Promobanner

Stéphane Langdeau

Stéphane Langdeau

|
Montréal

995
coéquipiers
530
abonnés


visites

Maintenant en ondes du lundi au samedi, 21 h 30, à RDS!
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires

Where are the french guys?

Vues: 10 votes

Je sais, c’est certain que ce billet va entraîner de nombreuses critiques de la part des télévisions, des radios et des journaux anglophones. Et puis, il est possible que la presse francophone ne soit pas plus contente. C’est sûrement mon sentiment d’équité!

Le Canadien de Montréal, c’est l’équipe du Québec et personne ne peut arguer ce fait. La question se posera peut-être autrement lorsque les Nordiques seront de retour à Québec mais pour l’instant, cette affirmation est tout à fait juste.

Toutes les télévisions, radios et journaux du Québec accordent une place importante aux joueurs du Canadien de Montréal et à son entraîneur-chef, une personnalité hautement médiatisée.

Le Québec, c’est aussi huit millions d’habitants. Une grande partie de cette population, 79 % en 2006, avait pour langue maternelle le français contre à peine 8 % qui était de langue maternelle anglaise.
Attendez avant de prendre le mors aux dents, je ne tiens aucunement à m’engager dans un débat politique.

Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi les premières minutes des conférences de presse d’après-match du Canadien de Montréal sont plus souvent en anglais qu’en français! Plusieurs personnes m’accostent et me posent cette question. Ces gens sont frustrés d’entendre les entraîneurs du Canadien répondre davantage à des questions en anglais. Malheureusement, je n’ai jamais de réponse mais j’ai promis d’enquêter. Il y a 15 ans, j’aurais pu fournir une explication alors que j’étais du groupe de journalistes affectés à la couverture du Canadien à domicile.

À qui la faute croyez-vous? À l’organisation du Canadien, aux journalistes francophones ou aux journalistes anglophones? Une chose est sûre, ce n’est aucunement la faute de Michel Therrien. Son seul rôle lors de la conférence de presse est de répondre aux questions dans la langue qu’elles lui sont posées.

Selon Renaud Lavoie, notre informateur hockey à RDS, et Chantal Machabée qui assiste à tous les entraînements et matchs du Tricolore, la proportion anglophones-francophones qui assistent au point de presse de l’entraîneur-chef favorise largement les anglophones. Et là, Renaud tient à exclure tous les médias provenant des villes adverses.

Oui, je suis scié! Voilà tout!

L’explication serait la suivante : la presse anglophone demande à ses chroniqueurs d’assister aux conférences de presse du coach. Où sont nos chroniqueurs francophones? Il doit bien y en avoir, non! Chantal, Renaud et Luc Gélinas doivent-ils faire tout le travail pour les autres?

Avez-vous remarqué que les points de presse provenant des 29 autres villes du circuit Bettman sont tous en français d’abord et en anglais ensuite? Alors pourquoi pas à Montréal? Avouez que c’est à n’y rien comprendre. Mais dans d’autres villes, les chroniqueurs des médias écrits doivent se déplacer pour aller poser leurs questions. Ils ne peuvent entendre les commentaires à la télé interne.

Au moins deux chaînes sportives au Québec présentent en direct les commentaires de Michel Therrien et aucune ne le fait du côté anglophone. Qui plus est, l’auditoire francophone est largement supérieur à celui anglophone dans tous les médias, électroniques ou écrits, du Québec. Me semble que le Canadien devrait accommoder la majorité. Ça relèverait de la logique, cette même logique qui s’applique à l’inverse dans toutes les autres provinces du Canada.

Cela dit, il faudrait par contre que les journalistes de la presse francophone se présentent aux conférences de presse et en posent des questions, n’est-ce pas!

Stéphane Langdeau
Site Internet de L’antichambre
Twitter de L’antichambre
Facebook de L’antichambre

Feed

Ohmer Belma a dit...

