Patrick Leduc

Patrick Leduc

Homme | ans

131
coéquipiers
100
abonnés


241057 visites

Suivez-moi sur Twitter: @patleduc15
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes Coéquipiers
Minimiser
Mur de commentaires

Impact, Ligue des Champions et Borussia

Vues:18504 2 votes

Des billets tout éparpillés, vous aimez? Attention, celui-ci s’en va dans moult directions. Course aux séries, tirage des groupes de la Ligue des Champions, Super Coupe et ses retombées, sans outrepasser les problèmes perpétuels d’Arsenal.

Mais avant ce tour d’horizon européen assez sommaire, revenons à nos moutons, c’est-à-dire le onze montréalais qui a rendez-vous en Ohio ce samedi avec le Crew assez crinqué d’Higuain et Arrieta.

Charnière possible face au Crew, Nesta et Rivas devront demeurer patients

L’Impact pourra compter sur le retour de Nelson Rivas, qui devrait être jumelé à Nesta, pour affronter la paire offensive de Columbus. Un surplus de muscle dans la défense montréalaise ne peut pas nuire surtout si on se rappelle à quel point le Bleu-Blanc-Noir avait eu du mal avec Renteria lors de son premier déplacement en terre jaune et noire. Seulement, le Crew a bien changé depuis cet affrontement et le danger principal proviendra des coups francs de l’Argentin Higuain. Surtout, il faudra prendre soin d’éviter les fautes près du rectangle de Troy Perkins.

Sinon, je me méfierais aussi de la barbe d’Eddie Gaven ou des périls du marquage individuel contre le véloce Arrieta.


FC Barcelone mis à mal par un Real motivé

La Super Coupe d’Espagne va au Real Madrid qui s’impose sur le Barça 4-4 grâce à la règle des buts marqués à l’extérieur. Le pointage final lors de la victoire de 2-1 des Merengues lors du match retour au Bernabeu ne laisse pas présager à quel point la défense des Catalans a souffert contre Ronaldo et Higuain, le frère de l’autre.

Si la Super Coupe constitue le premier titre de la saison pour le Real, il reste qu’il ne veut pas dire grand-chose quand on le compare à la Liga ou la Copa del Rey, sans parler de la Ligue des Champions. Pourtant, il ne serait pas étonnant que le succès face à l’ennemi juré ragaillardisse un Madrid qui traîne en championnat. Ce retard de quelques points me paraît bien temporaire. Le prochain Clasico mettra les pendules à l’heure. Entre-temps, les problèmes sont de plus en plus apparents pour Tito Vilanova, l’entraîneur du Barça. Gerard Piqué avait l’air d’un dix-huit roues sur les balles en profondeur que les Corvettes madrilènes rattrapaient avant lui. Est-ce à dire que sans Puyol, il n’y a point de salut pour Tito et les culés?

Le grand Gérard a déjà mieux paru face à CR7


Varia: Ligue des Champions, Arsenal et Dortmund

Enfin, pour échapper aux difficultés domestiques, bien des clubs concentreront leurs efforts sur la prestigieuse Ligue des Champions dont on connaît maintenant les groupes.

La compétition pourrait constituer une bouée de sauvetage pour le décevant PSG qui obtient un tirage en apparence facile. Mais il ne faut pas prendre à la légère les Ukrainiens de Kiev ni les dragons de Porto, qui ont déjà vaincu leur lot de géants par le passé. Enfin, si Ajaccio peut inquiéter les Parisiens, tout le monde peut y croire, non?

Et tant qu’à parler foot français, poursuivons avec Arsenal! Blague à part, les partisans des Gunners ont de quoi rester sur leur faim avec ce début de campagne sans but en Premier League. On est passé bien prêt de dire au revoir à une autre jeune vedette cette semaine alors que Theo Walcott était pressenti comme le prochain à partir. Encore une fois, Arsène Wenger a calmé les esprits avec de sages paroles sur l’état de sa formation. Mais le malaise persiste au Stade Emirates quant aux chances réelles de titre pour un club nostalgique des exploits des Invincibles et je ne parle pas de Carlos. Chaque fois que le groupe prometteur rassemblé par Arsène s’approche de la maturité, les départs de jeunes vedettes affaiblissent l’édifice au point qu’on a l’impression qu’il faille encore tout recommencer.

