 mois plus tard pour le match de la coupe Grey!

Non content d’avoir battu les Alouettes pour ouvrir la saison, Ottawa remet ça 6 jours plus tard à domicile, une victoire encore une fois par un seul point, 22-21. Deux parties, deux défaites, ce n’est certe pas le début que tout le monde attendait! En 1949, le meilleur remède pour se remettre sur le droit chemin est d’affronter les Wildcats de Hamilton qui, à leur deuxième saison dans la ligue ne remporteront pas de victoire de l’année. L’attaque des Alouettes marque 6 touchés contre la défensive de Hamilton et remporte une victoire facile de 38 à 16 devant 7,500 partisans à Hamilton.

On reviendra à une fiche de 2 vic-2déf en allant battre les Argonauts de Toronto par la marque de 24 à 11 grâce à 2 touchés du demi Bob Cunningham avant d’enfin revenir au stade Delorimier le 24 septembre pour y recevoir cette même équipe.Plus de 16,000 fans sont sur place pour encourager les Alouettes à engranger une troisième victoires de suite mais Toronto se montre peu coopératif et repart avec les deux points et un gain de 29 à 14.

PROGRAMME DOUBLE CONTRE OTTAWA

Mauvaise nouvelle, on doit maintenant jouer un programme double contre Ottawa, le samedi au domicile des Rough Riders avant de les accueillir le dimanche à Montréal. Mais oui, deux parties en deux jours ça existait en 1949! Même si les grands experts donnaient le championnat aux Alouettes lorsqu’ils ont engagé Filchock, se sont les Rough Riders qui sont premiers avec une fiche parfaite avant les deux parties du week-end avec 5 victoires. Deux autres en deux jours et les Alouettes devront non seulement dire adieu à la première place mais aussi batailler ferme pour terminer en deuxième position et faire les séries!

Le premier match à Ottawa se termine encore, comme les deux premiers, par une différence d’un seul point pour l’équipe gagnante…les Alouettes qui l’emporte 20 à 19 et font subir à Ottawa leur première défaite de la saison. Le lendemain, au delà de 20,000 amateurs s’entassent dans les estrades du stade Delorimier dont quelques milliers venant d’Ottawa. L’attaque des deux équipes marquent pas moins de 75 points au total mais se sont les Rough-Riders qui l’emportent 42-33 en marquant pas moins de 12 points au 4ième quart.Comme on peut voir, ça ne date pas d’aujourd’hui nos difficultées en défensive au dernier quart lolll

Cette défaite est la quatrième d’affilées à Montréal en comptant la dernière de l’année 1948 et établit un record d’équipe pour les zoizeaux.

UNE PRÉDICTION DE L’ENTRAÎNEUR HAYMAN

Il reste un mois à la saison, 5 parties à jouer, les Alouettes doivent dire adieu au premier rang (Ottawa terminera premier avec une seule défaite en 12 parties) ,ils doivent maintenant se méfier des Argonauts de Toronto pour ne pas perdre le deuxième rang afin de participer aux séries (seul les deux premiers étaient de la finale de section). C’est à ce moment là que l’entraîneur Lew Hayman, un homme pessimiste comme pas un dans la vie, aurait déclaré que son équipe allait remporter leurs 5 dernières parties de la saison régulière.(La Patrie 14 octobre 1949).

Pour commencer, ils vont battre Toronto sur leur terre 24 à 16, ce qui annonce le début de la prédiction. Les trois parties suivantes sont contre les Wildcats de Hamilton! Première victoire de 29-16 avec 3 touchés de Bob Cunningham qui est même choisi le joueur le plus populaire de l’équipe devant les vedettes établies Virgil Wagner et Filchock. Mais c’est quand même Wagner qui remportera le trophée Lord-Calvert à la fin de la saison.

Deux autres victoires par des pointages de 22-6 (à Hamilton) et 29-18 (à Montréal) et Hayman est rendu à 4 de ses 5 victoires. Cette dernière victoire assure les Alouettes du deuxième rang et de leur participation à la série contre Ottawa. Pour ne pas faire mentir leur entraîneur, les Alouettes l’emportent 35 à 2 contre Toronto alors que Bob Cunningham marque un touché sur une course de 100 verges et Montréal termine avec un dossier de 8 victoires et 4 défaites, deuxième derrière Ottawa.

MONTREAL CONTRE OTTAWA EN FINALE DU BIG FOUR

On se retrouve donc dans une finale deux parties au total des points entre Ottawa ( 11-1-22pts) et Montréal(8-4-16pts), les Rough Riders ayant eu l’avantage 3 victoires contre 1 revers en saison. La première partie doit avoir lieu le mercredi 9 novembre à 19h00 mais Ottawa ne veut pas jouer le soir, disant qu’il fait trop froid en novembre! Un vote est alors tenu entre les 4 équipes de la ligue, par télégraphe, Toronto et Hamilton votant avec Ottawa pour que la partie ait lieu à 14h00 au stade Delorimier. “Une issue normale, Toronto ayant toujours voté contre nous et Hamilton vote toujours comme Toronto car c’est grâce à eux si l’équipe est dans la ligue” explique Lew Hayman. Léo Dandurand, le président des Alouettes, craint un échec au guichet en jouant à 14h00 mais pas moins de 15,272 spectateurs sont sur place, dont 4,000 venus d’Ottawa, roulant à 30 milles à l’heure sur la 17.