Les amis, Luc Gélinas vient de carrément prouver que Mr. Langdeau n'écoutez jamais les conférences de presse. Quand Luc Gélinas qui est TOUJOURS aux conférences de presse nous mentionne qu'effectivement les questions commencent en français et ensuite tourne en anglais ça fait juste prouver que Langdeau parle juste pour parler. Je suis tellement tanné d'entendre des conneries comme sa que j'écoute pratiquement pas les match sur RDS. (En passant vous avez tout de même de très bon commentateur). Mais quand certaines personnes décide de mélanger la politique aux sports professionnelles, je commence sérieusement à me poser des questions à savoir si ces gens la ont mal choisi leurs métier. Peut-être que la politique vous ferais mieux? En tous cas vous seriez sans doute le meilleur ami de Pauline Marois. Enough is enough. Au Quebec se n'est pas juste des francophones. Il y a aussi des anglophone qui paie les même taxe que vous Mr. Langdeau.

maugail a dit...

Et c'est pour ca que Cunningworth a perdu son job.
Parce que les questions etaient toujours en anglais.

maurice_ledifficile a dit...

Est-ce possible que dans les autres villes, ils sont simplement polis? L'ordre que vous mentionnez est tellement anodin. Il est vrai que vous devriez traduire les entrevues menées en anglais, mais l'ordre des questions des journalistes? Franchement, on a assez de vrais points à défendre, pourquoi s'en faire pour des niaiseries ?

En passant, « arguer » veut dire le contraire de ce que vous pensez. La protection de la langue, ça commence chez-soi. Je dis tout ça avec un sourire amical, mais il faut choisir ses batailles, comme disent les anglos.

La présence de peu de journalistes francophones pourrait provenir du fait que la plupart d'entre nous cherchons nos nouvelles de hockey à quelques endroits seulement. Je dis ça comme ça...

Pierre Meloche a dit...

Excellent billet Monsieur Langdeau, c'est une situation qui m'irrite au plus au point parce qu'il s'agit du hockey, tout le monde ferme les yeux sur cet état de chose. Mais le pire c'est que à votre propre émission après le point de presse de Michel Therrien vous manquez de respect à ce même public en ne traduisant pas les questions et réponses pour votre auditoire qui ne comprennent pas l'anglais. Nous somme redevenus de braves colonisés qui ( je le constate en lisant cette chronique) défendent plus le fait Anglais que les propres Anglophones eux-même. Au pire ne montrez pas le point de presse et faites-en nous un résumé.
Merci de me publier

stephane Grenier a dit...

Je pense que tu résumes tout. Seulement RDS et TVAsport s'occupe du sports au quebec. Si vous comparez avec le reste du canada ou les états-unis, chaque chaine de télévision a son spécialiste régionales pour couvrir le sports.

Le manque de job et surtout d'information est un problème. Il m'arrive souvent de prendre mes nouvelles sportives ailleurs. Il n'y pas juste le hockey et je pense que les médias ne peuvent pas révaliser avec les 3 spécialistes de RDS. Voila pourquoi.

guy rochette a dit...

On est au Québec et le Canadien se doit de mentionner qu'au départ les questions francophones seront privilégiés,ensuite ce sera les questions des anglos,me semble que ce serait facile de la part du ch de prendre position et de faire en sorte que cela se passe de cette facon,pour les journalistes francophones qui ne sauraient poser les bonnes questions en francais,qu'ils aillent sur les blogues,les partisans seront capables de leur faire part des leurs,encore une fois bravo a rds et ses journalistes qui eux font la job et martin mgwire,les autres relever vos manches!

la relève a dit...

"Avez-vous remarqué que les points de presse provenant des 29 autres villes du circuit Bettman sont tous en français d’abord et en anglais ensuite?"

...parce que nous, en bon peuple opprimé que nous sommes, nous devrions exiger d'avoir le meilleur des deux mondes? C'est à n'y rien comprendre, effectivement. Portons plainte à l'Office de la Protection de la Langue Française au plus vite, qu'ils mettent une équipe sur le dossier pour évaluer la pertinence d'ouvrir une commission d'enquête qui ira, sans l'ombre d'un doute, jusqu'au plus profond de cette sinistre histoire qui se veut une insulte aux grands qui ont donné leur vie pour défendre et protéger le fait Français au Québec, ou quelque chose comme ça..?