La saison est bien longue et Arsenal sera sans doute meilleur si Jack Wilshere se remet un jour de ses blessures, mais le sort du club londonien me fait penser à un jeu connu du quiz The Price is Right. Je vous laisse deviner lequel.

Alors, au mieux, 4ème place en championnat et huitième-de-finale en Ligue des Champions? Et go Clint go! (Cliquez sur le lien si ça ne vous dit rien).

Enfin, je veux aussi parler du Groupe D qui sera bien difficile pour tous les clubs impliqués mais au lieu de vous entretenir du Real Madrid ou de Manchester City, c’est le Borussia Dortmund qui attire mon attention – et oui, je n’oublie pas qu’il y a aussi l’Ajax Amsterdam dans le portrait, mais je n’ai rien à dire sur eux.

Les Prussiens de la Ruhr sont un cas d’espèce dans le foot moderne tout à l’encontre des géants aux ressources financières en apparence illimitées. Loin d’être immunisé à l’encre rouge, le club allemand connaît des succès inespérés en Bundesliga depuis quelques années, un séquence heureuse qui coïncide avec son redressement économique après une période où les dépenses dépassaient largement les revenus.

Pour ceux que la chose intéresse, Uli Hesse-Lichtenberger en parle en long et en large dans un article paru dans le numéro deux du magazine The Blizzard que je me permets de recommander à tous ceux qui aiment littérature et soccer.

Sans souhaiter de malheur aux adversaires de Dortmund en Ligue des Champions, disons que je ne serais pas mécontent que le Borussia soit à l’origine d’un surprise dans la compétition. Il sera intéressant de voir de quelle façon Mats Hummels se défend contre CR7 et compagnie. Et si ça servait de préparation pour un duel éventuel dans un Clasico?

Mats Hummels et ses extérieurs du pied... Old school

Feed

L'Impact dans le couloir 8

Vues:5488 2 votes
Patrick Leduc Catégorie : Impact Mots-clés : impact montréal zatopek mls fc barcelone real madrid Publié dans le groupe:

Retour au boulot après quatre jours de pause. Question de faire une coupure, loin du terrain, avant d’attaquer un automne très chargé. J’ai bien hâte de retrouver l’Impact ce matin à l’entraînement avant qu’il ne prenne en main une partie de son destin samedi contre DC United.

On parle beaucoup de “course aux séries” et de “dernier droit” depuis que l’Impact a amorcé une série de quatre victoires. Je suis friand de ce genre de parallèles mais la situation particulière du club montréalais demeure une énigme pour moi. Je viens de terminer Courir de Jean Echenoz. Ça m’a probablement mélangé. D’abord, à quoi peut-on comparer la saison de l’Impact? À un marathon? C’est vrai que c’est long! Mais les marathons ont-ils tous un dernier virage suivi d’une ligne droite?

Pour que la métaphore tienne la route, il me semble que la course choisie doit compter au moins quelques tours de pistes, non? Ça élimine au moins les sprints. Mais combien de tours, au juste? Peut-être, un 10,000m, la distance de prédilection du train Zatopek?

Or, si l’Impact vient de rejoindre les poursuivants du peloton de tête avec sa séquence victorieuse, la calendrier déséquilibré du circuit Garber fausse drôlement les données de la course. C’est un peu comme si l’équipe de Jesse Marsch était revenu à la hauteur de la cinquième position mais qu’elle effectuait son virage dans le couloir huit pendant que DC United et Columbus passent à l’intérieur. Vous me suivez toujours? Souhaitons qu’il reste quelques réserves au Bleu-Blanc-Noir avant de rallier le fil d’arrivée.


