Roger Leblond

Roger Leblond

Homme | ans

193
coéquipiers
143
abonnés


582697 visites

Roberto Luongo est peut-être content de joindre les Panthers, mais il va constater que ce ne sera pas très rose avec cette équipe ...
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires

David Desharnais fut ordinaire, les Bruins et les Capitals dans les séries de sept matchs ...

Vues:2267 2 votes
Roger Leblond Catégorie : Hockey

David Desharnais n’a pas produit les résultats souhaités

Il n’a récolté que 29 points en 53 matchs cette saison

Après avoir excellé en 2011-2012, les choses ne se sont pas bien déroulées pour l’attaquant David Desharnais lors de la saison 2012-2013.

En effet, après avoir été une belle surprise lors de la campagne 2011-2012, affichant un dossier de 16-44-60 avec un différentiel de plus 10 lors de ses 81 matchs réguliers, il n’a pas connu autant de succès cette année, n’ayant pu faire mieux qu’un dossier de 10-18-28 avec un différentiel de moins deux lors des 48 matchs réguliers en plus d’avoir été très silencieux dans les séries éliminatoires, affichant un dossier de 0-1-1 avec un différentiel de plus en dans les cinq rencontres disputées par le Canadien.

En faisant un petit calcul, cela lui aurait fait une fiche de 17-30-47 pour une saison de 81 matchs, le total de sa saison 2011-2012, son total de buts aurait été supérieur, mais son total d’assistances beaucoup plus bas, en raison de la non-productivité de ses deux ailiers.

Il avait formé un excellent premier trio avec Erik Cole et Max Pacioretty en 2011-2012

Desharnais, qui aura 27 ans le 14 septembre et qui n’a jamais été repêché, a été un joueur persévérant, car il n’a pas cessé de progresser depuis que le Tricolore lui a offert un contrat de joueur autonome le 5 novembre 2008 et l’an dernier, il avait vraiment surpris les experts, car il avait terminé la saison en étant le centre du premier trio de l’équipe (terminant au 3e rang de la formation), aidant Erik Cole à connaître la meilleure saison de sa carrière avec 35 buts (35-26-61 en 82 matchs) et aussi Max Pacioretty à terminer au premier rang des marqueurs du club avec une fiche de 33-32-65 en 79 rencontres.

L’an dernier, Desharnais, qui est un peu comparé à Martin St-Louis, du Lightning de Tampa Bay, avait été utilisé durant une moyenne de 18:23 minutes par rencontre, alors que cette saison, ce fut durant une moyenne de seulement 16:27 minutes par match, durant le calendrier régulier et de 17:13 durant les éliminatoires.

Il sera intéressant de voir le rendement de David Desharnais l’an prochain, lui qui a signé un contrat de quatre ans cette saison et qui n’a pas eu la tâche facile, car Erik Cole, qui ne produisait pas, fut échangé aux Stars de Dallas, tandis que Max Pacioretty, qui même s’il a terminé au premier rang des marqueurs de l’équipe avec une fiche de 15-24-39 en 44 matchs, a été très irrégulier durant toute la campagne.


Se rendre à la limite de sept matchs, une habitude pour les Bruins !

Ce sera la 6e fois lors de leurs sept dernières séries qu’ils se rendent au match décisif

Les Bruins de Boston semblent avoir pris une habitude de se rendre à la limite de sept rencontres dans la plupart de leurs séries depuis trois ans !

En effet, la formation dirigée par Claude Julien en est à la sixième série lors des sept dernières, qui donnent lieu à un match sans lendemain, dont une quatrième fois de suite.

Les Bruins ont une fiche à vie de 12-11 (,522) en 23 séries quatre-de-sept qui ont atteint la limite, dont 3-0 lors des trois occasions du genre en 2010-2011, alors qu’ils avaient gagné la Coupe Stanley, ayant vaincu le Canadien de Montréal, le Lightning de Tampa Bay et les Canucks de Vancouver lors des matchs décisifs, eux qui en 2009-2010, avait vécu un véritable cauchemar, car ils avaient baissé pavillon, face aux Flyers de Philadelphie, dans la demi-finale de l’Association de l’Est, une série qu’ils dominaient 3 à 0 après les trois premières rencontres.

L’an dernier, ils avaient plié l’échine dans le septième match, 2 à 1, en prolongation, à domicile, face aux Capitals de Washington.

Les Bruins doivent être contents de disputer cette rencontre décisive à domicile, car ils sont ordinaires dans ces circonstances à l’étranger, affichant un rendement de 1-4 en cinq occasions, comparativement à 11-7 dans les 18 séries présentées à Boston.

Ce sera la troisième fois que les Bruins affronteront les Maple Leafs dans un septième match, ayant remporté la demi-finale (2 à 1, à domicile) de la saison 1940-1941 avant de s’incliner lors de la demi-finale (3 à 2, à domicile) de 1958-1959.

LES SEPT DERNIÈRES SÉRIES DES BRUINS DE BOSTON
2009-2010-Demi-finale Ass. Est-Philadelphie 4 Boston 3
2010-2011-Quarts-finale Ass. Est-Boston 4 Montréal 3
2010-2011-Demi-finale Ass. Est-Boston 4 Philadelphie 0
2010-2011-Finale Ass. Est-Boston 4 Tampa Bay 3
2010-2011-Finale coupe Stanley-Boston 4 Vancouver 3
2011-2012-Quarts-finale Ass. Est-Washington 4 Boston 3
2012-2013-Quarts-finale Ass. Est-Toronto 3 Boston 3


Les Capitals de Washington sont pitoyables dans les séries qui ont nécessité sept matchs

Ils ont un rendement à vie médiocre de 3-8 en 11 tentatives

Même si le passé ne veut plus rien dire, on peut affirmer que les Capitals de Washington ont une réputation de perdants dans les séries qui nécessitent la limite de sept rencontres.

