Amélie Delobel

Amélie Delobel

| 18 ans

737
coéquipiers
83
abonnés


visites

À lire: « Jeffrey Truchon-Viel profite du moment ». Vous pouvez également me lire sur PJ et me suivre sur Twitter à @AmelieDelobel:)
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires

Dany Sabourin rêve encore à la LNH!

Vues: 6 votes
154536_large

Dany Sabourin avec son équipement rétro lors de la Classique hivernale le 1er janvier 2008 au Ralph Wilson Stadium à Buffalo.

Son passage avec les Castors

Dany Sabourin est un gardien de but qui a été un ancien choix de 3ème ronde, 39ème au total en 1997 par les défunts Castors de Sherbrooke dans la LHJMQ. En trois saisons avec l’équipe de l’Estrie, l’ancien des Forestiers d’Amos dans le Midget AAA a signé 48 victoires, encaissé 50 revers en plus de présenter un pourcentage d’efficacité de 0,880 et une moyenne de but accordé de 3,82. Une expérience enrichissante pour tout jeune hockeyeur qui souhaite percer dans le monde du hockey. « J’ai beaucoup aimé mes trois saisons à Sherbrooke. J’ai adoré la ville, mes différents entraîneurs ainsi que mes coéquipiers au fil des années et j’ai beaucoup appris sur ce que ça prend pour réussir chez les professionnels. »

Le repêchage de la LNH

Après avoir disputé une saison avec les Castors, Sabourin était éligible pour le 36ème encan annuel de la Ligue nationale qui était présenté à l’aréna des Sabres de Buffalo, le HSBC Arena. La patience du joueur originaire de Val-d’Or a été récompensée puisqu’il est parti de Buffalo avec le chandail ainsi que la casquette des Flames de Calgary, qui l’ont sélectionné lors de la 4ème ronde, 108ème au total. Une journée dont se souvient encore le principal intéressé. « Ce fut une journée très stressante, mais agréable à la fois. Ma famille, mon agent et même ma famille de pension de Sherbrooke était avec moi pour ce moment. Lorsque j’ai été repêché, j’étais très content, ce fut une très belle expérience remplie en émotions! »

Ses années dans l’organisation des Flames

Après avoir complété son stage chez les juniors, le cerbère de 6 pieds et 4 pouces a débuté sa carrière chez les professionnels en disputant 19 rencontres dans la ECHL avec les Chiefs de Johnstown et une avec les Flames de Saint-John dans la Ligue américaine, évoluant principalement comme substitut. Il a continué de faire la navette entre la East Coast League et la AHL durant quatre saisons, chose qui n’est pas toujours facile à vivre pour un athlète. Même que selon Sabourin, cela a ralenti sa progression de jouer les seconds violons durant tout ce temps. Cependant, le Québécois a finalement eu la chance d’enfiler l’uniforme des Flames alors que ceux-ci rendaient visite aux Stars de Dallas le 29 octobre 2003. Bien que Sabourin et ses coéquipiers se soient inclinés par la marque de 4 à 3 en prolongation, ce premier départ dans la grande ligue est resté gravé dans sa mémoire. « Nous étions arrivés tard en soirée et j’ai seulement su le lendemain, soit le matin du match, que j’allais jouer ma première partie dans la LNH. J’étais très content, j’ai même appelé mes parents et mes amis pour leur annoncer la nouvelle. » Au total, Sabourin a disputé 4 rencontres avec Calgary, dont 3 comme partant, mais cela sans récolter de victoire.

Son arrivée avec les Penguins

Puis, lors de la saison 2004-2005, le joueur originaire de l’Abitibi-Témiscamingue a signé un contrat avec le club-école des Penguins de Pittsburgh où il a disputé la moitié de la saison dans la ECHL et l’autre moitié à Wilkes-Barre/Scranton dans la AHL. Puis, la campagne suivante, il a passé pour la première fois de sa carrière une saison complète dans la Ligue américaine où il a présenté une très bonne fiche de 30 victoires contre seulement 14 défaites. Ces bonnes performances lui ont valu le trophée Aldege « Baz » Bastien, remis au meilleur gardien du circuit. Malgré ses succès, il n’a pris part qu’à une période avec l’uniforme des Penguins.

Sa première victoire dans la LNH

Lors de la saison 2006-2007, Dany a été réclamé au ballotage par les Canucks de Vancouver. Ce fut une bonne décision puisque le portier a enregistré sa première victoire dans le circuit Bettman le 20 février 2007 face aux Ducks à Anheim et cela de belle façon, puisqu’il a repoussé 38 des 40 rondelles dirigées vers lui. Selon l’ancien des Castors, c’est encore à ce jour l’un des plus beaux moments de sa carrière. « Ça faisait plusieurs années que j’attendais ce moment! Plusieurs fois j’avais connu de bons matchs, mais on perdait en prolongation ou en fusillade. Ce fut un sentiment incroyable, j’ai senti à ce moment un énorme poids qui s’est enlevé de sur mes épaules. C’était un moment inoubliable! » En 6 autres rencontres comme partant avec la formation dirigée par Alain Vigneault, le Canadien n’a remporté qu’un seul autre gain.

