lekurosawa

lekurosawa

Homme | 38 ans
St-Hyacinthe

42
coéquipiers
37
abonnés


90863 visites

Allez L'Impact!
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires

Le Canada ne fait pas le poids contre le Danemark

Vues:860 2 votes
154089_large

C’est samedi dernier, en Arizona, que le Canada jouait son premier match amical de 2013. L’adversaire pour l’occasion était le Danemark. Comme il fallait s’y attendre, la sélection canadienne, dirigée par l’entraîneur par intérim Colin Miller et formée de plusieurs joueurs avec peu d’expérience au niveau international n’a pas réussi à contenir les ardeurs du Danemark et c’est incliné par le score de 4-0. Le joueur danois Andreas Cornelius a inscrit un triplé pour les vainqueurs alors que six joueurs canadiens ont effectué leur première présence pour les Rouges, soit Kyle Bekker du TFC et Philippe Davies des Kickers de Richmond ainsi que Simon Thomas, Kyle Porter, Mason Trafford et Evan James qui sont sans club.

Pour que vous puissiez vous faire une idée du fossé qui sépare les deux nations, j’ai compilé quelques données à propos du soccer dans les deux pays. Première chose à considérer, le Danemark est un petit pays. On y retrouvait selon les données de 2005 un peu plus de 5,5 millions d’habitants. Le Québec à lui tout seul est plus peuplé. Au niveau soccer on peut observer au Danenark une ligue de première division qui compte 12 clubs. Parmi ces 12 clubs, on dénombre un grand total de 224 joueurs Danois. Il faut aussi noter que parmi les entraîneurs de ses 12 clubs seulement 3 sont étrangers. Les 9 autres sont originaires du Danemark.

En comparaison le Canada c’est le tiers monde. Pour notre population qui est plus du quintuple du Danemark, on ne trouve ici que quatre clubs professionnels, l’Impact de Montréal, le Toronto FC, le FC Edmonton et les Whitecaps de Vancouver. Pour le moment il y a 2 Canadiens à Montréal, 6 au TFC, 3 à Vancouver (en excluant Alain Rochat qui est Suisse) et 12 au FC Edmonton. Le grand total est donc pour le moment de 23 joueurs professionnels au Canada. De plus un seul des entraîneurs est d’origine canadienne.

J’aime bien voir, par les temps qui courent, le Canada se faire brasser un peu au niveau international. Ça permet de faire une remise en question. Pas que nous étions meilleurs avant, c’est juste qu’aujourd’hui, avec 3 clubs de MLS répartis d’un océan à l’autre, les problèmes de notre soccer ont plus de visibilité. Pour moi cette visibilité, associé aux succès récents du volet féminin, met de la pression sur l’ACS afin de régler le problème. Je ne crois pas que ce soit nécessaire de regarder derrière. Il faut aller de l’avant sans tarder. L’ACS doit aussi arrêter de chercher un remède miracle. À l’étape où on est, n’importe quelle solution qui fait bouger les choses un peu est meilleure que le statu quo. De toute façon il ne faut pas non plus exagérer. On a beau avoir eu droit à une raclée au Honduras, il ne faut pas grand-chose pour nous ramener à leur niveau. Avec un peu de direction au sommet de la pyramide il serait possible de remettre le train sur les rails assez rapidement. Est ce que ça serait assez pour atteindre la Coupe du Monde en 2018? Pas nécessairement, mais l’objectif doit être a la mesure du défi. Si on pouvait commencer par être compétitif, ça serait déjà ça.

Pour ce qui est du match en tant que tel, il n’y a pas grand-chose a dire. Le Canada a paru désorganisé tout au long de la partie. C’est quelque chose de normal pour un club qui est composé au trois quarts de joueurs qui n’ont jamais réellement joué à ce niveau avec un coach qui n’est là que de façon temporaire. Il reste qu’on a vu une défense lente à réagir et une attaque sans réelle créativité. Ce sont là tous les ingrédients pour avoir droit à un autre match difficile contre les États-Unis mardi. Éventuellement le Canada mettra un plan en place pour redresser la situation, mais en attendant pour le fan du sport au Canada c’est difficile. Que voulez-vous, on ne peut pas faire d’omelettes sans casser des œufs.

Mon haïku du match, parce qu’il faut bien rester zen:

Le Canada a trébuché en pleine course
Ça ne donne rien de courir en sandale
Pour l’heure il faut se relever et marcher

Feed

docteur_es_sport a dit...

Le championnat danois est un championnat très faible en Europe, et je ne pense pas que les internationaux danois y jouent. Le vrai championnat "domestique" des danois est le championnat anglais, très adapté aux qualités physiques des joueurs et le championnat allemand limitrophe.
Cette rencontre donne un bon jalon sur le chemin à accomplir pour les canadiens.

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010