Daniel Fortin a dit...

Oh boy !!! Quel belle vérité. Moi je pense que ce serais plutôt a celui qui prépare le point de pesse a mettre ses culottes non ?? Il y a bien quelqu'un qui dirige le point de presse non ?? Alors ce serais plutôt normal qu'il avise les journalistes présent au point de presse que les premières questions sont réservé au journaliste Francophone non ?? Me semble que ce serais la normalité de la chose ??? Je pense que c'est de la que part le problème a mon avis. Dans une province Francophone ou la langue officielle est le Français me semble que ça se dit tout seul. Alors M. Stéphane Langdeau je vous suggère de commencer votre enquête de ce coté celui qui prépare la conférence de presse si il y en a un. Bonne enquête et un résultat de votre enquête serais ben apprécié. Bye

Benoit Leclerc a dit...

Je ne veux pas mêler la politique au hockey mais en politique,, lors des conférences de presse du Premier ministre ou d'un ministre, ou même d'un député de l'opposition, la période de questions commence en français puis suit l'anglais. Pourquoi pas le faire dans le sport, nous sommes au Québec,that's it, that's all !!!! Thank you

eric Cousineau a dit...

Est-ce tout cela change le produit sur la glace??? Non, alors, pas la peine d'en parler. Est-ce qu'il y a encore des gens du Québec qui ne comprennent pas les deux langues? Non, alors, pas la peine d'en parler. Go Habs Go!!!

alain roy a dit...

Bon point Mr.Langdeau,mais n'oublier pas une chose ce n'est pas tout le monde qui prend pour le canadien au Québec,même sans les nordiques qui selon moi ne seront jamais de retour tant et aussi longtemps que Bettman seras la,il placera une équipe à l'Equateur avant d'en placer une à Québec.
Tant qu'au language,il faudrait s'habituer parce que d'ici 20 ans le Québec seras majoritairement anglophone.

Tony Tropiano a dit...

parlons hockey messieurs a la place,la politique de la langues n'a pas sa place dans le sport?
Ont cherchent tjrs des poux au Quebec..je ne perdrais pas plus mon temps avec ce billet parce-que ca vaut pas la peine..

jean-pierre rainville a dit...

Sûrement pas sur l'équipe !

David Girard a dit...

Véloboy. Petite correction : à l'échelle provinciale, la seule province officiellement bilingue au Canada est le Nouveau-Brunswick. Le Québec est francophone; les autres provinces anglophones.

fredster g a dit...

Pas assez des jouers francophone, we can't have that!
L'entraineur (Cunneyworth) il parle en anglais, we can't have that!
Les question au conference de presse d'apres-match sont en anglais, we can't have that!
Est ce que ca va j'amais arrete?
Est ce que le prochaine va etre, GO HABS GO?
s.v.p. arrete already!
Merci

toutunhom a dit...

c'est pas drole, faut absolument trouver de quoi de negatif ...La langue, point de presse trop anglophone, etc... tantot sa va etre la qualité du ketchup, ou son endroit de fabrication

ayoye.. on est ti peuple

Hubert Leduc a dit...

Tout à fait d'accord avec cet article. J'ai souvent posé la question sur twitter " où sont les journalistes francophones"
Peut-être sont-ils incapables de formuler une question en " bon" français...

jean-francois bergeron a dit...

michel Villeneuve sort de se corps.

Djiespi a dit...

Félicitations M.Langdeau! Vous avez parfaitement raison! Oui les conférences de presse du coach devraient commencer en français, et les 2 premières questions en plus.
Je crois avoir trouvé une explication à savoir pourquoi on entend plus d'anglais que de français lors de ces conférences: les journalistes anglos ne comprennent à peu près rien de ce que Therrien dit en français, alors ils le font toujours répéter! Alors que nos journalistes francos, eux, n'ont pas besoin de lui poser la même maudite question en français, ils ont tout compris, eux!

soupqc a dit...

