Patrick Leduc

Patrick Leduc

Homme | ans

131
coéquipiers
100
abonnés


241044 visites

Suivez-moi sur Twitter: @patleduc15
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes Coéquipiers
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires

Di Vaio et la métamorphose de l'Impact

Vues:9327 4 votes

L’Impact aurait-il signé une entente avec Jean Airoldi? Chose certaine, avec la confirmation de l’embauche de Marco Di Vaio, l’équipe d’expansion ne cache plus ses ambitions de faire les séries dès cette année. On ne chôme pas au Stade Saputo: une métamorphose à la pointe de l’attaque, un stade en plein rénovation, ne manquerait plus qu’un nouvel uniforme et la transformation serait complète!

But de Di Vaio sur passe de Trézeguet

Alors que les joueurs et le personnel d’entraîneurs volaient vers le Colorado en prévision du match de samedi, c’est un Nick De Santis très souriant – encore une fois – qui a rencontré les médias pour faire le point sur la nouvelle acquisition du club bleu-blanc-noir.

Le directeur sportif montréalais a laissé savoir que Di Vaio avait toujours été une priorité pour l’Impact en vue de la MLS. “Il a le profil que nous recherchons pour cette ligue.” Il est vrai que Di Vaio apportera du danger à l’attaque dès qu’il posera le pied sur le terrain. Cela dit, il serait étonnant que le premier joueur désigné de l’Impact révolutionne le jeu du onze montréalais. De Santis a mis la main sur un finisseur de haut niveau, un numéro 9, pas nécessairement sur un fabriquant de jeu.

“On est toujours à la recherche de joueurs pour améliorer l’équipe” – Nick De Santis

À ce propos, la direction du club ne cache pas son désir d’ajouter un milieu de terrain capable de dicter le rythme du match à son effectif. Il reste bien un numéro 10 à assigner dans le vestiaire, n’est-ce-pas? “Nous parlons avec quelques joueurs. Le club reçoit de nombreux CV à l’heure actuelle avec la fin de saison en Europe.” Il ne faudrait donc pas s’étonner si la séance de shopping donne lieu à de nouvelles annonces en cette fin de printemps.

Il reste que la métamorphose de l’Impact ne pourra être réussie que si les consignes de jeu de l’entraîneur mettent en valeur les nouveaux éléments qui s’intègrent à l’équipe. Il faudra être habile pour concilier l’écart entre les souhaits de la direction et la réalité du terrain. C’est une question de style. Là-dessus toutefois, il faut reconnaître que même M. Airoldi aurait du mal à décerner une contravention au direttore montréalais.

Di Vaio, cannoniere + Guns ‘N’ Roses


Je ferai relâche du blogue pendant la semaine qui vient. Je vous retrouve au début juin pour m’attaquer à l’Euro 2012.

Feed

Une semaine en conversations

Vues:4012 7 votes

À force de jouer à tous les trois jours, l’Impact de Montréal a pratiquement perdu l’habitude de passer une semaine complète à se préparer en vue du match de ligue de la fin de semaine. En attendant la visite des Red Bulls de New York samedi, le temps semble ralentir au Centre Claude-Robillard, les entraînements s’étirent, les joueurs suent et les langues se délient... Ou si peu.

Une semaine pour tourner la page Beckham

À la suite de la fin de match difficile lors du 1-1 arraché au Galaxy le week-end dernier, l’entraîneur Jesse Marsch a mis l’accent sur la possession du ballon lors des séances de la semaine. Marsch a reconnu lors d’un entretien que ses joueurs ne pouvaient pas se permettre de concéder autant la balle à leurs adversaires s’ils espèrent dicter le rythme du match. “C’est comme une forme d’abus,” explique Marsch à propos de la forte tendance des siens à jouer de longs ballons en direction de l’attaquant de pointe. “Étant donné que Bernardo [Corradi] est bon dans les airs et qu’il tient bien le ballon en attendant du soutien, on se contente de jouer de cette façon. C’est presque un échappatoire.”

Marsch se dit toutefois satisfait de la tenue de ses joueurs à domicile. Invaincu à ses 6 derniers matchs en MLS, le onze montréalais démontre des signes de progrès mais il y a encore place à l’amélioration. “Lorsqu’on se relâche pour admirer ce qu’on est en train de réaliser, on commence à s’éloigner de ce qui nous a permis de nous rendre ici.” Pas le temps de souffler, du moins, pas avant cette trêve du début juin.

Transaction chez les Red Bulls

Si la semaine a été calme chez l’Impact, on ne peut en dire autant du côté des New-Yorkais. Les taureaux ont procédé à une transaction importante en envoyant l’un des grands espoirs du foot états-unien, Juan Agudelo, au CD Chivas USA en retour du défenseur Heath Pearce.

