Judith Cardinaels

Judith Cardinaels

Femme |
Montréal

27
coéquipiers
7
abonnés


visites

"The miracle isn't that I finished. The miracle is that I had the courage to start" John Bingham
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes Coéquipiers
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires

42.2km et 10 400$ pour la vie...

Vues: 4 votes
116464_large

Après cinq mois d’entraînement, plus de 800 kilomètres parcourus, plusieurs litres de lait au chocolats bus, de périodiques traitements de massothérapie et quelques bains glacés… Mais surtout après avoir amassé 10 400$ pour la bonne cause avec des encouragements venant de toute part et une générosité des plus touchantes, j’y suis enfin arrivée : le 5 juin dernier j’ai couru mon premier marathon à vie avec Team In Training, 42,2km pour sauver des vies, une expérience unique et combien mémorable.

On dit que le marathon met à dure épreuve le corps et le mental… Je ne sais pas qui a dit ça, mais je vous confirme qu’il a raison. C’est un incroyable dépassement de soi et le sentiment d’accomplissement est hors du commun. Je suis fière de ce premier 42.2km mais surtout très FIÈRE d’avoir réussi à amasser 10 400,00$ pour la cause. Ça c’est ma plus grande fierté!! Je m’étais fixée un objectif personnel de 8000$ pour mettre la barre plus haute qu’il y a deux ans… et j’ai dépassé le cap du 10 000$. J’ai encore peine à y croire!!

Ce fût une levée de fonds des plus émotives, le soir où le thermomètre des dons a explosé à 10 000$ j’étais tellement émue… C’est certain que les gens donnent à la cause, mais en même temps en faisant un don à la cause suite à mon engagement au marathon c’est comme s’ils me disaient : « on te fait confiance, on croit en toi, GO on est derrière toi... » et ça, ça me touche profondément. MERCI du fond du cœur à tous mes fidèles supporteurs!!

Le marathon a lui aussi été intense en émotions. Le 5 juin à 3h10am, heure du pacifique, je me réveille après un petit 5 heures de sommeil. La semaine avant le jour J, les nuits ont été courtes, Morphée ne me gardait pas assez longtemps dans ses bras. J’ai essayé tisane et produits naturels mais je n’ai réussi à avoir qu’une belle nuit dans les jours précédents le marathon. Ça devient un cercle vicieux; plus on approche du jour J, plus je stressais de ne pas dormir, moins je dormais. Mais bon j’en retire une bonne leçon.

C’est avec plus de 32 000 autres coureurs que je me trouvais sur la ligne de départ du marathon de San Diego ce dimanche là. En fait je n’étais pas sur la ligne de départ lors du coup d’envoie… attente interminable aux toilettes chimiques, à 6h10 nous (deux amies et moi) avons dû opter pour la toilette biologique dans un petit ravin… Je ne pouvais vous omettre ce détail de mon marathon, c’était vraiment trop comique et vient également démontrer qu’on perd pas mal d’inhibition en période de grand stress avant marathon!! Nous avons donc commencé ce marathon avec un bon fou rire, parfait pour se détendre avant l’ultime défi.

Le départ est donné à 6h15 heure du pacifique (9h15, heure de Montréal) et ce, par vague. Ce qui est vraiment parfait car ça nous évite à avoir à gérer une immense foule dans les premiers kilomètres. Selon mon temps estimé, je devais être dans la vague numéro 9. Mais avec la péripétie du départ, nous n’étions pas sur la ligne de départ à temps. Nous avons donc marché sur les côtés pour entrer sur la ligne à la vague numéro 13… bon on a pas vraiment choisi le numéro on a juste pris place quand on a pu!!

J’ai donc pris le départ dans un groupe un peu plus lent que ma cadence prévu de marathon, ce qui était parfait car je voulais que ce premier kilomètre me permettre de m’échauffer ce qui, je savais, serait bénéfique pour le reste de la course.

Il est important de vous mentionner que j’ai vraiment été gâtée lors de ce premier marathon. Tout d’abord, il y avait beaucoup d’anciens participants de Team In Training qui courait à San Diego, nous étions un très beau groupe de gens motivés et sensible à la cause. Mais surtout, il y avait ma bonne amie Sonia Sabourin qui a couru les 42.2km à mes côtés… que pouvais-je demander de mieux? Je me suis entraînée régulièrement avec Sonia, nous savions que nous avons une petite tendance à aller trop vite et à deux on réussissait bien en entraînement à calmer nos ardeurs. Sonia est également un entraîneur de TNT. San Diego était son 8ème marathon et elle a décidé de m’accompagner à mon rythme, ça m’a énormément touché. Quand Sonia m’a annoncé la veille qu’elle aimerait le courir avec moi, une grande partie de la pression est tombée et je voyais le lendemain comme un entraînement de 42km à marathon pace (cadence marathon). Ça m’a donné une grande confiance, je lui dois beaucoup!!

