Alexis Aubry

Alexis Aubry

Homme | ans
Saint-Hubert

1
coéquipiers
1
abonnés


1416 visites

Suivez-moi sur Twitter: http://twitter.com/alexisaubry11
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes

Aucun groupe

Minimiser
Mes Coéquipiers
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires

Chers entraîneurs

Vues:903 10 votes
154351_large

Chers entraîneurs,

Le soccer au Québec connait, depuis ces dernières années, une popularité grandissante. Cette popularité, parfois associée aux coûts de pratique moindre que ceux du hockey, amène évidemment de nombreux effets positifs dont, entre autres, une augmentation de la qualité des infrastructures, un intérêt plus grand des médias (!) ainsi qu’une augmentation de la qualité générale des joueurs. Par contre, cette popularité rapide entraîne aussi son lot de conséquences. L’une d’elles est le manque de formateurs compétents afin d’assurer un encadrement de qualité à tous les jeunes joueurs de soccer québécois.

Les entraîneurs ont un rôle primordial à jouer dans le développement du soccer au Québec. Ce rôle est malheureusement mécompris par certains. Effectivement, pour quiconque gravitant dans le milieu du soccer, il n’est malheureusement pas inhabituel d’apercevoir des entraîneurs de jeunes catégories crier après leurs joueurs, laisser les joueurs moins habiles sur le banc afin de faire jouer les plus talentueux [du moment], engueuler le jeune arbitre suite à une « mauvaise » décision, demander à ses joueurs de perdre du temps, et j’en passe, afin de gagner un match. Et ici, je fais fi des comportements de certains parents.

Nous avons la chance de pouvoir mettre en place des fondations solides afin de construire une structure de développement intéressante, il serait dommage de mettre en péril cette opportunité en important au soccer des mentalités néfastes qui gangrènent certains autres sports.

Un entraîneur, formateur devrais-je plutôt dire, doit avoir comme principal objectif la formation des joueurs sur le plan sportif et humain. Ainsi, interpréter la victoire comme étant un gage de réussite est une grave erreur puisque la victoire n’est pas la finalité recherchée. La priorité devrait être celle d’enseigner à chaque joueur les fondamentaux du sport et, ultérieurement, analyser lors des matchs si ce qui fut enseigné est mis en pratique. Je m’explique; si, par exemple, je travaille en semaine le thème de la passe et que l’équipe remporte le match, il serait erroné d’affirmer que, dû à cette victoire, le thème fut forcément bien compris par le groupe. Ainsi, en tant que formateur, il devrait être préférable , par exemple, que le groupe perde le match tout en ayant bien appliqué ce qui fut travaillé à l’entraînement plutôt que le contraire. La victoire n’est pas garante d’un développement adéquat.

Les matchs devraient, telle une pièce de théâtre, être l’occasion d’offrir en spectacle les acquis enseignés lors des séances entraînements. Malheureusement, un trop grand nombre de formateurs utilisent les matchs d’une manière contreproductive. En effet, il est monnaie courante d’entendre des entraîneurs crier après leurs joueurs afin que ces derniers respectent à la lettre les consignes qui leurs ont été données, sans permettre à leurs ouailles d’apporter un brin de créativité, sous peine de se retrouver sur le banc. En agissant ainsi, les joueurs vont, oui, probablement réduire leurs erreurs, mais n’auront pas la possibilité de réfléchir et perdront l’intelligence de jeu au combien nécessaire pour atteindre le haut niveau. Par comparaison, un élève progressera davantage si l’enseignant le laisse tenter de résoudre un problème par lui même, quitte à ce qu’il commette quelques erreurs dans les premiers temps, que si ce dernier lui donne la réponse avant même qu’il ait eu à réfléchir. Dans les catégories jeunes, afin de favoriser la réflexion, l’intention devrait avoir priorité sur le résultat de l’action entreprise. Ainsi, en tant que formateur, l’attention devrait être en majeure partie portée sur l’idée que le joueur avait derrière la tête plutôt que sur la réussite technique du geste.

Bref, bien qu’il reste encore du chemin à parcourir avant que l’ensemble des formateurs, et parents, de la province adhèrent à une philosophie qui mettra l’accent sur le développement à long terme plutôt que dans les résultats immédiats, je demeure convaincu que le Québec est sur la bonne voie. La structure est en évolution, il ne reste plus qu’aux acteurs à adopter cette nouvelle approche. En espérant, bien modestement, que ce court texte aura su éveiller la curiosité de certains, je nous souhaite à tous du soccer en santé, qui passera, sans aucun doute, par la qualité de nos chers entraîneurs.

Alexis Aubry,
Formateur de jeunes joueurs de soccer et étudiant en Droit.

Feed

Nick Londei a dit...

On veut voir l'équipe Nationale Masculine à la Coupe du Monde et la clef est sans aucun doute d'avoir le meilleur encadrement dès le premier contrôle du ballon de nos jeunes.
Bien dit Alexis !

Joelle Cyr a dit...

Belle initiative Alexis, j'espère que le message va passer :)

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010