Agudelo est le type de joueur qui plaît à Marsch

Ironie du sort, Marsch me révélait mardi que c’est un des joueurs qu’il redoutait à New York. Conscient du fait que le jeune Agudelo n’obtenait pas le temps de jeu nécessaire à son développement avec les Red Bulls, Marsch avançait même qu’il ne serait pas étonnant qu’il fasse partie d’une transaction. Nul doute que l’entraîneur de l’Impact apprécie les qualités du nouvel attaquant de Chivas, mais il ne faut pas s’attendre à de gros changements dans l’offensive montréalaise d’ici l’arrivée de Marco Di Vaio. La confirmation de sa mise sous contrat se fait toujours attendre, mais l’ajout de Di Vaio est une réalité avec laquelle tout le personnel de l’organisation semble déjà composer. On compte beaucoup sur l’Italien pour apporter le sens du but qui fait actuellement défaut à l’effectif. Inizio il 4 Luglio?

Si l’attaque bleue-blanc-noire a tout apparence d’être une affaire réglée, c’est plutôt au poste de latéral gauche que la direction technique montréalaise consacre, encore une fois, ses efforts. Alors que tout le monde voit Timothée Atouba dans sa soupe, le nouveau joueur à l’essai tentera d’occuper le vide qui existe dans l’arrière-garde montréalaise depuis le départ de Mauricio Vincello en 2008. J’avoue être un peu déçu que les amateurs de théorie du complot n’y aient pas encore vu un rapport avec l’absence cette semaine à l’entraînement de Josh Gardner, qui soignerait chez lui une blessure aux ischios-jambiers.

Camara et l’Euro

Enfin, j’ai eu le plaisir de discuter quelques minutes avec Hassoun Camara, qui connaît de bons moments depuis qu’il s’est remis de ses blessures à la cheville.

- Quelle cheville Hassoun?

- Les deux!, La droite, la gauche, et puis le cerveau aussi!

- Le cerveau?

- Ouais, quand le physique ne va pas, après c’est le mental qui flanche…

Avec les performances réalisées à Kansas City et face au Galaxy, on peut toutefois dire que le Français va bien dans son corps et dans sa tête. Il brouille d’ailleurs les cartes dans la défense ce qui force Marsch à lui trouver une place parmi les titulaires. Camara préfère jouer dans l’axe mais il s’accommode assez bien d’un poste sur le flanc si cela lui permet de voir du terrain.

Sur une autre note, Camara croit aux chances de l’Équipe de France à l’Euro qui est à nos portes. Que vous soyez d’accord avec lui ou plutôt inquiet qu’il n’ait été atteint au cortex cervical cérébral plus profondément qu’il ne croyait, je vous invite à donner votre avis en participant au sondage dans la section Euro du site de RDS.

Feed

Les coulisses d'une entrevue

Vues:8613 3 votes

Et oui, mesdames et messieurs, il est beau et il est fin le David. De nous deux, j’étais seul à devoir gérer une nuée des papillons dans l’estomac pendant les 5 minutes qu’a duré l’entrevue mais mon célèbre interlocuteur a eu le don de rendre ce moment agréable. David Beckham s’est prêté au jeu sans jamais avoir l’air de trouver cela pénible, même s’il avait un sac de glace discrètement enroulé derrière son genou.

Mais non, nos genoux ne se touchent pas…

Le milieu de terrain anglais n’est pas seulement passé maître dans l’art de tirer des coups francs, il sait définitivement comment captiver son auditoire lorsque l’objectif se braque sur lui. Mais son aisance devant la caméra n’empêche pas nécessairement les gens qui l’entourent de se comporter comme s’ils avaient les facultés affaiblies. J’aimerais vous dire que c’était de la rigueur journalistique, mais, en réalité, j’ai complètement oublié de profiter de cette occasion unique pour lui demander un autographe, ni pour moi, ni même pour mon garçon de 8 ans qui était sagement assis à quelques mètres de nous avec son ballon. L’honneur l’a emporté sur les sentiments – j’ai appris ça d’Horace faut croire – non mais quel père ingrat!

Heureusement que mon employeur avait dépêché une experte en relations publiques pour immortaliser ce moment sur pellicule – ou plutôt, sur écran numérique. Je la remercie d’ailleurs de cette pensée.

Les retombées DB23

Chose certaine, il y aura du monde à la messe au Stade Olympique samedi. Les Montréalais aiment peut-être les équipes gagnantes, mais ils raffolent encore plus de ce qu’on considère comme un grand événement. D’ailleurs, la visite de Beckham suscite un enthousiasme comparable à celui d’une grande vedette pop. Est-ce possible qu’entre Madonna et Maradona, le cœur de la ville pencherait plutôt pour la première?

Pourtant, nombreux sont ceux qui bénéficieront des retombées de ce match. Le Président de l’Impact, Joey Saputo, n’a pas attendu longtemps pour remercier Beckham, son coéquipier Landon Donovan et l’entraîneur Bruce Arena de leur présence en conférence de presse. Saputo doit se frotter les mains en sachant que la venue de l’ex-Mancunien attirera une foule record pour la deuxième fois déjà cette saison au Stade Olympique.