En effet, la formation dirigée par Adam Oates affiche un piètre rendement à vie de 3-8 en 11 occasions dans ces circonstances.

Il faut également souligner que les Capitals ont souvent flanché sous la pression à domicile, car leur rendement n’est que de 2-6 en huit occasions devant leurs partisans dans cette situation.

L’an dernier, leurs deux séries avaient atteint la limite de sept rencontres et ils avaient triomphé des Bruins de Boston, 2 à 1, en prolongation, lors de la première ronde, avant de s’incliner par le résultat de 2 à 1, face aux Rangers de New York, au deuxième tour.

Que feront-ils contre ces derniers dans la présente série où les six premiers matchs ont été remportés par les équipes hôtes ?

LA FICHE À VIE DES CAPITALS DANS LES 11 SÉRIES DE SEPT MATCHS (3-8)
1986-1987-Demi-finale de section-Islanders NY 4 Washington 3 (2-3, 4e prol.) (dom)
1987-1988-Demi-finale de section-Washington 4 Philadelphie 3 (5-4, prol.) (dom)
1987-1988-Finale de section-New Jersey 4 Washington 3 (2-3) (dom)
1991-1992-Demi-finale de section-Pittsburgh 4 Washington 3 (1-3) (dom)
1994-1995-Quarts-de-Finale-Ass.-Pittsburgh 4 Washington 3 (0-3) (étr)
2007-2008-Quarts-de-Finale-Ass.-Philadelphie 4 Washington 3 (2-3, prol.) (dom)
2008-2009-Quarts-de-Finale-Ass.-Washington 4 Rangers NY 3 (2-1) (dom)
2008-2009-Demi-finale-Ass.-Pittsburgh 4 Washington 3 (2-6) (dom)
2009-2010-Quarts-de-Finale-Ass.-Montréal 4 Washington 3 (1-2) (dom)
2011-2012-Quarts-de-Finale-Ass.-Washington 4 Boston 3 (2-1, prol.) (étr)
2011-2012-Demi-finale-Ass.-Rangers NY 4 Washington 3 (1-2) (étr)
(N.B. : les chiffres entre parenthèses indiquent le résultat du septième match.) (dom : domicile ; étr : étranger)


Feed

Roger Leblond a dit...

Bonjour Khanan,

Tu as le droit d'émettre ton opinion, mais de parler de racisme, c'est un peu fort, surtout que dans une équipe de hockey, toutes les nationalités sont présentes.

Il faut toujours faire attention sur le rendement d'un joueur, surtout que dans le cas de Desharnais, il n'avait pas beaucoup d'expérience avant la présente saison.

Le trio de Cole-Desharnais-Pacioretty semblait être bien structuré, mais tous s'est effondré rapidement cette saison et comment expliquer que Cole soit descendu si bas en si peu de temps ?

Dans le cas de Pacioretty, c'est l'an prochain que sera sa saison importante à savoir s'il peut devenir l'attaquant de puissance régulier sur le premier trio de l'équipe.

En regardant ce qui se passe dans d'autres équipes, il ne faut pas se compter d'histoires, elles ont toutes un bouc émissaire.

En terminant, est-ce que tu peux parler de hockey et non pas de racisme ?

khanan a dit...

Vous avez tous eu un bouc emissaire. Perezoghin, Kostitsn, Grabovski, Price, Eller pourtant si je dis Begin, tout le monde s'en souvient comme un hero national alors que c'etait le gars le plus pourri de l'equipe.

khanan a dit...

Vous etes hypocrites quand c'est Desharnais, vous jetez le blame sur les ailliers pourtant lorsqu'on parle de Price, vous n'avez jamais oser mettre le blame sur les def. j'appele cela du RACISME point. A l'antichambre tous ce qui n'est pas quebecois ont une chance mais "les gars d'ici" ont leur laisse la chance de se reprendre l'annee prochaine et on oubli cette annee. Antichambre= Anti non québécois point.

khanan a dit...

Roger arrete de defendre Desharnais. Tu as deja entendu la celebre phrase" un centre de talent fait bien paraitre ces ailliers ou vice versa?"
Admettez le que Cole et Pacioretty ont aider Desharnais et meme quand Pacioretty a connu une bonne saison David a rien fait.

Roger Leblond a dit...

Bonjour Richard,

L'attaquant Max Pacioretty a été irrégulier et moins menaçant que l'an dernier et cela n'a pas aidé David Desharnais à bien paraître, car il ne faut pas oublier que d'être sur le premier trio du Canadien de Montréal, n'est pas une sinécure, loin de là.

Je pense que Desharnais va être un très bon joueur de centre dans la LNH, mais en raison de sa petite taille, il sera important de l'entourer de joueurs qui sont physiquement gros et aussi talentueux.

Richard Richard a dit...

C'est vrai qu'il n'a pas produit mais Pacioretty du haut de ces 6pi 3 n'a pas fait grand chose non plus.

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010