Patrick Leduc

Patrick Leduc

Homme | ans

132
coéquipiers
99
abonnés


visites

Suivez-moi sur Twitter: @patleduc15
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes Coéquipiers
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires

K.-O. au Clasico et le Justin Mapp nouveau

Vues: 1 vote

Pif! Paf! Pouf! Trois buts que le Real a mis au Barça. Trois onomatopées pour les illustrer. La victoire de Madrid face au FC Barcelone dans la dernière mouture du Clasico – une demi-finale retour de Copa del Rey en l’occurrence – est sans équivoque.

Je n’ai jamais prétendu être impartial dans les duels opposant Blaugranas et Merengues. Pas la peine de faire appel à un détective privé pour mettre la main sur un cliché compromettant ou dénicher une lecture un peu trop suggestive. En dépit du parti pris, il faut savoir reconnaître la supériorité de l’ennemi quand celui-ci domine comme le Real de Cristiano vient de le faire au Camp Nou.

Satisfaction de Cristiano après qu’il eut marqué

Cette défaite du Barça rappelle l’humiliation subite à la fin de l’ère Rijkaard à l’occasion du derby del pasillo ainsi nommé après que les Catalans se furent inclinés face aux Madrilènes le jour où ils firent la haie d’honneur à leurs éternels rivaux, d’ores et déjà champions cette année-là.

L’onde de choc d’hier fut si puissante que le règne actuel – et virtuel – des Catalans semble tirer à sa fin. L’avenir nous dira si Barcelone pourra préserver l’avance acquise en Liga. Mais le Barça aura beau rafler le titre des mains des champions madrilènes, il n’y a plus de doute que l’aura de l’ère Guardiola s’est maintenant dissipée.

Comme si le grand écart désespéré de Puyi n’était pas assez, les explications misent en vitrine par Jordi Roura – l’entraîneur ad hoc du Barça en l’absence de Tito Vilanova – révèlent une forme d’aveuglement volontaire. Car le véritable constat, c’est que les Blaugranas n’ont pas seulement perdu à cause de leur faiblesse au marquage sur les corners. Qu’on désire le voir ou non, le manque de vitesse (et jeunesse) en défense s’est cruellement fait sentir lorsque Ronaldo et Di Maria s’amenaient en contre. Et que dire de Varane, le Real ne s’est pas trompé avec ce garçon…

Enfin, même en dehors du terrain, la bataille tactique des généraux est aussi allée à Mourinho. Bref, comme le dit Pete Jenson, ce Clasico rappelle à quel point le Portugais est bon et combien le Barça soufre du départ de Guardiola.


Bon, bon, allons donc... Entre deux Clasicos, tu pourrais faire que’que chose, me susurre cette petite voix intérieure qui aime bien paraphraser les chansonniers québécois. J’ai beau critiquer le timonier du Barça, la douleur du trépas blaugrana m’en a aussi fait perdre des bouts. D’abord cette défaire du Canada contre les USA. Et même ce terremotto dans les médias sociaux. J’estime qu’il m’aura fallu au moins trois heures avant que je saisisse que Ryder revenait en ville (pas d’hyperlien ici).

Parlons donc de l’Impact qui effectuait un retour sous la toiture du centre Marie-Victorin après son long séjour en Floride. Un camp printanier un peu long au goût des principaux intéressés, à en croire le directeur sportif Nick De Santis. Selon De Santis, la MLS s’efforce de reproduire l’atmosphère du camp d’entraînement au baseball majeur, mais les joueurs finissent rapidement par tourner en rond entre les séances d’entraînement. Or, il semble que la fameuse Ligue des Pamplemousses soit une formule qui réussisse mieux aux joueurs de balle, eux qui ont l’habitude – et les moyens – d’y emmener la petite famille.

Bref, le retour au bercail a tout de même permis aux journalistes de la métropole de renouer avec les joueurs du onze montréalais, dont certains apparaissent nettement revigorés par le supplément de vitamine C qu’on est allé chercher au pays de Mickey.

À titre d’exemple, prenons Justin Mapp, le mal-aimé de plusieurs supporters qui pourrait bien être en voie de se réhabiliter. Après son but gagnant à la Classique Disney, la cote de l’Américain est en hausse. Auteur de quelques bons flashs en première mi-temps du match contre Columbus, Mapp n’a pas diminué son rythme au retour de la pause, ce qui n’a pas manqué de surprendre les amateurs accoutumés à le voir regagner le vestiaire une fois l’heure de jeu arrivée.

Mars commence et le Justin Mapp nouveau est arrivé

Il faut dire que les substitutions répétitives de Mapp sous le règne de Jesse Marsch ont alimenté la croyance qu’il n’était pas en mesure d’aider le XI montréalais une fois le match bien avancé. C’est toutefois faire abstraction du fait que Mapp a parfois été remplacé prématurément alors qu’il semblait sur le point de trouver un second souffle.