Évidemment, plusieurs s’y déplaceront à cause d’un joueur de l’équipe adverse, ce qui en horripile quelques-uns, mais l’Impact, et ses partisans les plus bruyants, ont tout à gagner d’une situation qui leur apporte encore plus de visibilité. Autant profiter de cet engouement inespéré.

Après l’horrible défaite du bleu-blanc-noir à Toronto, ce serait une victoire qui ferait du bien au moral du club, n’est-ce pas?

Première Ligue du Québec

Je vous invite à regarder ce résumé d’un des matchs de la PLSQ qui avait lieu le week-end dernier à St-Léonard. On y retrouvait des anciens de l’Impact comme Sandro Grande, Christian Nunez, Simon Gatti et Rocco Placentino.

À sa première année d’existence, le circuit de 3ème division tente de pallier un manque dans la hiérarchie du soccer de haut niveau au Québec. Pour le développement du sport dans la province, il est à souhaiter que la ligue connaisse un succès dont toute la communauté pourra bénéficier.

Feed

Di Vaio en route & Intermezzo à KC

Vues:8276 6 votes

Commençons par la fin. La fin d’une carrière en Série A. La fin d’une aventure à Bologne. Oui, Marco Di Vaio l’admet maintenant, avec toutes les précautions du monde pour ne pas froisser l’entité bolognaise avec laquelle il aura vécu de beaux moments. Il est temps de passer à autre chose. Non sei tu, sono io… “Ce n’est pas toi, c’est moi,” lui dit-il. Marco est prudent, et n’en rajoute pas plus qu’il faut sur cette montréalaise qui n’en finit plus avec ses avances. On cherche la séparation à l’amiable.

Di Vaio est dans la mire de la direction de l’Impact depuis si longtemps que l’on n’est plus tellement surpris des derniers développement de l’affaire. Rien d’inattendu alors, mais à l’instar d’un bon nombre de scribes de la métropole, je vous annonce exclusivement que je vous l’avais bien dit que ça s’en venait! Nous en sommes au point où certains s’agacent du fait que les annonces ne soient pas plus concrètes. Négociations en cours... In corso… Pendant ce temps, l’attaque montréalaise demeure une courtepointe hétéroclite qui jure un peu trop pour être efficace.

Si dice? Marco cammina sulle uova…

Kansas City Intermezzo

Ce n’est pas nécessairement ainsi qu’on imaginait le scénario, mais il semble que les rotations Marschiennes surviendront à nouveau samedi à Kansas City.

Plusieurs croyaient, y compris l’auteur de ces lignes, que Jesse Marsch apporterait des changements à son effectif au lendemain du triomphe de l’Impact face à Portland samedi dernier. L’entraîneur américain aura plutôt choisi de reconduire son onze de base pour le match aller des demi-finales du Championnat canadien. Malgré quelques mouvements prometteurs en première mi-temps, le pari de Marsch n’aura pas rapporté – ceci dit, avec un 0-0, la mise n’est pas perdue non plus.

En attendant le match retour à Toronto, l’Impact se déplace dans le Midwest états-unien pour y affronter le redoutable Sporting KC. Ce sera l’occasion pour plusieurs acteurs de faire leur entrée en scène dans ce qui promet d’être un alignement assez expérimental. À moins qu’il soit en train de bluffer – ça lui arrive parfois – Jesse Marsch annonce déjà que Patrice Bernier, Hassoun Camara et Nelson Rivas – ¡si, si! – verront de l’action lors du week-end.

Pression provenant du banc et de la tribune

La commande est lourde pour les joueurs bleus-blancs-noirs qui défendront l’honneur montréalais face aux magiciens célestes du Midwest. Les attentes ne seront peut-être pas aussi élevées pour chacun, mais il est sûr que ceux qui se battent pour (re)faire partie du onze titulaire devront livrer de belles performances pour augmenter la probabilité qu’on les revoit.

Pression sur les épaules? Impossible de l’ignorer. Mais cette pression, les joueurs ne sont pas seuls à la supporter. Les ratés sur le terrain suscitent parfois des critiques sur la touche mais ils engendrent aussi des réactions dans les gradins et même dans les bureaux de la direction. Bref, tout le monde risque d’être sur le gros nerf et ça peut déraper, comme à la Fiorentina.

Delio Rossi attaque Ljajic

Ce geste de frustration aura coûté son emploi à l’entraîneur de la Viola Delio Rossi. Quand on constate la volatilité du marché des entraîneurs de Serie A italienne, il y aurait eu 29 changements aux postes techniques depuis la dernière saison, on ose espérer que le modèle transalpin sur lequel l’Impact s’inspire ne sombrera pas dans la même tendance.

Arrivederci.

Feed
Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010