RDS aussi a baissé son intérêt envers la conférence de presse.

Il y a quelques années, RIS (devenu RDS Info) présentait la conférence de presse d'après-match dans son intégralité en direct. Maintenant, on ne présente que 3 réponses du coach en direct à l'Antichambre. Je vois là un grand manque d'intérêt.

Aussi, les journalistes se font rares. Les chaines généralistes n'ont qu'un ou deux journalistes sportifs et la 2e chaine spécialisée en sport utilise son "feed" de son partenariat avec Sportsnet. Il y a toujours 98,5FM qui offre une bonne couverture.

Luc Gélinas a dit...

En fait Stéphane, le Canadien donne toujours les premières questions à RDS et/ou CKAC après les matchs car nous sommes diffuseurs officiels et nous allons en direct. Même si c'est un club bilingue, ça commence presque toujours en français au moins 14 fois sur 15...et à domicile, après 2 ou 3 questions en français, ensuite les questions alternent.

La différence sur la route, c'est qu'on n'alterne pas. C'est français en premier et anglais en deuxième. Comme on alterne à Montréal, après 2-3 questions en français, les anglais suivent avec leurs questions et ensuite ça varie...question de politesse je crois.

Le problème selon moi est pas mal plus dans le vestiaire où il n'y a que Bouillon et Desharnais...mais ça c'est un autre dossier.

Frank Nadeau a dit...

Personnellement, je crois vraiment tu fais un big deal avec pas grand chose. Même si nos chums les anglos ont vraiment planifiés de faire parler Mitch en anglais pour nous enmerder, je pense qu'on pourrait pas plus s'en foutre de ça. C'est important de défendre la langue, mais je pense que l'information tu viens nous apporter c'est juste pas du tout pertinent

brooklyn09 a dit...

@ Bruno Flocari.

Personnellement, je ne suis pas d'accord. Qu'il y ait une majorité ou non de médias anglophones ne devrait en rien expliquer le fait que la presse francophones n'ai pas la priorité de parole.. Je ne dis pas de tasser les médias anglophones surtout que ces derniers sont majoritaires et que nombreux partisans anglophones sont aussi pro-CH, seulement, je dis que ces derniers devraient attendre que les quelques journalistes francophones ai terminé de poser le question sans non plus tomber dans un extrême..

Fred LeBlanc a dit...

La langue de la LNH est l'anglais... que tu sois Russe ou Slovaque ou Français. C'est pour que nos nouvelles soient vues et entendues au travers de la planète Hockey. TSN, ESPN, NBC, NHL Network veulent leurs 'Newsfeed' et c'est un protocol, C'est tout...

Daniel Theriault a dit...

J'aimerais que Stéphane nous sorte une autre statistique, combien de gens au Québec sont bilingues? RDS pourrait alors prendre la décision de diffuser le point de presse dans son intégralité. Autre avantage, nous aurions le contenu réel au lieu d'une traduction qui manque parfois de précision et qui n'est pas toujours impartial. De plus je regarde aussi TSN et je vois certains commentaires très judicieux de Michel Therrien qui ne sont pas montrés à RDS vu la barrière de la langue. Je comprend que le travail des journalistes en direct n'est pas le plus facile, mais laissez-nous au moins voir le contenu lors de l'AC, cela ne changerait en rien la façon de bâtir vos émissions et améliorerait le cachet "live" et toujours présent de RDS.

François Côté a dit...

Le problème de la langue à Montréal n'en est pas un d'anglicisation mais bien de défrancisation. Je trouve que les campagnes de publicité du genre "je suis Gionta" sont ridicules et ne servent qu'à flatter notre égo de nationaliste refoulé.
En attendant je vais continuer d'écouter des games de hockey jusqu'à ce qu'un inspecteur zélé de l'OQLF vienne me forcer à dire joute de gouret.
GO HABS GO!!!
Euhhh allez les habitants, allez!