En vérité, le joueur originaire du Mississippi est à son mieux lorsqu’il bénéficie d’un peu d’espace pour démarrer sa conduite de balle, et ces espaces sont toujours plus fréquents lorsque la fatigue s’installe – chez l’adversaire, de préférence. Or, il reste encore à Mapp à démontrer qu’il possède les ressources pour être efficace toute la durée du match.

“J’ai souvent eu le sentiment que je pouvais jouer plus longtemps que le temps qu’on m’allouait,” reconnaît Mapp par rapport à la saison passée. “Je suis satisfait de mon rendement durant les matchs préparatoires. Je me sens fort physiquement, même en 2ème mi-temps. Il y a toujours plusieurs variables qui entrent en jeu. Mais c’est vrai que le match peut s’ouvrir davantage en 2ème mi-temps et ça peut aider.”

La relation de travail entre Mapp et son entraîneur suisse semble également plaire au gaucher blondinet. “Il a mis en place une ambiance légère et ça fait mon affaire. En même temps, je pense qu’il cherche toujours à me mettre au défi, comme avec d’autres joueurs.”

Parlant de défi, celui qui attend Mapp et ses coéquipiers en début de calendrier est de taille. Les Sounders de Seattle constituent une équipe redoutable qui compte sur l’appui exceptionnel de ses partisans. Seattle possède de plus un avantage particulier sur son gazon synthétique ultra-rapide. Il s’agit d’une surface sur laquelle le temps d’exécution a tendance à diminuer, ce qui surprend les visiteurs. Si ce n’est pas déjà fait pour certains, le onze montréalais ferait mieux de descendre rapidement du nuage qu’il occupe depuis le triomphe à la Classique Disney. Autrement, la chute sur terre risque d’être brutale.

Feed

andrew nickner a dit...

WOW mais quel beau Clasico!!
Je vibre encore de voir Di Maria servir une tasse de café avec le baigne à Puyol!
Un grand match de Cristiano, l'équipe et la grande classe de Varane mais aussi un Messi invisible -supposément grippé!
En espérant voir cette forme continuer contre ManU!^^

Quels sont tes prédictions pour les retours de la Champions League??

Patrick Leduc a dit...

Vrai que Di Vaio est toujours à la limite du hors-jeu. C'est commun chez plusieurs attaquants italiens, comme Inzaghi, Gilardino ou notre Marco. Le XI Montréalais est organisé pour l'alimenter et tous les joueurs n'y sont pas nécessairement habitués. Pour Mapp ou Arnaud, la différence est peut-être grande avec les attaquants qu'ils ont connu ailleurs en MLS.

@Benoit, Maxime Crépeau a l'étoffe pour avoir une belle carrière en MLS. Messoudi pourrait bien devenir un milieu de l'Impact d'ici 2 à 3 ans s'il poursuit sa progression.

syracus a dit...

@Thomas - Di Vaio joue à la limite du hors jeu. Il en fait peut-être beaucoup, mais il ne rate pas sa chance quand il est en jeu.

Thomas Christopherson a dit...

@Benoitbelanger

Di Vaio bien placé? Vous voulez rire? Combien de fois Di Vaio a-t-il été sifflé en étant hors jeu?

Benoit Bélanger a dit...

Finalement, pour les U20, c'est triste à dire...mais c'est une copie-conforme de ce que l'on voit avec l'équipe première de la sélection canadienne. Faible moral, peu d'animation offensive, défensive qui s'écroule. J'ai au moins eu la chance de découvrir un peu plus de Crépeau et de Samuel Piette durant le tournoi!

Benoit Bélanger a dit...

Pour Mapp, je lui ai souvent reproché une chose...et c'est sa pauvre vision du jeu. Et ça, on ne pourra jamais lui apprendre. Il continuera à me faire rager lorsqu'il ne verra pas un partenaire (Di Viao) bien placé...

Mais bon, avec une réduction de salaire, le nouveau Justin Mapp (moins chérant) me dérange moins...Surtout si on le remplace de temps à autre.

Félicitations à Tissot et Lefevre! Même si je me demande un peu ce que le dernier vient faire dans le groupe...il n'a, à 24 ans, clairement pas le niveau pour la MLS. C'est triste, mais c'est comme ça. J'aurais aimé davantage voir Messoudi.

Pour Arnaud, il gêne notre progression vers l'attaque. Il sert à rien. J'en fais des cauchemars! Felipe doit pleurer chez eux d'être accompagné par ce mec!

GILLES LAMPRON a dit...

Voulez vous bien me dire Patrick ce qu' Arnaud fait encore avec l'Impact ? On dirait un fonctionnaire syndiqué à l'os. Indécrottable. Comme l'an passé il perd constemment le ballon, ne génère aucune attaque, se débarasse du ballon.... calik de calik quand je le vois jouer je deviens enragé de constater comment une telle nulité peut encore prendre la place d'un autre avec le club. gilles de granby

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010