Il y avait aussi mon amie Marie-Josée Bolduc qui a été à nos côtés les 5 premiers kilomètres, elle courait le demi et est venue nous retrouver pour les 5 derniers également. Marie-Josée est aussi entraîneur TNT et était ma mentor avec son conjoint Jacques lors de mon premier événement avec TNT en 2009 et sont devenus des amis que j’apprécie beaucoup. Les deux étaient présents pour mon premier marathon, j’étais donc plus que bien entourée pour ce premier 42km, j’ai été choyée et traitée comme une star!!

Nous débutons donc la course assez doucement. À 200mètres du départ, nous voyons une personne avec une pancarte indiquant en anglais : «Vous y êtes presque… seulement 42km à faire… » très drôle!!

Le parcours est magnifique nous passons tout d’abord dans Balboa Park où quelqu’un y jouait d’un imposant orgue, c’était à donner les frissons. Le marathon de San Diego fait partie de la série des Rock’n Roll Marathons. Tout le long du parcours on retrouve des groupes de musique rock et même de gros tam tam géants, c’était grandiose. Vers le 8ème km nous passons directement dans le stade de baseball des Padres, wow c’est majestueux!! Je me suis même permise un haut et fort « GO PADRES GO »!! C’est la seule fois où j’ai crié sur le parcours. Je gardais mes énergies, je savais que j’en aurais besoin.

Le passage au 5km, 10km et au demi marathon se fait dans les temps. Je m’étais fixé un objectif de temps pour ce premier marathon même si tout le monde me le déconseillait. En fait ce que je voulais, c’était un plan d’entraînement plus spécifique, je voulais me mettre un peu au défi. Les coachs de TNT m’ont confectionné un super plan en tenant compte de mon dernier résultat au demi marathon de Montréal. Aujourd’hui, avec le recul que, je peux dire que oui on peut s’entraîner pour un temps mais le jour du marathon, le jour de notre premier 42.2km, on ne sait pas vraiment ce qui nous attend. Il faut savoir qu’en entraînement on ne se rend jamais à 42km. Ma plus longue distance a été 34km, trois semaines avant le jour J. Je pars avec l’objectif de le faire sous la barre des 4 heures mais je suis réaliste et serai prête à changer mon objectif de temps et être tout de même satisfaite et fière... ça, ça prend tout de même un peu de préparation mentale!! ;)

Je visais 3h58, un pace de 5 :38/km. Suivant mes derniers entraînements, je pouvais bien tenir 5 :30/km, mon coach m’avait alors suggéré de le tenir aussi longtemps que je le pouvais, j’ai compris pourquoi après le marathon. Au demi, mon temps de passage était 1 :55 :55 donc 5 :29/km, c’était parfait! On avait traversé la partie montante de l’autoroute où il y avait vraiment une vue magnifique de la ville tout en haut. Mais la surface sur cette section était assez difficile, c’était inégale, sur un béton rainuré. J’ai eu un peu de douleur aux hanches mais la douleur est disparue assez rapidement avec le retour sur l’asphalte plane. Ça allait vraiment bien, j’étais encore en grande forme! Oui il faisait chaud, alentour de 25 degrés avec un soleil de plomb, c’est chaud pour courir, croyez moi! J’avais commencé à m’arroser dans le cou aux stations d’eau tel que suggéré par mon coach.

Au 30ième kilomètre nous sommes toujours sur la voie possible de le faire en de ça de 4 heures. Mais une grande fatigue commence à se faire sentir, j’ai des nausées et quelques autres sensations désagréables et j’ai de la difficulté à prendre mes gels (supplément d’énergie, genre de sucre avec électrolytes).

Un peu avant le 32ième ça s’est vraiment corsé. Mon amie Sonia me demande où j’ai mal, si ça va, elle voit que je ralenti la cadence. Et bien je n’avais mal nulle part, j’avais peine à le croire à quel point aucune douleur ne m’importunait. J’étais juste terriblement fatiguée, je me serais couchée en petite boule sur le bord du parcours tellement je manquais d’énergie. Je n’avais aucune autre défaite mon corps me soutenait à merveilles. Nous étions cependant toujours ok pour 4hrs, nous venions de nous faire dépasser par le « bunny » de 4 heures. Nous savions que nous avions de l’avance, j’ai tenté de le suivre mais impossible. La fatigue était de plus en plus dérangeante, je manquais d’énergie. À ce moment, Sonia me donne un gel sans saveur et m’oblige à le prendre au complet, ce que j’ai fais avec tout de même un peu de difficulté.

À 36km, il est clair qu’il est impossible de terminer dans le temps espéré… j’avais vraiment ralenti le rythme, mes jambes faisaient toujours le boulot mais que j’étais fatiguée… je me disais à moi-même, ‘’suis-je lâche pour ne plus être capable de tenir le rythme, de ne pouvoir accélérer, de vouloir ralentir…?’’ Il y a toutes ses questions qui nous traversent l’esprit... mais j’ai mis le focus sur le but premier de se marathon et j’ai alors changé mon objectif dans ma tête, plus question de temps, je voulais seulement le terminer et ce, sur mes deux jambes avec le sourire.

