Daniel Lequin

Daniel Lequin

|
Sorel-Tracy

89
coéquipiers
42
abonnés


visites

Courir...pour survivre !
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mur de commentaires

Dix-neuf ans plus tard...je me souviens !

Vues: 9 votes
155048_large

Surviennent parfois des moments dans une vie que vous ne pouvez pas oublier. Une intervention, une parole, une phrase, un simple geste, voilà des actes qui traversent le temps et qui restent gravés à tout jamais dans votre mémoire.

Des instants qui à première vue semblent anodins mais pour celui ou celle qui les reçoit, peuvent faire toute une différence. Il y a maintenant dix-neuf ans, je ne connaissais rien de la course à pied et j’étais loin d’afficher une condition physique exemplaire.

Ajoutez une nutrition défaillante pour couronner le tout. C’est l’été. La nuit est chaude et très humide. Subitement, je me réveille et disons que ça ne va pas très bien. Je décide de me lever pour me diriger vers la porte du patio afin d’y prendre l’air.

Mon coeur y va de battements accélérés. J’ai les nerfs en boule. Quelques semaines auparavant, j’avais vécu le décès de mon père de la terrible maladie de Lou Gehrig. Sa souffrance m’avait marqué.

Cet incident deviendra pour moi le signal qui a tout déclenché. J’ai alors décidé qu’il fallait que je m’occupe sérieusement de ma santé avant qu’il ne soit trop tard. Je devais m’abonner à un gymnase. Visiblement indisposé et surtout très inquiet, je me souviens comme si c’était hier de mon entrée.

Une responsable m’attendait. Immédiatement, j’ai pu ressentir une assurance en moi, un certain confort. Par de simples phrases, elle m’a donné confiance et n’a cessé de m’encourager. Il ne m’en fallait pas plus.

Sa gentillesse m’a incité à suivre ses judicieux conseils. Ce fut le départ pour un changement radical. Graduellement, j’ai repris la forme physique et mon état de santé n’a cessé de s’améliorer. J’ai eu l’occasion de la revoir occasionnellement par la suite et à chaque fois, je me fais un devoir de lui rappeler que sans le savoir, elle m’a peut-être sauvé la vie.

Imaginons un instant que lors de ce rendez-vous initial, je me retrouve avec une personne maussade, sans entrain, désintéressée et qui a juste hâte de terminer son quart de travail. Je n’aurais sûrement pas plongé de la même manière.

Par ce simple texte, je veux rendre hommage à Josée Benoit (photo) car aussi longtemps que je vivrai, je lui serai reconnaissant pour ce point tournant dans ma vie. Trois ans plus tard, j’ai décidé de courir mon premier marathon et aujourd’hui, je ne peux plus me passer de ce mode de vie.

Parfois, les gens ne réalisent pas combien leur contribution peut arriver à jouer un rôle primordial dans la vie d’une autre personne.

Si lors de cette journée, Josée Benoit n’était pas entrée au travail, je me demande si présentement, vous seriez en train de lire ce texte. Merci beaucoup Josée. Je te serai reconnaissant jusqu’à la fin de mes jours.

Feed

elpietro a dit...

Wow Daniel, quel texte !

Pour moi le déclic s'est passé dans ma classe où j'enseigne. J'ai toujours été un grand mince, mais ma quarantaine commençait à se montrer dans ma bedaine. Une de mes élèves, tout à fait innocemment, m'a dit: "T'as une grosse bedaine."

C'était il y a trois ans. Le même soir, j'ai commencé à courir, et cette année, je vais courir mon premier marathon en mai à Vancouver.

Salutations !

unomacameau a dit...

merci de ce partage :::::

Catherine Bourgoin a dit...

C'est un bel hommage à Mme Benoit. On ignore parfois à quel point nos gestes, mêmes les plus simples, peuvent avoir un impact sur les gens. C'en est un bel exemple. Cette dame vous a donné un bon coup de main, mais n'oubliez pas que ça prend une belle force de caractère pour faire des grands changements comme celui-ci. Chapeau à vous aussi

Guy A Sabourin a dit...

Merci pour le partage Daniel. On se doit d'être reconnaissant lorsque qu'une personne significative croise notre chemin et influence notre présent ainsi que notre avenir. Chapeau à Josée Benoit qui a su devenir cette personne significative dans "ta vie". Dire Merci parfois ne suffit pas. Je suis certain qu'elle a eu le même impact sur la vie de plusieurs.

amark79 a dit...

Daniel,

Très beau témoignage que j'ai vivement apprécié !!!

Comme quoi la manière dont on est accueilli et encouragé peut faire toute la différence entre persévérer ou abandonner. Dans votre cas, vous avez été choyé de rencontrer cette charmante personne :)

Bonne Journée !!

5 *****

Solution 90 a dit...

5*
Texte très personnel et excellent. Merci d'avoir partagé avec nous.

Ça me fait toujours chaud au coeur de constater que des gens se prennent en main. Vous savez, sur une note personnelle, j'ai eu 3 personnes dans mon entourage qui sont décédées du cancer du poumon (RIP).

Après ce "message de la vie", aucune personne de leur entourage (la mienne aussi) n'a arrêté de fumer... résultat: un nouveau diagnostic de cancer du poumon (bénin..ouf!) la semaine dernière.

Désolé pour la perte de votre père; la Sclérose latérale amyotrophique est une maladie dégénérative difficile à voir. J'ai vu beaucoup de cas semblables dans le cadre de mes recherches médicales. Malgré tout, la majorité gardent le sourire et nous donnent une bonne leçon de vie dans la maladie.

michel lefebvre a dit...

Bravo Daniel,je reconnais bien la un gars de Sorel...

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010