Le Canadien s’attellera à une tâche des plus difficiles lorsqu’il tentera de battre les Sharks de San Jose à leur domicile. L’affrontement vous sera présenté à RDS dès 21 h 30 Rejoignez d’autres amateurs sur le Clavardage en direct


Saul Alvarez remonte sur le ring après sa 1ère défaite en carrière face à Floyd Mayweather! Il affrontera son compatriote, le solide cogneur Alfredo Angulo dès 21h! Rejoignez le clavardage en direct . Bonne boxe!

Alexandra Philibert

Alexandra Philibert

Femme |

32
coéquipiers
23
abonnés


33945 visites

Un possible comeback sur le grand club de ma part? Possible!
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mur de commentaires

La LNH ruinée par les commotions?

Vues:960 6 votes
132874_large

Texte paru auparavant sur mon blog professionnel ainsi que sur Turbo Patente

Selon la CBC, au cours de la présente saison 2011-2012 pour un total de 830 matchs, plus de 60 joueurs ont dû s’absenter à cause de blessures à la tête. Si le fléau des commotions cérébrales qui frappe la Ligue nationale de hockey est connu de tous, personne ne sait vraiment comment l’enrayer. Toutefois, ce sérieux problème commence à réellement changer la donne dans plusieurs facettes de la ligue.

Plusieurs médias, à commencer par The Toronto Star, rapportent que les contrats des joueurs pourraient ne plus être couverts par les assurances en cas de commotions cérébrales, ce qui pourrait mener à la perte de la LNH. Facette cachée de la ligue ou domaine sur lequel les partisans se renseignent peu, démystifions un peu le tout.

La Ligue nationale de hockey est dotée d’une assurance collective à laquelle se rattachent les 30 équipes du circuit ; ce dit circuit a pour mandat de négocier au nom de toutes les équipes. Celles-ci peuvent tout de même aller chercher des polices d’assurance en plus. La protection d’assurance entre en fonction lorsqu’un joueur manque plus de 30 matchs consécutifs dus à une seule blessure. Avant d’atteindre ce nombre, c’est l’équipe qui paie 100 % le salaire, tandis qu’après l’atteinte de ce quota, l’assurance entre en fonction et participe au paiement du salaire à 80 %, et l’organisation défraie les derniers 20 %.

_The Toronto Star _est le premier à amener l’idée que cette façon de faire tire à sa fin. En fait, il avance que les compagnies d’assurances spécialisées dans le domaine du sport pourraient, en effet, imposer une clause relative aux commotions cérébrales, comme c’est le cas pour les maladies cardiaques, si le nombre ne cesse d’augmenter. En résultat, si une équipe dont le joueur ayant déjà été victime de ce type de blessure à la tête en subit une autre, elle risque de devoir payer son contrat en entier s’il doit s’absenter dû à une commotion.

« Right now you’ve got 10 per cent of the league affected by concussions » Hubbard said « while I don’t know where the breaking point is, at some point,if it keeps trending this way, compagnies are not going to be able to insure NHL players for concussion. » -Toronto Star.

Si le nombre augmente, et que les compagnies n’assurent plus les contrats valant des millions comme celui de Crobsy, les équipes se retrouveront avec un fardeau financier important. Compte tenu de l’état précaire observé chez plusieurs équipes, il semble peu probable dans le cas échéant que les équipes survivent à un tel fardeau. La LNH pourrait alors être menée à sa fin…

Si Crosby venait à subir une autre commotion, ce qu’on ne lui souhaite pas, les Penguins de Pittsburgh devraient alors payer eux-mêmes un salaire de neuf millions de dollars par année à un joueur qui ne serait pas en uniforme. Un tel montant pourrait mener à la ruine cette organisation, qui, après avoir connu de fastes années ,possède maintenant des revenus modestes. Nous ne parlerons même pas des Devils du New Jersey, si le même cas arrivait à Kovalchuk.

D’un autre côté, Bill Daily apporte un point important dans une entrevue retrouvée sur les pages du site Canada.com. Selon lui, des cas individuels de commotions cérébrales n’auront aucun effet sur la police collective de la ligue. Craig Burton, ancien directeur général des Flames de Calgary et analyste sur NHL Network Broadcast, adhère aux propos de Daily. Le point est que les compagnies d’assurances ne font pas du cas par cas dans cette police, elles portent attention à l’ensemble de la ligue, ce qui fait un total de 700 joueurs, et Button a raison lorsqu’il affirme que la plupart de ces joueurs jouent chaque match au calendrier.

