Exceptionnellement ce soir, le Grand Club va fermer ses portes pendant 24h pour des questions de maintenance. Vous aurez de nouveau accès au GC mardi soir. Merci de votre compréhension!

Patrick Leduc

Patrick Leduc

Homme | ans

132
coéquipiers
99
abonnés


visites

Suivez-moi sur Twitter: @patleduc15
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mur de commentaires

Renaissance au Brésil

Vues: 2 votes

Le temps est venu de dire au revoir à ce pays qui fait rejaillir ma passion pour le ballon rond. Moi qui baigne dans ce milieu pratiquement tous les jours, je n’irais pas jusqu’à dire que j’étais en froid avec le sport qui semble dessiner la trajectoire qu’emploie mon existence depuis l’époque où j’ai commencé à le pratiquer. Je m’aperçois toutefois, avec ce récent périple au Brésil, que le contact avec la joie qui caractérise le futebol auriverde m’a extirpé d’une monotonie qui menaçait de s’installer. Malgré tous les contrastes qui existent entre la pelouse immaculée de Pacaembu et la terre battue des favelas, l’âme qui habite les terrains de foot permet au joueurnaliste de recharger ses batteries. La vibe est bonne ici, comme dirait l’autre…

Début du championnat Paulista

Au Brésil, chaque saison commence par les championnats d’état. L’État de São Paulo, par exemple, est le lieu du championnat Paulista dans lequel évoluent les quatre gros clubs de la métropole : Corinthians, Palmeiras, São Paulo et Santos. Au même moment, Flamengo, Vasco et Fluminense, pour ne nommer que ceux-là, disputent le championnat Carioca de l’état de Rio et ainsi de suite. Au terme de ces compétitions régionales, on passe à championnat national complètement distinct, le Brasileirão. Selon ses performances dans chaque championnat, un club peut, par exemple, faire partie de la 1ère division de son état mais se retrouver en 2ème division nationale lors d’une même année. C’est le cas de Palmeiras en 2013.

Je suis allé assister au début de saison de Palmeiras au stade Pacaembu ce dimanche à São Paulo. Environ 10 000 personnes s’étaient déplacées à la rencontre entre le modeste Bragantino et le club en vert et blanc. Maigre foule quand on sait que le stade peut accueillir 40 000 personnes. L’ambiance était toutefois au rendez-vous grâce à la vigueur des partisans de la Mancha Verde.

La Torcida de Palmeiras lance sa saison

Le match en soi fut assez ordinaire. Le mauvais rendement de Palmeiras depuis la saison dernière contraste avec celui des juniors du club qui se sont qualifiés pour la demi-finale de la Copinha.

Un peu comme le Canadien à son match d’ouverture – d’après ce que j’ai lu – Palmeiras manquait nettement de créativité sur le plan offensif. Sans Valdivia, blessé, et toujours en attente de l’acquisition de Riquelme, le onze vert et blanc semblait souvent à court d’idées. Parmi les rares à se démarquer, le numéro 8, Souza, était celui qui a généré le plus de danger avec ses frappes de loin et ses montées à partir du milieu. Avec des performances comme celles-là, on se dit que Souza serait un joueur qui ferait un malheur en MLS. Mais il y a fort à parier que les clubs européens aient préséance dans un cas comme le sien.

Preuve que ça ne tourne pas rond à Palmeiras, même après avoir obtenu un penalty – grâce à une faute du gardien sur Souza – l’Argentin Hernán Barcos a raté le penalty qui leur aurait sans doute procuré la victoire. Rien pour contenter la Mancha qui ne s’est pas gênée pour envoyer promener le président sortant du club ainsi que toute la direction après le coup de sifflet final.

Admirez le vidéo amateur!

Si l’Impact peut tout de suite renoncer à courtiser un rouquin comme Souza, il y a cependant des joueurs susceptibles d’attirer l’attention et d’être à la portée du club montréalais ailleurs dans le championnat. Pour Bragantino, par exemple, le défenseur central dénommé Kadu avait tout d’un Matt Bobo brésilien (avec la technique qui vient avec). Son efficacité a grandement aidé le petit club de l’état de São Paulo a obtenir un point face à un adversaire en théorie plus fort. Certes, l’Impact est bien nanti dans la charnière centrale. Mais il s’agit néanmoins du profil de joueur qui pourrait tirer son épingle du jeu dans le circuit Garber sans nécessiter un salaire de joueur désigné. Et le Brésil est rempli de Kadu comme celui-là.

Retour au bercail

Le contraste en terme de style de jeu devrait être assez drastique avec ce que j’anticipe du camp de l’Impact qui commence aujourd’hui au Complexe Marie-Victorin. Bien que le soleil de l’été austral me manquera à coup sûr, j’ai tout de même hâte de découvrir la méthode Schällibaum et de vous partager mes impressions sur ce que j’observerai. J’y serai donc à partir de mardi.

Quant au Brésil, je me promets d’y revenir plus tôt que tard. N’y a-t-il pas une Coupe du monde qui approche à grands pas? Si la réception fut un brin hostile à l’égard du onze décevant de Palmeiras, je n’ose pas imaginer ce que ce serait si la Seleção devait échouer dans sa tentative de remporter un sixième titre mondial. Parfois réfractaire face aux tendances du foot mondial, le Brésil devra trouver le moyen de jouer de façon moderne sans toutefois sacrifier la créativité qui a toujours caractérisé le jeu de ses meilleures équipes. Une victoire qui devra nécessairement passer par la renaissance du futebol auriverde.

Feed

Patrick Leduc a dit...

