Roger Leblond

Roger Leblond

Homme | ans

194
coéquipiers
142
abonnés


visites

Avec un peu plus de 300 matchs à disputer sur 1230, c'est vraiment une lutte sans merci qu'il existe dans la LNH cette saison.
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires

Scott Gomez, du pareil au même et Filip Kuba dans les montagnes russes !

Vues: 3 votes
Roger Leblond Catégorie : Hockey

Scott Gomez, encore du pareil au même après 10 matchs !

Rien n’a changé pour l’ex-joueur du Canadien de Montréal

Les années se suivent et se ressemblent pour l’attaquant Scott Gomez, des Sharks de San Jose, car il semble avoir un rendement quasi-identique à celui de l’an dernier.

En effet, l’ex-joueur des Devils du New Jersey, des Rangers de New York et du Canadien de Montréal, qui a signé un contrat d’une valeur de 700 000 dollars avec les Sharks de San Jose, donne vraiment l’impression d’être un joueur qui est au bout du rouleau, car il a un rendement de 0-2-2 avec un différentiel de moins trois et 17 tirs au but lors de ses 10 premiers matchs de l’actuelle saison, lui qui fut utilisé durant une moyenne de 13:08 minutes par match avec la formation de Todd McLellan.

Ce rendement ressemble comme deux gouttes d’eau à celui qu’il affichait avec le Canadien l’an dernier, alors qu’il avait un dossier de 0-2-2 avec un différentiel de moins quatre après ses 10 premiers matchs, lui qui avait été utilisé durant une moyenne de 15:10 minutes par match.

Après avoir eu un dossier de 0-2-2 avec un différentiel de plus un lors de ses cinq premiers matchs, il est 0-0-0 avec un différentiel de moins quatre lors de ses cinq dernières rencontres, n’ayant été utilisé que durant 11:10 lors de son dernier match, un revers de 4 à 1, face aux Blackhawks de Chicago, vendredi dernier.

Il avait gagné le Trophée Calder et la Coupe Stanley en 1999-2000 …

Soulignons que Gomez, qui a eu 33 ans le 23 décembre dernier, avait remporté le Trophée Calder, remis à la recrue par excellence, en 1999-2000, alors qu’il avait affiché un excellent rendement de 19-51-70 avec un différentiel de plus 14 en 82 matchs et il avait aidé les Devils du New Jersey à remporter la Coupe Stanley.

Lors de ses deux dernières saisons avec le Canadien de Montréal, Gomez a eu un rendement de 7-31-38 (différentiel de moins 15) en 80 matchs en 2010-2011 et de 2-9-11 (deux buts en avantage numérique et un différentiel de moins un) en 38 matchs l’an dernier, lui qui avait eu une fiche de 12-57-59 avec un différentiel de plus un en 78 matchs en 2009-2010.

Durant le conflit, il avait été utilisé sporadiquement avec les Aces de l’Alaska de la ECHL et il avait présenté un dossier de 6-7-13 avec un différentiel de plus quatre en 11 rencontres.

Il n’a pas marqué dans la LNH depuis plus d’un an …

Gomez présente un rendement de 0-4-4 avec un différentiel de moins neuf lors de ses 19 derniers matchs réguliers dans la LNH, car il avait terminé la saison 2011-2012 avec un dossier de 0-2-2 avec un différentiel de moins cinq lors de ses neuf dernières rencontres et son dernier but (en avantage numérique) remonte au 17 février 2012, lors d’un gain de 4 à 3, en tirs de barrage, face aux Sabres de Buffalo.

Pis, depuis le 7 février 2011, Gomez a un rendement de 2-23-25 avec un différentiel de moins 18 lors de ses 77 derniers matchs réguliers (0-4-4 avec un différentiel de moins six en séries éliminatoires) et ses deux buts ont été réussis en avantage numérique …

Après avoir été retiré de la formation dans deux des trois derniers matchs des Sharks de San Jose, il faut se demander s’il sera de la formation lors de la rencontre de ce soir, face aux Blackhawks de Chicago, une équipe qui n’a pas subi la défaite en temps régulier, affichant un dossier de 13-0-0-3 lors de ses 16 premiers matchs.