Je vous retrouve après l’entraînement avec quelques notes supplémentaires.

Donc, l’Impact a peaufiné sa préparation pour samedi après-midi avec sa séance routinière de veille de match. Nesta semblait dans le coup, idem pour Ferrari. Les inquiétudes par rapport à la défense montréalaise s’amenuisent indubitablement avec ces retrouvailles, mais cela n’a pas empêché Jesse Marsch de procéder à une série d’exercices sur balles arrêtées afin de mettre les choses au clair pour son groupe.

À ce sujet, Marsch a reconnu que DC United posait un danger sur ce genre d’actions tout en soulignant que l’Impact s’y était amélioré depuis l’arrivée de Troy Perkins. “La présence d’Hassoun Camara nous a également aidé défensivement sur les corners. Il faudra procéder à quelques ajustements étant donné qu’il ne jouera pas contre United,” s’est permis d’ajouter Marsch.

Mis à part les jeux arrêtés, l’Impact a également travaillé sur un scénario qui diffère un peu du 4-2-3-1 auquel le club nous a habitué. Pour éviter de dévoiler des secrets tactiques aux espions de Ben Olsen, si d’aventure ils entendaient parler de ce billet, je me permettrai seulement de dire qu’on enlève une ligne au schéma et qu’on y ajoute un avant. Pour ajouter à la spéculation entourant l’alignement partant du Bleu-Blanc-Noir, sachez que Lamar Neagle était absent aujourd’hui de l’entraînement.

Fausse piste ou réelle volonté de changement? L’Impact donnera réponse à l’énigme samedi PM. En espérant que la Garde y trouve de quoi rire…


Un Clasico qui ne veut pas dire grand chose

La Super Coupe d’Espagne entre le Real Madrid et le FC Barcelone, c’est certainement le trophée qui importe le moins pour Jose Mourinho ou son vis-à-vis Tito Vilanova, pour qui il y aurait des choses plus importantes que ce résultat dans la vie.

Mais c’est tout de même un régal de voir les artistes des deux Super Clubs s’affronter sans dérive. Victoire du FC Barcelone grâce au brio de Messi et d’Andres Iniesta. En voilà un pour lequel il faudra un jour monter une exposition.

Les faits saillants

Essayez-donc de faire ça

Et si les curateurs de musée ont besoin de trouver les sources d’inspiration du petit génie de Fuentealbilla, je suggère de regarder du côté du design danois.

Laudrup: un modèle pour Iniesta?

Je vous laisse, je suis en retard pour la pratique!

Feed

L'Impact doit se méfier des Goonies

Vues:7821 5 votes

Les couloirs n’ont même pas été alloués, le départ n’est pas prêt d’être donné, mais il semble quand même que l’Impact sera impliqué dans une course aux séries. Grâce à une séquence de trois victoires consécutives, le dossier du onze montréalais (10-13-3) semble désormais faire sourire en cette saison inaugurale en ligue majeure. Rares étaient ceux qui prédisaient une dizaines de gains aux Bleus-Blancs-Noirs en début de saison. Ne manque qu’un nouveau triomphe samedi contre la meilleure équipe du circuit et préparez-vous à la frénésie!

Ceci dit, l’Impact devra se secouer pour venir à bout des Earthquakes de San Jose. L’équipe de Frank Yallop – ex-joueur et sélectionneur canadien – possède plusieurs armes particulièrement tranchantes pour les défenses en MLS. Hormis Chris Wondolowski, meilleur buteur de la ligue, il faudra faire attention aux boucles d’or de Steven Lenhart et à la vitesse de Marvin Chavez. Mais plus que son attaque prolifique, la véritable force de l’équipe de la côte ouest réside dans sa conviction qu’elle n’est jamais battue comme en font foi ses retours hollywoodiens contre nul autre que le Galaxy de Los Angeles. Je ne peux m’empêcher de vous proposer quelques liens dont un vers un superbe montage faisant référence à un film culte de la génération X ou Y, donc XY.

