Nicolas Landry

Nicolas Landry

Homme | 32 ans
Montréal

233
coéquipiers
105
abonnés


visites

À la prochaine...
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mes Coéquipiers
Minimiser
Mes blogueurs préférés
Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires

Gilbert Melendez : mythe et réalité

Vues: 7 votes

C’est plus ou moins de sa faute, mais il est devenu de plus en plus difficile de croire ce que proclament les plus ardents supporteurs de Gilbert Melendez.

Les faits au sujet de Melendez sont les suivants : il est champion de la division des légers de Strikeforce depuis deux ans et demi, a gagné ses six derniers combats – incluant trois défenses successives de son titre – et n’a subi que deux défaites en 23 combats professionnels, deux échecs qu’il a par la suite vengés.

Nous sommes donc en mesure de mettre ceci au clair dès le départ : Gilbert Melendez est un très bon, voire excellent, combattant de MMA. Je crois qu’il n’y a même pas là matière à débat.

Mais qu’on n’essaie plus de me faire gober la théorie – en perte de vitesse, mais toujours bien vivante – voulant qu’il soit le meilleur poids léger au monde.

Si « El Nino » lui-même semble avoir sagement modéré ses propos – publiquement du moins – quant à la place qu’il croit mériter sur l’échiquier mondial, les membres de sa garde rapprochée n’ont toujours aucune gêne à clamer sa supériorité. Là-dessus, vous pouvez citer Nate Diaz qui, après sa récente victoire sur Jim Miller, a crié haut et fort qu’il n’y a que son coéquipier Melendez au-dessus de lui chez les 155 livres.

Émouvant comme preuve d’amour, mais pas très objectif comme analyse.

Tout d’abord, avec un peu de recul et de bonne volonté, Diaz regarderait les adversaires qu’a battus Melendez au cours des dernières années et avouerait que ça ne se compare pas avec la qualité de l’opposition qu’on retrouve au sommet de la chaîne alimentaire. À moins, bien sûr, qu’il considère les Thomson, Masvidal, Kawajiri et Aoki dans la même ligue que les Henderson, Edgar, Maynard et lui-même. Si c’est le cas, je nous ouvre deux bières et je lui dis que j’aimerais finalement mieux jaser de météo. Moins drainant.

Diaz pourrait me répondre que je tombe dans la facilité, que je spécule. Que son bon chum ne peut pas prouver qu’il ne peut pas connaître autant de succès contre ceux qui lui sont considérés supérieurs si on ne lui en donne pas la chance. Et il aurait un peu raison. C’est pourquoi je mentionne en introduction que Melendez est plus ou moins responsable du scepticisme qui l’entoure. Après tout, c’est en marquant 60 buts dans la Ligue nationale que Steven Stamkos a prouvé qu’il était le meilleur franc-tireur au monde cet hiver, pas en en marquant 90 dans un calibre inférieur duquel il lui était impossible de graduer.

Melendez, qui a encore trois combats à écouler à un contrat chez Strikeforce qu’il a promis d’honorer, mérite cependant une part de blâme. Toutes les excuses au monde ne changeront rien au fait qu’il n’a pas exactement dominé les adversaires qui lui ont été offerts dans un circuit qui, de notoriété publique, est considéré comme étant de série B. Jorge Masvidal et Josh Thomson sont des adversaires talentueux, mais doit-on vraiment croire qu’ils survivraient pendant cinq rounds contre l’élite du UFC?

Ici encore, je donnerai raison à ceux qui me diront que « 1+1 » ne donne pas toujours « 2 » en sports de combat, mais quand même… Moi je commence à trouver que le proverbial éléphant dans la pièce est de plus en plus difficile à ignorer.

Il est rare que je me prête à ce jeu, mais comme je sais que plusieurs d’entre vous ont déjà commencé la discussion sur le sujet dans mon billet précédent, j’ai décidé de vous offrir un peu plus de matière à débattre en dévoilant, sans prétention aucune, mon top 10 personnel chez les 155 livres.