On sait que ces derniers ont égalé mardi soir, dans un gain de 4 à 3, en tirs de barrage, face aux Canucks de Vancouver, le record pour le plus de matchs avec au moins un point en début de saison (16), marque qui avait été réalisée par les Ducks d’Anaheim en 2006-2007.


Le défenseur Filip Kuba est vraiment comme les montagnes russes !

Depuis trois ans, il est vraiment imprévisible et inégal

Difficile de trouver un joueur plus imprévisible et irrégulier que le défenseur Filip Kuba, des Panthers de la Floride, car son rendement est vraiment à l’image des montagnes russes !

En effet, l’ex-joueur du Wild du Minnesota, du Lightning de Tampa Bay et des Sénateurs d’Ottawa, qui avait connu la pire saison de sa carrière au niveau du différentiel (moins 26 avec une fiche de 2-14-16 en 64 matchs) en 2010-2011 et rebondi avec la meilleure fiche à ce chapitre l’an dernier (plus 26 avec une fiche de 6-26-32 en 73 matchs), se retrouve actuellement avec une fiche de 0-3-3 et un piètre différentiel de moins 10 lors de ses 16 premiers matchs de la présente saison.

En maintenant le même rythme, il terminerait avec un différentiel de moins 30 pour cette saison écourtée et cela serait pire que sa fiche de 2010-2011.

En carrière, Kuba, qui a eu 36 ans le 29 décembre dernier et qui fut le choix de 8e ronde des Panthers, le 192e au total lors du repêchage de 1995, présente un rendement de 69-257-326 avec un différentiel ordinaire de moins 48 en 808 rencontres.

Après avoir présenté un dossier de 0-1-1 avec un différentiel de plus un lors du match d’ouverture, un gain de 5 à 1, face aux Hurricanes de la Caroline, Kuba n’a pas réussi à se retrouver en terrain positif, terminant à égalité en sept occasions et en territoire négatif dans les huit autres rencontres.

Soulignons qu’en 2010-2011, il avait été utilisé durant une moyenne de 20:43 minutes par rencontre en 64 matchs, comparativement à une moyenne de 23:36 en 73 matchs l’an dernier, lui qui fut utilisé durant une moyenne de 20:51 dans ses 16 premières rencontres par l’entraîneur-chef Kevin Dineen.

L’an dernier, Kuba avait été important dans l’éclosion de l’excellent défenseur Erik Karlsson, aidant ce dernier à remporter le Trophée James Norris, remis au défenseur par excellence du circuit et actuellement, il tentera d’en faire autant avec Brian Campbell, un autre arrière-garde qui est doté d’un certain talent en attaque.


Feed

Marc-André Bergevin a dit...

Nous connaissons le joueur en surface, on connait simplement le joueur de hockey. Pour avoir une production si maigre il a du se passer quelque chose dans sa vie personnelle. Un décès? Des disputes avec sa femme à cause de ses absences répétés auprès de ses enfants? Etc. Il a peut-être réellement perdu le feu sacré, mais il est surprenant de voir à quel point le terrible Scott Gomez est devenu le minable Scott Gomez.

Combien de temps cela va-t-il durer?
Selon moi, si sa production reste la même il lui reste peut-être une saison dans la NHL (excluant la saison en cours). Va-t-il aller faire un tour dans les mineurs après cela? Cela dépend de lui. Être lui, advenant un scénario de la sorte, je me retirerais et prendrais ma retraite. Sinon, peut-être qu'il va pousser sa luck et jouer quelque saison dans des clubs écoles en espérant un éventuel retour dans la NHL, comme Mathieu Darche l'a fait.

Roger Leblond a dit...

Bonjour Sylvain et François,

Difficile à savoir ce qui a pu faire défaut si rapidement dans la carrière de Scott Gomez, car depuis deux ans, c'est vraiment la descente aux enfers, qui est venue sans aucun pré-avis.

Combien de temps cela va-t-il durer ?

Francois G a dit...

Gomez n'est pas juste poche, il porte carrément malheur à son équipe, retraite pour lui, on va s'en souvenir comme une bonne blague.

Sylvain Lapointe a dit...

Au bout du rouleau à 33 ans? Ayoye, il vieillit drôlement mal...

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010