J’en ai presque les larmes aux yeux ;)

Sans oublier celui-ci, le meilleur match de l’année en MLS


Ça repart en EPL

Samedi matin, je vous donne rendez-vous pour le premier match de la saison de ligue anglaise sur les ondes de RDS. Au menu, Arsenal accueille Sunderland au stade Emirates de Londres. C’est à 9h55, chers téléspectateurs.

Il faudra réapprendre à connaître le club londonien suite aux nombreux transferts effectués par Arsène Wenger durant l’entre-saison. Le départ de Robin Van Persie pour Manchester United sera sans doute un coup de poignard pour bien des partisans des Gunners mais une analyse rationnelle de la situation explique un peu mieux les circonstances de la transaction. Bref, Podolski et Giroud, c’était prévu pour amoindrir le coup. Prédiction, le nord de Londres ne festoiera peut-être pas à la fin du championnat, mais Arsenal aura les meilleurs taux au moment de renouveler son hypothèque.

Je pourrais m’étendre encore longtemps sur l’embonpoint en attaque de Man United qui contraste avec la fragilité de son milieu de terrain. Sur l’inactivité surprenante de Manchester City au grand désarroi du mister Roberto Mancini. Ou encore sur l’hyperactivité de Chelsea, le club bleu aux quatre meneurs de jeu... Mais je m’en garde pour les prochaines semaines qui seront sans doute passionnantes.

Beach Soccer à Montréal

Parlant de s’étendre, il n’est pas trop tard pour aller à la plage en cette fin août. Le stade du parc Jarry accueille un tournoi de Beach Soccer ce week-end. En compagnie d’anciens joueurs de l’Impact, je participerai d’ailleurs à un match de gala dimanche entre midi et 13h. Un petit retour, sans même avoir à lacer les souliers, c’est comme ça que je l’ai toujours imaginé!

Feed

Après le Canada, place à Di Vaio 2.0

Vues:5058 2 votes

Dites donc, c’est pour bientôt les vacances? L’été est si chargé que je ne me souviens plus de la dernière pause dans le calendrier footbalistique. D’une part, le tournoi olympique achève, ce qui nous permettra tous de nous remettre de nos émotions et d’oublier quelques patronymes biélorusses, émiratis ou coréens. Mais la MLS, elle, amorce le dernier droit avant les séries qui culmineront avec la finale le 1er décembre! Ça fait quand même long pour un droit, même si c’est le dernier. Et la Premier League qui commence samedi prochain…

La bonne nouvelle, c’est qu’avec toutes ces activités, le vide qui subsiste dans le coeur de l’amateur de foot au terme de l’odyssée canadienne aux Jeux de Londres a de meilleures chances d’être comblé rapidement.

Regardez l’excellent reportage de Luc Gélinas sur le parcours de l’équipe nationale


À lui seul, l’Impact de Montréal est une source intarissable de tribulations et de rebondissements même quand le onze Bleu-Blanc-Noir n’est pas en action sur la pelouse. La trame narrative est si riche, on dirait les Feux de l’Amour version MLS. De quoi inspirer Lise Payette ou Réjean Tremblay.

Les hommes de Jesse Marsch reprennent donc le collier dimanche contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre avec un alignement qui sera forcément différent de celui qui avait vaincu l’Union de Philadelphie le week-end dernier.

D’abord, il faudra se passer du Colombien Nelson Rivas, qui a finalement écopé d’une suspension de trois matchs pour son coup de boule aux dépens d’Antoine Hoppenot en plus d’une amende dont le montant n’a pas été divulgué. Si Marsch affirmait pendant la semaine être d’accord avec la durée de la sanction, on ose espérer qu’une quête ne sera pas nécessaire pour le défenseur central dont le salaire a de quoi laisser perplexe. Mais quelque chose me dit que je ne devrais pas trop me faire de souci…

Sur une note plus positive, l’Impact pourra compter sur son joueur désigné Marco Di Vaio, libéré du poids des accusations qui pesaient contre lui dans le scandale du Calcioscommesse. Le principal intéressé n’a pas caché son soulagement à la suite de ce verdict qui lui permet d’affronter ce qui reste de la saison l’esprit plus tranquille. Un Di Vaio 2.0, voilà qui ne peut pas nuire aux efforts montréalais! Et qui peut certainement nous aider à patienter, en attendant les vacances.