1. Benson Henderson
2. Frankie Edgar
3. Nate Diaz
4. Gray Maynard
5. Donald Cerrone
6. Jim Miller
7.Eddie Alvarez
8. Michael Chandler
9. Gilbert Melendez
10. Clay Guida

CONCLUSION JUSTE D’UNE BRILLANTE TRILOGIE

La conclusion que je vous permets de tirer de ce classement, c’est que je ne tiens peut-être pas Melendez en aussi haute estime que plusieurs amateurs/confrères/disciples de Cesar Gracie. Pour le reste, n’essayez pas de me mettre des mots dans la bouche. Le frisé de San Jose est un combattant doué dont la seule présence sur une carte me convaincra d’y consacrer toute mon attention.

Son combat de samedi face à Josh Thomson, le dernier d’une superbe trilogie, devrait normalement faire partie de la discussion pour déterminer le meilleur de l’année au mois de décembre. En renversant la vapeur dans les deux derniers rounds, l’aspirant est venu bien près de causer une surprise majeure en allant chercher la faveur de l’un des trois juges.

Pour ceux que ça intéresse, j’ai jugé le combat en faveur du champion.

Thomson est le plus entreprenant au son de la première cloche. Ses premières salves touchent bien la cible, ses contre-attaques sont précises et il parvient même à envoyer Melendez au sol avec une jambette. Mais ce dernier embarque dans le jeu en marquant une bonne projection à la 90e seconde et garde un léger contrôle des hostilités jusqu’à la première pause. Round très serré que l’analyste Pat Miletich juge nul. Je le donne à Melendez par un cheveu.

Scénario beaucoup plus clair au deuxième. Bon boxeur, Melendez est agressif, efficace, intelligent. Il réussit une autre projection et termine l’assaut avec de durs coups de coudes à la tête de Thomson alors que celui-ci tente de l’amener au sol.

Thomson marque ses premiers gros points à la deuxième minute du troisième round. Il repousse une tentative d’amenée au sol et à la sortie, décoche un «push kick » suivi d’une combinaison gauche-droite et finit avec un crochet de la gauche. Melendez continue toutefois d’aller de l’avant et pour le reste du round, c’est à lui que reviennent à mon avis les meilleures attaques. Même si son visage incite à un différent discours, je le renvoie dans son coin en avance trois rounds à zéro.

C’est toutefois au troisième que la juge Susan Thomas-Gitlin, contrairement à ses deux collègues, a fait pencher la balance du côté du challenger.

Melendez a failli tout perdre au quatrième round, quand Thomson l’a mis au sol et a été capable de prendre son dos pour travailler sur une tentative de soumission. J’ai bien cru que ça y était à quelques reprises, même si Thomson a plus tard avoué qu’il n’a jamais cru que sa victime était même passé près d’abandonner.

Le cinquième round a également fait l’unanimité chez les trois juges, qui l’ont, tout comme moi, accordé à Thomson. Ce qui me donne une carte finale de 48-47 en faveur du champion défendant.

Et vous, comment aviez-vous jugé le combat? Croyiez-vous que Thomson en avait fait assez pour ravir le titre à Melendez?

J’ai déjà posé la question à mes suiveux sur Twitter : avez-vous préféré le combat Melendez-Thomson à celui que nous avaient offert Dustin Poirier et le Korean Zombie quelques jours plus tôt?

DANIEL CORMIER : MON MEA CULPA

Comme j’avais détaillé mon pronostic dans mon billet précédent, il m’est impossible de me cacher. Je croyais que Josh Barnett aurait le meilleur sur Daniel Cormier dans la finale du Grand Prix de poids lourds de Strikeforce et je me suis trompé.

En fait, je me suis trompé sur le cas de Cormier en général et je dois aujourd’hui faire mon mea culpa.