« The insurance compagnies aren’t looking at one player – They’re looking at the whole league. That’s 700 players, and most of those are playing every game. » Button said. -Canada.com

La crainte soulevée par The Toronto Star, CTV, CBC et autres médias a tout de même raison d’être, car en ce moment, le phénomène des commotions cérébrales et autres blessures à la tête est nouveau et non contrôlé. Reste que les médias s’énervent peut-être un peu trop. Les commotions cérébrales semblent être LE sujet d’actualité dans la LNH. Mais vous savez tout comme moi qu’elles font partie du jeu depuis longtemps. Peut-être s’agit-il de porter attention à d’autres facteurs au lieu d’en faire la chasse? Les changements de règlement, la vitesse, l’équipement plus léger et plus dur, les joueurs beaucoup plus gros qu’avant, la grandeur de la patinoire, tous ces éléments peuvent-ils être en cause?

Au lieu de penser à ce qu’il pourrait arriver si le nombre de ce type de blessures augmente, il faudrait peut-être se pencher sur comment enrayer ce mal. Si rien n’est fait, ce ne sera ni l’argent, ni les difficultés financières de certaines équipes qui mèneront à la perte de la LNH, mais la ligue elle-même.

Source

CTV Calgary
Toronto Star
Canada.com
CBC

Feed

Solution 90 a dit...

Salut, tu écris très bien.

Il y a plus de commotions puisqu'elles sont mieux diagnostiquées.

Bergeron et Savard ont fait une bonne campagne de sensibilisation.

Pour ce qui est des assurances, c'est un faux débat. Tu peux toute faire assurer.. la prime va suivre en conséquence (simplement).

Si les assurances augmentent trop, on va demander de les inclure dans les salaires et contre la masse.

Quand ça va arriver, on va voir les décisions logiques, i.e. diminuer l'équipement et ramener la ligne rouge se prendre.

Norm Duchesnil a dit...

@Steve Régimbald
D'accord avec toi,les équipements sont dangereux, mais Bettman ne changera pas ça, c'est plus spectaculaire et le hockey se vend mieux aux USA...

Steve Régimbald a dit...

Faut que la ligue revienne avec les vielles équipements des années 80 ,des épaulettes à la Gretzky et des coudes avec seulement que de la mousse à l'interieur,,maintenant les nouveaux équipement sont digne d'un policier dans un ''s.w.a.t. team''.avec un équipement plus mou le joueur devrait être moins confiant d'allez en gelé un autre et il penserait plus à lui même avant de défoncé..

Maxime Lucier a dit...

@Marc-André Ségui et Alexandra Philibert
Le problème avec les comotions c'est que c'est une blessures qui est reconnue comme étant grave depuis très peu de temps. J'ai longtemps jouer au football et il n'était pas rare qu'un joueur rate 1 semaine pour une comotion cérébrale diagnostiquée par un physio qui disait a peu près toujours: ''pas de contact 1 semaine et tu vas être correct la semaine d'après'' à moins que le joueur souffre de perte de mémoire ou de maux de têtes majeurs.
De nos jour plusieurs médecins croient que la gravité de ces blessures est TRÈS banalisée (même après tout ce qu'on voit).
De plus, les joueurs de tous les sports sont de plus en plus gros ET rapide ce qui amène beaucoup plus de force lors d'un impacte.

Norm Duchesnil a dit...

@stanley_2k9

prends 2 aspirines avant de te coucher... ça va se passer...

stanley_2k9 a dit...

Chaque fois que je bois 12 bières, je me réveille avec une commotion le lendemain. lol

Alexandra Philibert a dit...

@Marc-André Séguin. Tu amènes un bon point. C'est peut-être trop facile d'associer ce genre de symptômes aux commotions, mais dans un autre sens, toutes les raisons et explications y sont.. Et non, on ne pourra jamais l'enrayer vraiment non plus... Mais je crois qu'il y a une façon de faire. Juste dans le cas des Penguins.. le staff médical est tellement pathétique que ça me fait rire. Le protocole n'est pas respecté, si au moins il l'était. C'est des petites choses comme cela qui devront changer.

Marc-André Séguin a dit...

Je ne crois pas qu'on puisse vraiment enrayer "ce mal" puisque, comme tu as dit, les commotions ont toujours fait partie de la réalité du hockey (et d'autres sports comme le football, par exemple). Ce qui a changé c'est qu'aujourd'hui les joueurs sont beaucoup plus prudents; il y a 20 ou 30 ans les joueurs ne pouvaient pas se permettre de rater plusieurs rencontres en raison de maux de têtes ou d'étourdissements. Des joueurs comme Mikita ou Gainey jouaient avec des membres brisés et ceux qui s'absentaient trop souvent pour des blessures n'étaient pas très bien vu. Je ne suis pas un expert dans le domaine mais est-ce que ça se pourrait que l'on associe trop systématiquement les maux de têtes, étourdissements et douleurs au cou aux commotions?

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010