Feed

L'Impact et ses étranges Italiens!

Vues:5289 4 votes

Il n’y avait pas de match jeudi au tournoi de soccer olympique. Il m’a fallu rendre visite aux portes-couleurs du Bleu-Blanc-Noir pour sustenter une panse si accoutumée à son régime quotidien de ballon rond.

Et c’est avec allégresse que j’ai retrouvé les joueurs de l’Impact et leur entraîneur Jesse Marsch au terme d’un entraînement intense en dépit des conditions caniculaires. Un groupe réduit en l’absence de Marco Di Vaio, parti réglé une affaire importante chez lui en Italie.

La situation ne semble pas inquiéter outre mesure l’organisation montréalaise mais l’attaquant bolognais n’est pas encore sorti du bois. À en croire Matteo Ferrari, on n’est jamais à l’abri d’une surprise au pays du calcio. Ce n’est pas moi qui le dit. Voyez plutôt:

È vero?

Voici la traduction que je fais des propos rapportés sur Twitter par la consoeur Amanda Stein. Ferrari sur Marco Di Vaio: "J’ai parlé avec lui et il m’a dit qu’il n’avait rien fait. Alors il est très bien. Mais parfois, en Italie, nous sommes si étranges".

Eh bien, voilà qui offre une explication à bien des choses, mais je me garderai d’extrapoler à ce sujet aujourd’hui. En attendant le match de samedi contre l’Union de Philadelphie, souhaitons que les joueurs de l’Impact s’hydratent convenablement et demeurent dans un endroit frais pour bien conserver leur énergie jusqu’au coup d’envoi. Une suggestion, pourquoi ne pas en profiter pour se changer les idées en passant quelques heures au cinéma dans une salle agréablement climatisée. Il me semble bien avoir vu qu’Omerta est encore à l’affiche.

1/4 de finale féminins

Les Canadiennes se sont qualifiées pour les quarts-de-finales de belle façon en revenant de l’arrière face à la Suède pour arracher un match nul 2-2. Depuis que Lauren Sesselmann est intervenue pour sauver un but certain face au Japon, le Canada a marqué six fois tandis qu’il n’a encaissé que deux buts. Une équipe qui va en “crescendo”, comme le dirait Hassoun Camara.

Les filles de John Herdman affrontent maintenant une équipe à leur portée, la Grande-Bretagne, qui a néanmoins causé la surprise en battant le Brésil – une formation en déclin, si vous voulez mon avis. Dans ce duel assez équilibré, l’équipe qui doutera le moins de ses capacités devrait s’imposer. Pronostic? Disons que je partage l’avis de l’ex-joueuse canadienne Amy Walsh:

Avez-vous un bon pressentiment?

Dernière heure: Victoire 2-0 du Canada et confirmation qu’Amy Walsh a des dons de clairvoyante. Mais que met-elle dans sa soupe?

En tout cas, je pense m’inscrire à ses cours de yoga!


1/4 de finale masculins

Le Brésil et la Grande-Bretagne semblent en voie de se retrouver en 1/2 finale si la logique est respectée. Quoi qu’il arrive, le Brésil sera favori jusqu’au bout. Mais, comme le dirait Obélix, ces Bretons sont surprenants...

Dans l’autre partie du tableau, le Japon, le Sénégal et le Mexique ont retenu mon attention comme des candidats sérieux pour causer une surprise majeure. De toute façon, sans l’Espagne dans le portrait, la finale donnera l’occasion à au moins un de ces pays de lutter pour les grands honneurs.

Cliquez sur l’image pour admirer Neymar en action

Feed
Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010