À 37km, Marie-Josée nous attendais sur la parcours. Quel joie de la voir se joindre à nous. Les quatre derniers kilomètres ont été difficiles, j’ai pensé pourquoi et surtout pour qui je courais ce marathon… Moi j’étais chanceuse d’y être et de pouvoir le courir ce 42.2km, d’avoir la santé pour le faire… Et j’ai pensé à tous ces gens qui ont donné à la cause pcq je courais ce marathon, à tous ceux qui m’ont supporté, je les ai senti me pousser, je vous l’assure et ça poussait fort!!

À environ 40 km, ce n’est pas facile mais j’avance. Sonia me dit : « je ne sais pas si tu as remarqué mais tu as couru 40km et tu dépasses encore des coureurs ». Je savais que j’allais vraiment plus lentement, je devais arrêter de temps à autres pour marcher, boire et m’arroser mais que ça a fait du bien d’entendre ça. J’étais vraiment bien accompagnée et soutenue.

À 400m de l’arrivée, Sonia et Marie-Josée encourageaient la foule à m’applaudir et m’encourager. Elles étaient drôles à voir aller, je riais de bon cœur, un magnifique souvenir. Elles m’ont vraiment fait sentir comme une star, rien de moins!!

J’ai donc finalement passé le fil d’arrivée avec le gros sourire et combien fière de moi : 4h11m22s et 10 400$... que d’émotions ce fil d’arrivée.

Je peux vous dire que j’étais vraiment bien entraînée et préparée pour ce marathon. La chaleur, une mauvaise gestion des gels, la nausée, le manque de sommeil, sont venus déranger mon plan de match. Beaucoup d’éléments peuvent venir influencer notre performance le jour d’un marathon, il faut juste bien se préparer mentalement à gérer avec ces potentiels impondérables et surtout savourer la chance que nous avons de pouvoir accomplir cet exploit!! La santé n’a pas de prix, il faut le réaliser à tous les jours de notre vie…

J’en profite pour remercier tous les gens qui m’ont suivi et supporté dans ce défi de mon premier marathon avec Team In Training... Merci pour vos histoires... Merci pour vos pensées et vos mots d’encouragement... Vous m’avez motivé et tellement inspiré….Ensemble nous faisons une différence… MILLE MERCIS !!

Feed

Pierre-Marc Constantin a dit...

Beau billet et superbe photo! Continu comme ça! Wow, plus de 10 000$, félicitations! ;)

Pierre-Marc

Michael Paquet a dit...

Bravo! Tout un accomplissement ! Tu peux être fière de toi ! La glace est brisée, les prochains ne seront pas moins souffrants, mais avec l'expérience :)

Eric Rodrigue a dit...

Excellent billet!!

Eric Rodrigue a dit...

Excellent billet!!

antoine garneau a dit...

bravo

ce n'est qu'un début

Daniel Lequin a dit...

Magistral Judith !

Impressionnante fut ta démarche pour réaliser cet exploit. Chez TNT, on a raison d'être fier de toi. On sait reconnaître les gens au grand coeur et je pense que tes amies l'ont bien souligné.

Ton dévouement à la cause va beaucoup plus loin que le temps réalisé à un marathon.

Et 4h11 pour une première expérience, avec cette chaleur et toute cette nervosité, c'est mission accomplie. Bravo.

Et que dire de ce beau sourire contagieux.

Félicitations et au plaisir de se rencontrer éventuellement au pas de course.

Frédéric Plante a dit...

Ma chère Judith,

Je suis terriblement fier de toi. Quelle course fantastique et quelle belle plume pour la raconter. La photo est également magnifique.

Chaque marathon représente un véritable défi personnel. Tu as relevé le tien haut la main. Mais bien plus importante que la distance, c'est la somme d'agent amassée qui est encore plus impressionnante. Tous les gens souffrant d'un cancer du sang te disent MERCI.

Team In training est chanceux de pouvoir compter sur des gens comme toi... au dévouement total!

J'ai très hâte de te revoir et de courir avec toi. Courir pour sauver des vies.

Quel sera ton prochain défi?

Go TEAM!!!

Marc-André Mitchell a dit...

Bravo Judith! Te voir raconter et décrire ton premier marathon me rappel de bons souvenirs quand j'ai fait mon premier il y a deux ans! Félicitations pour avoir relevé ton défi et surtout, tu as toute mon admiration pour ton implication avec TNT!

Natacha Viens a dit...

Chère Little Miss Sunshine,

Quel beau récit et quelle belle photo! Très représentatifs de l'expérience d'un premier marathon et du soutien que l'on obtient avec Team In Training (TNT). Lors de notre première rencontre, je t'avais promis que TNT changerait ta vie pour le mieux et je suis bien contente d'avoir eu raison! Ta présence dans l'équipe fait toute une différence. Ton sourire et ton énergie sont contagieux. Ça fait tellement de bien de te cotoyer! Ensemble, on aide à faire de ce monde un monde meilleur. Un jour, il n'y aura plus de cancers du sang, et ce jour-là sera fantasmagorique!

D'une autre amie mauve,
Coach Natacha

Patrice Lefebvre a dit...

10400 fois bravo!!!

jacques michel a dit...

10400 bravos!!!

Ce fût un honneur d'être présent pour ce mervelleux moement. Tu es exceptionnelle la belle JU.

Captain Jack
Gros bizou

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010