François Côté a dit...

Au risque de vous contredire, on dit Canadiens de Montréal et non Canadiens du Québec. Géographiquement parlant il s'agit bel et bien de la seule équipe en territoire québécois je vous le concède, mais c'est un club montréalais d'abord et avant tout. Les québécois (ou canadiens-français, c'est selon) fans de hockey sont libres de suivre l'une des 30 équipes de leur choix. La direction du CH n'oblige personne à les suivre. Vous seriez surpris de voir la quantité de personnes au Québec qui prennent pour Boston, Pittsburgh ou encore Chicago (quoi que vous le savez probablement déjà). Personnellement je trouve qu'on en fait tout un plat avec cette question linguistique.

rene lefebvre a dit...

Comme dirait l'autre «c'est un bon point»
je suis un fervant auditeur de l'antichambre et quand vient le temps de la conférence de presse de Michel je ronge mon frein quand j'entend ça,et c'est frustrant quand on sait qu'on est beaucoup plus nombreux à suivrent le canadien et à écouter l'antichambre.
Et là comme tu l'a dit ce n'est pas un débat politique ça on en veut pas,mais le respect de la majoritée au Québec qui écoute l'émission ça aussi c'est important.
Et je profite de l'occasion pour souligner le fait que l'on entend pas souvent les questions,ça vient en ajouter sur le tas,
Ceci dit Stéphane salut pour moi toute la gagne de lAntichambre et vivons avec la majoritée tout en respectant tous les autres car nous on est capable de le faire. Merci de m'avoir lue!

jean-pierre rainville a dit...

Ses joueurs parles toutes l'anglais, sauf deux. Il a beaucoup de practice dans la langue anglaise.

tripple b a dit...

On a un coach et un directeur bilingue. Ca me suffit!
Ce billet semble vraiment vouloir piqué quelque chose que les fans du CH essaie de mettre derrière eux.

Let's talk about Cole and why he's still sleeping instead :)

Marco Thibault a dit...

Je vous trouve légèrement hypocrite MR. Langdeau. Vous refusez de vous engagez dans un débat politique mais vous écrivez un billet qui, vous le savez très bien, créa une certaine polémique a propos de la langue et par le fait même, deviendra un débat politique.

C'est un peu comme le gars qui te parle et dis:

"Écoute, prends pas ca personnel, mais t'es vraiment un imbécile."

Pierre Simard a dit...

On en est rendu là? Solution: un système d'alternance - un journaliste franco pose la 1ère question un jour, et le lendemain, c'est un anglo; chaque question dans une langue est suivie d'une question dans l'autre. Encore mieux: 79% de toute question doit être posée en français, et l'autre 21% en anglais - même chose pour les réponses. Une parité à l'image de votre composition linguistique! Et pour ceux qui croient que le marché du CH est québécois et donc la langue parlée dans son entourage devrait être le français seulement, sachez que le marché s'étend hors de vos frontières provinciales. Hormis ce fait, les anglos du Québec méritent de partager cette joie d'être fans autant que vous. So, if you want more questions and answers in French, get your reporters to attend and speak up!

Louis-Antoine Lemire a dit...

Peut-être qu'avoir une semble accréditation pour assister au point de presse de M. Therrien est plus difficile à obtenir pour les journaliste québécois. De plus, peut-être que les journaliste franco s'arrange avec Doum Saillant pour discuter avec Michel one on one dans l'optique de lui poser les questions seul à seul

Julie Harel a dit...

Moi ce que je veux c'est qu'ils gagnent, pas necessairement qu'ils parlent francais!
Quand le Canadien va bien, vous cherchez encore de quoi faire de la petite nouvelle...
AH oui..le prochain souffre douleur..COLE on va n'entendent parler TOUT les soirs!!

Eric Martin a dit...