Son deuxième séjour à Pittsburgh

L’année suivante, Sabourin est retourné dans l’organisation des Penguins où il a signé un pacte de deux ans, passant cette fois-ci son temps comme adjoint à Marc-André Fleury. Au cours de cette période, le grand cerbère a remporté 16 de ses 36 décisions, dont 3 par jeux blancs, tout en accordant en moyenne 2,80 buts par rencontre. De plus, il a pris part à la Classique hivernale comme substitut le 1er janvier 2008 qui se déroulait au Ralph Wilson Stadium, face aux Sabres à Buffalo où les Penguins l’ont emporté 2 à 1 en tirs de barrage. Toutefois, il fut échangé deux semaines plus tard, plus précisément le 17 janvier aux Oilers d’Edmonton accompagné d’un choix de 4ème tour en retour de Mathieu Garon. Puis, les Oilers le cédèrent à leur club-école, les Falcons de Sprinfield où il y passa le reste de la campagne. Un transfert qui fut difficile à accepter pour Sabourin, qui connaissait du succès en Pennsylvanie et qui pensait bien avoir fait sa place dans la meilleure ligue de hockey au monde. « J’avais connu de bons moments à Pittsburgh et je pensais bien pouvoir assumer un rôle de gardien #1, mais je m’aperçois aujourd’hui que je n’étais pas assez prêt, présentement je serais meilleur. Lorsque tu atteins la LNH, tu penses y rester pour longtemps. Ce n’est pas que je ne travaillais pas assez fort, mais c’est sûr que j’aurais pu faire mieux. J’ai tiré une morale de toute cette histoire. »

Petit détour vers Boston

Au début de la saison 2009-2010, le gardien de but québécois a endossé encore une fois un tout nouvel uniforme, celui des Bruins de Providence. En un an avec le club-école de l’équipe de Claude Julien, le cerbère a présenté une moyenne d’efficacité de ,915 en plus de présenter une fiche de 28 gains contre 27 revers. Malheureusement, ce ne fut pas suffisant pour que sa formation obtienne une place pour les séries de la coupe Calder et Sabourin est de nouveau libre comme l’air en vue de la saison 2010-2011.

Son nouveau rôle avec les Bears de Hershey

L’ancien choix de 4ème tour des Flames a signé au courant de l’été un contrat de deux saisons avec les Capitals de Washington, qui l’envoyèrent à leur club-école, les Bears de Hershey. Lors de ses deux années où Sabourin a joué le rôle de vétéran pour les Michal Neuvirth et Branden Holtby, il a enregistré une trentaine de victoires en 60 joutes. C’est donc sans surprise que les dirigeants des Capitals ont accordé un nouveau contrat d’une saison avec l’ancien des Forestiers d’Amos.

Son avenir

Jusqu’à présent cette année, Sabourin a pris part à 15 rencontres, remportant 6 parties et encaissant autant de défaites tout en continuant son rôle de mentor, cette fois-ci avec le gardien allemand de 21 ans Philipp Grubauer. Toutefois, l’ancien des Canucks n’a pas perdu de vue son objectif de retourner jouer dans la grande ligue. Cependant, il se concentre tout d’abord sur sa présente saison avec les Bears. « Oui, mon rêve est de retourner jouer dans la LNH. Je suis prêt et je sais que je suis meilleur que lorsque j’évoluais avec les Penguins. Malgré tout, ma famille et moi-même nous nous ne sommes pas pressés de partir de Hershey qui est une belle ville et de plus, je suis bien traité par l’organisation. Pour cette année, je veux seulement que notre équipe se qualifie pour les séries et que nous nous rendions le plus loin possible. Sinon, si jamais je ne reçois pas de contrat l’an prochain, j’aimerais devenir entraîneur de gardien dans le junior, comme dans la LHJMQ! »
__________________________________________________________________________

Merci de me lire et laissez vos commentaires! :-)
Pour toutes les nouvelles concernant notre merveilleuse ligue québécoise, la LHJMQ, allez au ParlonsJunior !
Suivez-moi aussi sur Twitter à @AmlieDelobel :D

Feed

Amélie Delobel a dit...

Merci beaucoup J-F et j'ai accepté ta demande cher coéquipier! :)

goalpoke a dit...

J'avais entendu le nom de Dany récemment sans en savoir beaucoup sur son cheminement. Très instructif ton billet Amélie. Bravo!

vickie6535 a dit...

très bon billet Amélie...Sabourin a eu l'occasion de jouer un peu plus d'une cinquantaine de parties dans la NHL, mais je doûte qu'il ait d'autres occasions de le faire, à part celui ou les deux gardiens des Capitals n'offriraient pas des résultats satisfaisants, ce qui est le cas présentement...la perséverence amène souvent d'heureuses récompenses...

Amélie Delobel a dit...

Merci Bruno :)

Bruno Jobin a dit...

Je lui souhaites de revenir dans la NHL bientot!!!

Amélie Delobel a dit...

@ Christophe

Merci beaucoup! :)

@ Louis Fournier

Merci enocre une fois de ta visite mon cher :)

Louis Fournier a dit...

Un très bon portrait. Voilà un autre joueur natif de l'Abitibi comme le défenseur Serge Savard, l'attaquant Pierre Turgeon, les gardiens de but Rogatien Vachon et Danick Bouchard (né à Val-d'Or lui aussi ) et d'autres. À 32 ans, il se fait tard pour Sabourin s'il veut encore jouer dans la LNH.

Christophe Simard a dit...

Excellent, j’espère qu'il s'amuse a Hershey, méchant bon billet.

Amélie Delobel a dit...

Merci beaucoup Dave :)

Dave Witty a dit...

Dommage pour lui qu'il n'ait jamais vraiment percé dans la LNH mais je suis confiant qu'il pourrait jouer quelques matchs dans la LNH avant de prendre sa retraite. Je ne savais plus où il était rendu, encore une fois excellent billet.

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010