Les Alouettes jouent sans leur porteur de ballon Virgil Wagner mais réussissent à l’emporter 22 à 7 pour avoir une avance de 15 points avant le deuxième match joué à Ottawa 3 jours plus tard. Il y a plus de 17,500 personnes au parc Lansdowne mais seulement 900 billets sont mit à la disposition des Alouettes, un quota qui n’empêchera pas les 900 partisans d’en paraître 5000. Se souvenant du retour d’Ottawa en 1948, les Alouettes, qui perdent 13-1 à la demie, restent combatifs et Filchock surprend la défense adverse avec une passe de 43 verges à Cunningham pour le touché sur un troisième essai au quatrième quart et les zoizeaux gagnent le match 14-13 et la série 36-20 pour être couronné champion du Big Four. Fait assé rare, Lew Hayman, l’entraîneur, est souriant quand il accepte le trophée Dixon!

HAMILTON AVANT CALGARY ET LA COUPE GREY

Avant de se rendre à la finale de la coupe Grey, les Alouettes doivent jouer une partie contre les champions de la ligue de l’Ontarion et anciens rivaux,les Tigers de Hamilton. Bob Cunningham et Virgil Wagner marquent 2 touchés chacun et les Alouettes démolissent Hamilton 40 à 0 à Montréal* pour participer à leur première finale de la coupe Grey de leur histoire.

Toronto, 26 novembre 1949, les Alouettes de Montréal affrontent les champions de la coupe Grey de l’année précédente, les Stampeders de Calgary, sur le terrain boueux du stade Varsity, Calgary a terminé avec un dossier de 13 victoires et une seule défaite dans la division ouest et est encore une puissance.Ah oui il y a aussi de la neige sur le terrain, dans ses années là, il neigeait avant Noël…

Frank Filchock, le quart des Alouettes, est en pleine possession de ses moyens et il mène son équipe à deux touchés dans les 5 première minutes de jeu (Cunningham et Wagner), mais Calgary fera 11-7 en début de 2ième quart. C’est là que le joueur étoile Herb Trawick provoque un échappé du quart adverse qu’il ramène sur 30 verges pour le touché et les Alouettes mènent 17-7 après deux quarts de jeu.

Au retour des équipes, Virgil Wagner marque son deuxième touchés du match pour faire taire la foule , seul les partisans des Alouettes continuant à encourager leur équipe, les Torontois , avec leur respect total des Montréalais, s’étant mit avec les partisans de Calgary…Le match se termine avec une victoire de 28 à 15 des Alouettes de Montréal, l’arbitre mettant fin à la partie avec 15 secondes à faire alors qu’un groupe de Tuques rouges ( pas des carrés, des tuques!) ait arraché les poteaux des buts!

A sa quatrième saison, l’équipe de Léo Dandurand remporte sa première coupe Grey, la cinquième de l’entraîneur Lew Hayman ( un record du temps). Personne ne le sait mais on ne verra pas le gros trophée avant longtemps à Montréal…

Voilà le troisième billet sur les Alouettes est terminé. J’espère que je suis à la hauteur de vos attentes, laissez-moi vos commentaires dans le respect et humour.

Les Alouettes de Montréal: tout commença en 1946
L’histoire des Alouettes,saisons 1947 et 1948
Pool des Alouettes-LCF DenisB:règlements

Sources:La grande histoires des Alouettes de Montréal par Pierre Turbis et Pierre Bruneau (Les éditions de l’HOMME)

Montréal Football Un siècle et des poussières…Daniel Lemay (Les Editions La Presse)

Feed

Alain Desautels a dit...

Très bon billet!

Denis Beauchamp a dit...

25-07...191

Denis Beauchamp a dit...

Merci aux personnes qui prennent le temps de venir lire l'histoire des Alouettes et y laisser leur commentaire se rapportant à ce billet.

1949, l'année de la première coupe Grey pour notre équipe,les partisans ont eu droit à une très bonne saison qui laissait entrevoir d'aussi belles choses pour la suite. Dans mon prochian billet, vous lirez que ce n'est pas qu'au hockey que les temps furent durs...

marcel boisvert a dit...

a propos de Bernie faloney si je ne me trompe pas il a connu ses meilleures années avec Hamilton mais il est passé aux alouettes en compagnie de don Paquette contre Sam Etchevery et un autre joueur si ma mémoire est encore bonne lol.
Très bon billet denis

explorare a dit...

Excellent billet Denis. C'est toujours un plaisir de lire des articles du genre. Merci.

Denis Beauchamp a dit...

19...1:50...126

François Plourde a dit...