Le temps des plaintes et de la pitié est révolue. Quand on a son destin en main, on agit au lieu de brailler. Quand je vois des joueurs francophones qui massacrent ma langue française, je préfèrerais qu'il parle anglais à la place. Aimons notre langue, soyons en fiers, parlons-la comme il faut et les autres la respecteront. Ce n'est pas en molestant notre langue d'une part et en faisant la police de la langue d'autre part (Pasta hein????) que nous allons amener les autres à aimer notre langue.

Marc-André Dion a dit...

Écrire un billet sur le site internet de RDS pour finalement se plaindre que les boss des autres stations et journeaux n'obligent pas leurs employés à assister aux conférences de presse d'après-match...sans commentaire!

Vous avez raison sur un certain point par rapport à la proportion de franco qui est partisant du club...mais les francos pourraient-ils s'ouvrir sur le monde un peu et connaître d'autre mots que YES NO TOASTER? Il y a 29 autres club qui eux, la langue première de leurs partisants n'est pas le français. Se pourrait-il donc qu'eux aussi ont des besoins et que les points de presse ne soient pas juste pour les fans locals, mais aussi pour ceux à l'étranger et aussi pour les besoins de la ligue elle-même?

On peux tu arrêter d'essayer de trouver n'importe quelle porte d'entrée pour ramener sur la table le débat franco anglo? Bienvenue à Hérouxville!

jean-pierre rainville a dit...

Il a l'air de la majorité du dialogue pour l'entraîneur est dans l'anglais.
Seulement 2 joueurs de 23 parlent français.
Therrien obtient beaucoup de pratique, avec l'équipe, avant de faire face à la conférence de presse,
d'une manière prédominante anglaise.

Guy Morin a dit...

Parlons en des conférences de presse d’après-match du Canadien de Montréal présenter sur l'antichambre, vous en présentez environ 2 minutes seulement. La langue n'est pas importante si on ne peut pas les voirs ces conférences de presse. Meme choses avec les échos de vestiare. Je préfere écouter les commentaires des joueurs et de l'entraineur que les votres et certains de vous panélistes Mr. Langdeau.

En plus vous vous trompez en disant que le CH est l'équipe du québec. le CH a des milliards de fans anglophone at travers le Canada et le monde entier. Alors les medias anglais ont autant d'importence que les médias francophones. Comme l'équipe va bien sur la glace, c'est bien vous d'essayer de trouver du négatif et queque chose a chialer sur le CH. Parlez de sport Mr. Langdeau et laissez la politique aux politiciens s.v.p..

Jonathan Brousseau a dit...

Moi ce que je me demande, c'est pourquoi les journalistes anglophones demandent souvent les mêmes questions en anglais que posé en français... Qu'ils fassent comme rds et qu'ils sous-titrent. J'imagine le coach qui a surement bien d'autres choses à faire que de traduire pour les journalistes ses réponses dans une ou l'autre langue

alain labrie a dit...

commentaire tres juste

Mario B. a dit...

J'ai vu ça lors de la défaite de 6-0 face à Toronto...aucune question posée en français...moi qui croyais qu'on ne voulait pas mettre le CH dans l'embarras...bravo franchement, ça me surprend que vous ayez passé la modération! :)

Max Stanley a dit...

Alors qu'actuellement quelques anglophones s'offusquent par les mesures prise par le gouvernement du Québec pour entretenir la langue française, un journaliste sportif pose cette question là et lance de l'huile sur le feu.

Journa-sensationnalisme 101.

3% versus 97% d'équipe anglophone, sur territoire anglophone, au sein d'une ligue anglophone.

Très beau sujet. Mais pourquoi donc les après match sont-ils en anglais! Je vais encore y penser 2-3 jours et je vous reviens.

cippius a dit...

Je peux comprendre le questionnement mais malheureusement le monde du hockey est anglophone en majeure partie. Et puis vous le dites vous-même, si les questions sont posées en anglais il sera difficile de répondre dans la langue de Molière. Faudrait aussi savoir comment ça se passe ailleurs comme à Ottawa par exemple ou Toronto même. Est-ce vraiment utile que toute la presse assiste aux entraînements et à la conférence de presse qui suit ?