@Sebastien l'Impact a son réseau de contact en Amérique du Sud mais il n'y a pas quelqu'un d'assigné au Brésil en soi. Il est certain que c'est un terreau fertile. Ça parle toutes sortes de langues dans les tribunes lors des matchs de la Copinha: Espagnol, Anglais, Japonais. Tout le monde veut son Brésilien à lui!

Patrick Leduc a dit...

Merci à tous pour les commentaires. C'est très apprécié. Même sans la Coupe du monde, le Brésil vaut le déplacement, mais il est certain que la destination sera encore plus à la mode l'année prochaine.

Carl Laitenberger a dit...

Je pensais aller au Brésil pour WC2014 et vos articles me donnent encore plus le goût.

Jean-Claude Larose a dit...

Rio de Janeiro info.

01 - http://fr.fifa.com/worldcup/destination/hostcountry/index.html


02 - http://fr.fifa.com/worldcup/destination/cities/city=1141/profile.html
03 - http://fr.fifa.com/worldcup/destination/stadiums/index.html
03 - les stades de Rio de Janeiro pour la coupe du monde 2014
04 - http://fr.fifa.com/worldcup/destination/posters/index.html
05 - http://fr.fifa.com/worldcup/matches/matchschedule.html
05 - scédule de tout les mathes de la coupe du monde 2014
06 - http://fr.fifa.com/worldcup/photogallery/gallery=1065066.html
07 - http://fr.fifa.com/worldcup/news/index.html
08 - http://fr.fifa.com/worldcup/preliminaries/index.html
09 - http://fr.fifa.com/worldcup/organisation/ticketing/index.html
10 - http://hospitality.fifa.com/
11 - http://hotels.fifa.com/?language=fr
12 - http://fr.fifa.com/worldcup/archive/index.html
12 - champion a partir de 1930
jc.larose77@hotmail.com

Jean-Claude Larose a dit...

bon jour Pierre Leduc. Vue que je suis aller 11 fois a Rio de Janeiro et chaque fois passé 6 mois par année , ceci pour les 11 dernière année , je comprend ton enthousiasme por ce beau pays, je connais plus la ville de Rio de Janeiro pour avoir vésité de fond en comble,que ma ville de MOntréal , pour tes lecteurs j´ai compilé 12 sites du brésil et les 12 stades ou seront joué les maths , ainsi que beaucoup d´info sur les Brésil et les 12 villes recevant les club venant de tous les pays impliqués et beaucoup de lectures pour les amateurs de balon rond, et les gens voulant connaitrent un peu plus le brésil.Merci pour texte , car je connais les lieux et vécu aussi 2 mois a São Paulo , j´ai étudier a l´université de Rio de Janeiro d´ou j´ai appris a lire-écrire et parlé Le portuguais courramment , aussi je serais intéressé a agir comme guide a Rio de Janeiro durant la coupe 2014 pour ceux qui sont intéressé a passé quelques temps a Rio pour vésité la plus belle ville au monde.

Jean-Claude Larose a dit...

bon jour Pierre Leduc. Vue que je suis aller 11 fois a Rio de Janeiro et chaque fois passé 6 mois par année , ceci pour les 11 dernière année , je comprend ton enthousiasme por ce beau pays, je connais plus la ville de Rio de Janeiro pour avoir vésité de fond en comble,que ma ville de MOntréal , pour tes lecteurs j´ai compilé 12 sites du brésil et les 12 stades ou seront joué les maths , ainsi que beaucoup d´info sur les Brésil et les 12 villes recevant les club venant de tous les pays impliqués et beaucoup de lectures pour les amateurs de balon rond, et les gens voulant connaitrent un peu plus le brésil.Merci pour texte , car je connais les lieux et vécu aussi 2 mois a São Paulo , j´ai étudier a l´université de Rio de Janeiro d´ou j´ai appris a lire-écrire et parlé Le portuguais courramment , aussi je serais intéressé a agir comme guide a Rio de Janeiro durant la coupe 2014 pour ceux qui sont intéressé a passé quelques temps a Rio pour vésité la plus belle ville au monde.

Sébastien D'Onofrio a dit...

M. Leduc, recruteur de talents pour l'Impact au Brésil ça vous dirait ?

Vous et Marc Dos Santos pourriez faire équipe ?

Je comprends que vous avez une famille mais quelques semaines par année au Brésil, ça serait bien non ?

Les brésiliens sont les plus beaux joueurs à voir évoluer sur un terrain de foot.

Gaetan Dupont a dit...

Monsieur Leduc, quand vous et monsieur Milano aurez l'age qu'avait Richard Garneau lorsqu'il a couvert les jeux de Londre, je me demande bien où sera rendu le soccer dans le coeur des Québecois?
J'adore le hockey mais, il n'a pas cette universalité qu'a le soccer.
Cette petite aventure que vous venez de vivre, on l'aura oublié lorsque vous serez grand-père mais, espérons que, footballistiquement, vous serez en train d'en vivre une grande.
Monsieur Milano, vous et d'autres que je ne connais pas encore aurez été des précurseurs
Ah Richard Garneau, à cause de lui, je ne manque jamais la course du 1500 metres aux Olympiques.

Gaetan Dupont a dit...

On connait tous les raisons pourquoi les gens de l'Impact est si bien branché en Italie. Est-ce qu'ils le sont autant dans les autres parties du monde?
Peut-on dire que le duo Usa-Canada est un grand générateur de joueurs immenses de soccer? Je ne suis pas un expert mais je pense pouvoir dire que non.
L'Impact pourrait s'inspirer de ce petit voyage que vous venez de faire, pour se créer des réseaux.
Je pense ici à la CAN qui s'est amorcée le 19 janvier. Ça me semble un territoire négligé?

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010