Et félicitations aussi ta présence sur le carrousel avec ce billet. Cette série de billet est comme un cours d'histoire, à la différence qu'il est divisé en petites portions parfaitement dosées et qu'on peut apprendre à notre rhytme. Je salue le jugement de nos Capitaines qui, je présume, en ont fait la recommandation pour le carrousel. C'est amplement mérité pour toi, Denis, avec tout le temps que tu dois investir dans ce billets.

Les Argonauts ont gagné ce soir, alors il faut vaincre les TC ce vendredi afin de demeurer premiers de la division!

GO! ALS! GO!

François Plourde a dit...

Excellent billet, 5*! C'est fascinant de constater que dans le temps, les équipes de football étaient appelées à jouer 2 matchs en 2 soirs consécutifs. Aujourd'hui, lorsqu'il y a 4 ou 5 jours entre 2 matchs, on qualifie cela de la "petite semaine".

Pour le bénéfice de tous et de toutes, Bernie Faloney (3 coupes Grey, membre du Temple de la renommée de la LCF) est malheureusement décédé en 1999 à la suite d'une longue maladie. Je n'ai aucun mérite pour pour savoir ça...Tout le crédit à Wikipedia :-)

Will Grenier a dit...

Bravo bon billet
5*****

Denis Beauchamp a dit...

Ah bien il y a comme un message qui est parti tout à coup pourtant je laisse tout le monde s'exprimer sur mes billets.

Louise Charpentier a dit...

@Denis Excellent billet 5***** . WOW quel texte intéressant à lire ! Tu t'améliorer à chaque fois que tu écris cher Denis. Tu as une super belle plume crois-moi. J'adore lire ces textes ou l'on parle des débuts d'une équipe ....de ses victoires, ses défaites ses vedettes. C'est vraiment super à lire.

Encore Bravo mon Denis . Bonne journée et bon match de soccer si tu l'écoute bien sur ce soir à 8 hres sur TVA Sports.

cflman a dit...

Merci Denis 5*****

vickie6535 a dit...

très bon billet Denis...c'est une chose qui m'intéresse beaucoup de connaître: une partie de l'histoire de mon passé, et même d'avant...lol...je trouve bien intéressant de prendre connaissance de ce qu'avait l'air le football avant la création de la ligue actuelle, comme pour le hockey d'avant NHL...beaucoup de travail, j'ai bien aimé, je n'y connait que très peu du football de cet ère, j'attends la suite...

fanfed a dit...

Ce fut les belles années des Rough Rider D'Ottawa et ce n'est pas d'hier que les partisans ne se contrôlent plus et débordent.

On ne doit jamais compté les Als pour battus et l'histoire que tu racontes sur eux prouve bien que cette équipe compte tellement de revirements spectaculaires pour arriver à la victoire à travers toutes ces années.
Ça se lit très bien car ton texte est aéré...beaucoup de travail dans ce billet...félicitations! 5 beaux majeurs!!!

poppsy a dit...

Je te donnes immédiatement ma prédiction pour le match de ce soir entre les Bombers et les Argonauts, car je ne sais pas si je serai de retour avant le botté d'envoi.

Les Argos par 9... 5 touchés.

Bonne journée.

Denis Beauchamp a dit...

luc marcotte

Merci de tes commentaires, toujours pertinents, n'oublis pas de me donner les différences de points aussi.

Denis Beauchamp a dit...

Jean Thibaudeau

Je t'invite à t'abonner car je continuerai l'histoire toute la saison durant. Tu peux aussi participer au pool avec nous. Merci de ton passage.

Denis Beauchamp a dit...

Denis Généreux

Malheureusement non, la guerre Montréal-Toronto existait déjà au hockey lorsque les Alouettes sont arrivés en 1946.Quand même déplorable d'encourager l'ouest à la coupe Grey.

David Jones a dit...

Toronto par 7. 5 touchés.
Saskatchewan par 3. 6 touchés.
Edmonton par 1. 7 touchés.
Mtl par 7. 5 touchés.

luc marcotte a dit...

denis je tant voie mais prédiction pour les partie de cette semaine:

wnp- toronto: wnp et six touchés par 3 points

Sask-Calgary: Sask et 4 touchés par 8 points

Edm- Bc : Bc et six touchés par 20 points

mtl- Hamil: Mtl et cinq touchés par 7 points

Jean Thibaudeau a dit...

Très intéressante trilogie. Autant l'histoire du Canadien est connue et remémorée régulièrement (avec raison, d'aileurs!), autant celle des Alouettes est ignorée, par moi en tout premier lieu. Le récit nous permet de se faire une bonne idée des enjeux ''émotifs'' de ces 3 saisons. Me donne le goût d'en savoir davantage...

luc marcotte a dit...

denis j'attend tes billets sur l'histoire de nos Alouettes et les équipe adverse dans le début lcf. ça fait du bien de lire pareil histoire dans le monde du sport. très intéressant comme histoire. merci de prende le temps de rassemblé ses textes.

Denis Généreux a dit...

Merci Denis, 5*!

GoAlsGo!!!

Ça ne date pas d'hier la haine pour Montréal et le Québec!

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010