C'est évident qu'à Québec la majorité de la presse sera francophone, mais Montréal est une ville cosmopolite et il faut faire avec. Quand une langue de travail est Anglaise, j'imagine qu'il est normal que les premières questions se posent en anglais !!!???? Enfin c'est un raisonnement que j'aie sans vouloir dire que c'est réellement le cas.

Merci .

tompost a dit...

En fait, c’est une vieille coutume qui remonte à la bataille de Fontenoy de 1745. Le comte d'Anterroche, commandant d'une Compagnie des gardes françaises, aurait prononcé au début de la bataille cette fameuse phrase célèbre : « Messieurs les Anglais, tirez les premiers! »

Serge Lamoureux a dit...

Super votre billet M.Langdeau!

Ce billet ne relance pas le débat sur la langue française mais tout simplement une question de respect pour ceux qui écoutent L'antichambre au moment du point de presse de l'entraineur!
(P.S. Je n'ai pas perdu 3 minutes de ma vie à écrire)

Bruno Flocari a dit...

D'après moi, puisqu'il y a une majorité anglophone du côté de la presse lors des conférences de presse, il me semble évident que la séance de question débute en anglais. Même si le public principalement visé par l'organisation du Canadien est fort probablement la communauté québécoise, il ne faut pas écarté la possibilité que plusieurs anglophones sont des partisans du Canadien, partout au Canada tout comme aux États-Unis. Je suis personnelement un Franco-Ontarien, donc je provient d'un milieu où la francophonie est une minorité. Je peux comprendre le fait que certains peuvent être boulversés par la situation, mais je crois que si on veut que la période de questions commence en français, il faudrait que les journalistes francophones trouvent un moyen de redevenir une majorité lors des conférences de presse. Merci.

robin Villeneuve Poirier a dit...

pasta

véloboy a dit...

Tant qu'à moi, je me fout bien de la langue, je suis bilingue!!!


Mais, personnellement, j'ajouterais encore plus d'huile sur le feu; quand le match est joué à Mtl, les seuls journalistes qui devraient être autorisé à poser des questions dans la langue de Shakespeare, sont ceux qui proviennent des U.S.A.. Pourquoi?? Pcq le QC est francophone et que le reste du Canada est "supposé" être bilingue! Alain Vigneault fait-il un point de presse en français?? Bob Hartley? Ben non, puisqu'ils sont identifié comme étant dans un marché anglophone du Canada, ben ici c'est un marché francophone.

Mais bon, comme je l'ai dit plus haut, je m'en fout éperdument. S'il n'y a pas plus de franco dans la salle de presse, bien ils n'ont qu'eux à blâmer. Ça ne fait qu'appuyer ce qu'on dit depuis des années; des vrais journalistes sportifs, qui connaissent de quoi ils parlent, il n'y en a pas beaucoup au Qc.

guy5555555 a dit...

salut oufffffff

merci
Cela dit, il faudrait par contre que les journalistes de la presse francophone se présentent aux conférences de presse et en posent des questions, n’est-ce pas ! sa explique tout

mais pourqoui ne pas etre interessé d etre la ?????????

s est tu qu ils ont obliger d aller sur la route
ou
ils aime bien voyager tout frais payé la sa vaut la peine ?????
ou
ils ont tous dans une émission d apres match ?????????

Jacques P Morin a dit...

Monsieur Langdeau, je ne suis pas du genre à faire une maladie avec la langue. J'aime mon français et je tente de le parler du mieux que je peux.
Par contre, la situation dont vous nous informez est désolante. En effet, le marché cible du Tricolore est le Québec francophone. C'est le seul endroit dans la LNH où la francophonie est majoritaire.

Il faudrait donc que l'on en tienne compte lors des points de presse, d'autant plus que l'entraîneur-chef a cette langue maternelle.
Il ne s'agit pas ici de faire un pied-de-nez aux journalistes anglophones montréalais qui du reste, connaissent suffisamment la langue de Molière.
Simple question de respect et gros bon sens.

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010