lekurosawa

lekurosawa

Homme | 38 ans
St-Hyacinthe

42
coéquipiers
37
abonnés


visites

Allez L'Impact!
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes Coéquipiers
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires

Retour sur le terrain pour l’équipe nationale du Canada

Vues: 3 votes
153949_large

L’équipe nationale senior s’apprête à jouer ses deux premiers matchs depuis la cuisante défaite de 8-1 subie au Honduras. Peu de temps a passé depuis ce match, mais si on regarde le portrait que nous présente la sélection nationale on peut voir quelque chose de complètement différent. On verra contre le Danemark et les États-Unis le début de la formation de notre nouvelle équipe nationale.

Tout commence a la tête du programme. L’ACS a nommé, à la fin de l’automne dernier, un tout nouveau directeur technique. Il s’agit de Tony Fonseca. Monsieur Fonseca est à l’emploi de l’ACS depuis plusieurs années. Il était, le printemps dernier, à la tête de l’équipe nationale U23 qui a failli se qualifier pour les Jeux olympiques de 2012. Il a aussi été adjoint au niveau senior. Avant de rejoindre l’ACS, il a dirigé les 86ers de Vancouver au début des années 2000. Avant de se retrouver sur les lignes de côtés, il a joué pour plusieurs clubs au Portugal, dont le Benfica, il a terminé sa carrière en 2001 comme membre des 86ers. Le poste de directeur technique avec l’équipe nationale est crucial. Il a comme tache d’implémenter une vision a tout les niveaux au Canada, autant au niveau des entraîneurs et de leur formation, du développement des jeunes, de l’encadrement de l’élite, en gros il est en charge de pas mal tout ce qui est soccer au Canada. Un petit boulot tranquille quoi.

Sa première tache a ce niveau fut de trouver quelqu’un pour remplacer Stephen Hart qui a démissionné après la débâcle au Honduras. Il a choisi quelqu’un qui a déjà occupé ce poste, Colin Miller. Miller est un Canadien d’origine écossaise qui a joué une bonne partie de sa carrière comme défenseur en Écosse avec Hamilton Academical et Dumferline. Il a aussi passé deux saisons avec les Rangers et a joué dans la défunte Canadian Soccer League avec Hamilton et Toronto. Au niveau international il a représenté le Canada plus de 60 fois. Comme entraîneur il a dirigé Hamilton Academical tout en étant sur le terrain en fin de carrière. Il a aussi été assistant avec Derby County. Il a eu le rôle d’assistant avec l’équipe nationale et a dirigé la sélection de façon intérimaire suite au congédiement de Holger Osiek. Par la suite il a occupé différents postes chez les Whitecaps de Vancouver, dont celui d’entraîneur des U23 en PDL. Plus récemment il a été nommé entraîneur du FC Edmonton en NASL.

J’avoue que j’aime bien cette nomination. Tout d’abord Fonseca a engagé quelqu’un qui ne faisait plus partie de l’ACS depuis un bout. Ça permet d’amener une vision extérieure. Par contre Miller est très impliqué au niveau du soccer canadien. Il connaît déjà le portrait qu’il a devant lui et est capable de prendre la place rapidement. Comme un des impératifs est de rajeunir l’équipe Miller est un candidat idéal étant donné son expérience avec l’équipe U 23 des Whitecaps. Le seul bémol c’est que Colin Miller venait tout juste d’être nommé entraîneur du FC Edmonton et que par le fait mène il ne sera à la barre de l’équipe que pour le présent camp et les deux matchs au calendrier. Le Canada rejouera un autre match mars, cette fois au Qatar contre le Japon et Fonseca devra trouver quelqu’un d’autre pour diriger l’équipe a ce moment-là.

Du côté de l’effectif on a droit à un paquet de joueurs qui commencent leur carrière qui sont appuyés par quelques vétérans. Du coté des joueurs québécois les élus sont Philipe Davies qui jouait l’an passé avec les Kickers de Richmond ainsi que Jonathan Beaulieu Biurgault qui est toujours à la recherche d’un club. Sinon il faut noter l’inclusion des vétérans Lars Hirschfeld (34 ans), Dwayne DeRosario (34 ans), Terry Dunfield (30 ans), Tosaint Ricketts (25 ans) et Nik Ledgerwood (28ans). Il faut aussi noter que 11 joueurs en seront a leur première sélection s’ils foulent le terrain, il s’agit des gardiens Simon Thomas et Roberto Stillo, des défenseurs Andres Fresenga et Mason Traford, des milieux Kyle Bekker, Philippe Davies, Manny Gomez et Matt Stinson et des attaquants Frank Jonke, Evan James et Kyle Porter.

