Daniel Lequin

Daniel Lequin

|
Sorel-Tracy

89
coéquipiers
42
abonnés


visites

Courir...pour survivre !
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mur de commentaires

Qu'est-ce qui est plus dur que l'acier ? Les six derniers milles !

Vues: 3 votes
115449_large

Il y a des phrases qui se perdent dans le temps mais d’autres qui nous font réfléchir. Lors de ma dernière participation à un marathon à Pittsburgh, on distribuait des affiches géantes de l’événement.

On y aperçoit l’un des nombreux ponts qui engendrent les trois rivières de la ville de l’acier aux États-Unis. Il y est écrit en majuscules: What’s harder than steel ? Puis, en tout petit dans le bas: The last 6 milles !

Ça m’a frappé. Pittsburgh ne l’a pas eu facile dans le passé. Avec ses nombreuses acieries, la pollution faisait rage et la ville était sale. La population a donc pris conscience du marasme auquel elle faisait face. Il fallait un redressement, une prise de conscience et nettoyer.

Aujourd’hui, les aciéries sont encore présentes dans le décor. D’ailleurs, je vous en fait voir une sur la photo du haut derrière le stade des Pirates où on remarque une discrère fumée blanche qui sort des cheminées.

Mais, je reviens à cette phrase. La personne qui l’a pondue possède du talent. Cet énoncé peut s’appliquer à tous les marathons, pas uniquement à Pittsburgh mais avouez que pour cette ville, on a visé dans le mille.

Oui, les fameux six derniers milles, c’est à cet endroit que la rencontre se joue et cela, peu importe le talent que vous possédez, peu importe vos capacités, peu importe votre expérience ou peu importe vos qualités ou vos défauts. Cette dernière tranche vous attend dans le détour.

Pour des raisons inconnues, parfois, ça passe et parfois, ça casse. Vous ne savez jamais et cela peu importe les conditions dans lesquelles vous vous présentez au départ. C’est un peu ce qui fait le charme d’un marathon. Partir à l’aventure sans savoir comment elle va se terminer et surtout dans quel état d’âme vous vous sentirez au fil d’arrivée.

Alors, l’auteur de ce slogan a eu un éclair de génie lorsqu’il l’a mis sur papier.

Feed

François Drouin a dit...

C'est tout à fait vrai. C'est un beau retout sur ton marathon de Pittsburg que tu fais avec cette réflexion.

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010