La première chose qu’on constate c’est que c’est un groupe qui a très peu d’expérience. En plus des 11 recrues, il y a 5 joueurs qui ont joué moins de 10 fois en sélection. C’est un mal nécessaire. Avec l’élimination du Canada de la course pour Coupe du Monde 2014 il faut procéder à un renouveau de l’effectif avec en tête la Coupe du Monde 2018. Dans cette optique tout joueur qui a aujourd’hui plus de 30 ans est un peu inutile. C’est pourquoi je ne suis pas tout à fait d’accord avec les choix de Dwayne DeRosario, de Lars Hirschfeld et de Terry Dunfield. Certains diront que d’avoir des vétérans pour encadrer les jeunes c’est bien, mais moi je crois plutôt que d’avoir ces vétérans sur place empêche une nouvelle génération de leader de prendre sa place.

Ce camp aurait été l’occasion idéale de laisser des joueurs tels Nik Ledgerwood, Dejan Jakovic et Tossaint Ricketts prendre le devant de la scène, leur donner plus de responsabilités. À la place on a fait, selon moi, les choses à moitié en laissant l’équipe sous l’influence des mêmes vétérans qui échouent coup sur coup depuis dix ans. Sans compter que je ne suis pas certain que l’influence d’un joueur tel DeRosario, malgré tout son talent, soit si positive que ça. On a entendu beaucoup de rumeurs à propos de son attitude avec le TFC, comme quoi il n’était pas trop dérangé par la défaite, puis il y a aussi tout son chialage à propos de son salaire. Pour moi le principal problème avec DeRosario c’est que c’est un de nos meilleurs joueurs et qu’il est encore en MLS. Nos meilleurs joueurs doivent avoir l’ambition de jouer ailleurs, ils doivent trouver une façon de se placer dans un contexte où ils seront en compétition pas juste avec les autres clubs, mais aussi avec leur propre coéquipier. Nos meilleurs doivent bosser à briller dans un environnement plus compétitif que la MLS.

Une autre chose qu’on remarque tout de suite c’est la présence de 3 joueurs qui sont sans clubs, Evan James, Jonathan Beaulieu Bourgault et Simon Thomas en plus de 2 autres qui sont a la recherche d’un nouveau contrat, soit Mason Trafford et Kyle Porter. Pour bien des gens, cette situation est inacceptable. Ils se disent qu’un joueur qui n’est pas capable de se trouver un club ne devrait pas jouer en équipe nationale. De mon côté je pense un peu le contraire. Il faut comprendre que les débouchés sont rares pour les clubs canadiens et que s’ils ne réussissent pas à l’étranger ils n’ont pas beaucoup d’opportunités au niveau local. Dans cette optique un match en équipe nationale représente une excellente occasion de montrer son savoir-faire. Par exemple un joueur comme Jonathan Beaulieu Bourgault pourrait attirer l’attention d’un club danois ou américain s’il fait de bonnes performances à ce camp. C’est le genre de chose qui pourrait lui valoir un essai quelque part. Pour un joueur comme lui, c’est une belle occasion.

La dernière chose que je remarque à ce camp c’est le fait qu’aucun joueur du FC Edmonton n’a eu d’invitation. Il y a bien Porter, mais comme je l’ai dit il est sans contrat et s’il trouve mieux il ne retournera pas avec le club. Pour moi il manque à ce club Shaun Saiko au milieu de terrain. Il aurait facilement pu prendre la place d’un DeRosario. Il n’est pas aussi talentueux, mais il pourrait être utile à la sélection bien plus longtemps que DeRosario. Les défenseurs Paul Hamilton et Antonio Rago auraient aussi pu être appelés. Le premier a fait partie de l’équipe d’étoile de la NASL l’an passé et le second a aussi connu une excellente saison. Disons que si j’étais paranoïaque je dirais qu’il y a là de quoi faire une belle théorie du complot. Le nouveau coach du FC Edmonton ne sélectionne aucun de ses joueurs, méritants, pour un camp de l’équipe nationale? Est-ce qu’il préfère les avoir frais et dispo pour son camp qui commence tout juste après? Est-ce qu’il préfère ne pas trop les montrer pour garder leur valeur à son plus bas? Peut être que j’exagère, mais il reste que je trouve ça bizare.

Au bout du compte il reste que je suis très content de voir ces deux matchs pour le Canada. Ça sera l’occasion de combler votre fix de soccer plus local étant donné qu’il sera possible de voir les deux matchs. Le premier entre le Danemark et le Canada sera disponible en streaming sur le site Internet de Sportsnet. Il sera joué samedi à 15h. Le second contre les USA sera disponible à la télé sur un des réseaux de Sportsnet. Ce match sera joué en direct du BBVA Compass Stadium de Houston en direct`mardi soir à 21h. Ce ne sera pas l’Impact, mais ça devrait combler mon besoin de soccer local d’ici au premier match de l’Impact.

Feed

Philippe Deschenes a dit...

Perso je suis d'accord de laisser la place a une nouvelle génération. Par contre, l'équipe nationale ne devrait pas etre une plateforme pour des joueurs sans club.

simonboi a dit...

Tres bon billet. Bravo!

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010