Même si j’avais été aussi impressionné que vous par son travail de démolition sur Big Foot Silva en demi-finale, j’avoue que je ne prenais pas encore Cormier au sérieux. Je me disais qu’il avait été chanceux, qu’il avait donné un bon coup de poing à un adversaire qui l’avait sous-estimé, qu’il n’avait pas assez de vécu dans la cage pour rivaliser avec un vétéran aguerri comme Josh Barnett.

Dans le champ. Encore une fois.

Barnett était plus lourd de dix livres et sa portée était supérieure de sept pouces. Je m’attendais à ce qu’il puisse traîner Cormier contre la cage, le brasser un peu et peut-être même le faire trébucher au sol. C’est rapidement devenu évident que ça ne serait pas le cas.

La vitesse des mains de Cormier est la première chose qui m’a frappé – au sens figuré, heureusement. Il n’en a que deux, comme nous tous, mais ce n’est probablement pas l’impression qu’avait Barnett alors que le cuir bleu arrivait de partout pour lui attendrir le visage. Cormier, c’est clair et net, n’a rien du puissant cogneur qui se fie uniquement sur un élan occasionnel de sa main arrière pour arriver à ses fins.

Et si la vedette montante du gym AKA semblait si à l’aise à allumer les feux d’artifice, c’est qu’il savait qu’il n’avait pas à craindre d’être amené au sol. Personne n’avait réussi à l’y amener auparavant et Barnett n’est jamais passé proche de devenir le premier. Sans parler des quelques fois où il a lui-même failli passer le géant à travers le plancher.

Barnett, toutefois, mérite une large part du mérite pour la qualité du spectacle. Sa gueule d’acier (selon FightMetric, il a encaissé 131 coups, dont 84 jugés significatifs) et son seuil de tolérance à la douleur (il s’est cassé la main gauche dans la première minute du combat) nous ont permis d’assister au meilleur combat d’un tournoi qui s’est terminé beaucoup mieux qu’il n’avait commencé.

La performance de Cormier – le dernier acte d’une progression fulgurante – m’a convaincu qu’il était mûr pour se frotter à la crème du UFC. Traitez-moi de girouette, mais je verrais même d’un bon œil un combat immédiat entre le gagnant du prochain combat de championnat entre Frank Mir et Junior Dos Santos. Ce serait peut-être un peu vite, mais essayez de me faire croire que ce n’est pas un matchup qui vous intriguerait…

De toute façon, je rêve en couleurs. Cormier est contractuellement obligé de disputer un dernier combat sous la bannière Strikeforce, une situation complètement ridicule étant donné que le UFC a récemment liquidé la division des lourds de sa petite sœur mal-aimée. On risque donc de gaspiller l’élan d’un nouveau champion en lui trouvant un agent libre de second ordre, un nomade à la Todd Duffee.

Celle-là, il faut reconnaître qu’elle est difficile à comprendre.

Dans les circonstances actuelles, qui verriez-vous face à Daniel Cormier? Croyez-vous qu’il parviendra éventuellement à sauver sa peau contre l’élite mondiale? Et pour ce qui est de Barnett, sa performance inspirante lui permettra-t-il de retourner dans les bonnes grâces du UFC?

Si vous êtes sur Twitter, il est possible de me suivre @NicLandryRDS.

Feed

sparks8 a dit...

montreal_city... tu va etre décus avec Overeem oui il est tres bon mais sa équivaut a un Carwin... JDS le batterait facilement.

Velasquez a quand meme dominé Kongo, malgré qu'il s'est fait pincer 2 fois solidement mais Kongo était un des gros striker a cette époques les blessures semble l'avoir ralenti depuis ses opération!!


JDS et Velasquez sont dans une classe a part présentement, Werdum et Cormier sont les 2 autres qui sont le plus a surveiller!! Overeem on verra a son retour!!

Nicolas Guertin.... je dirais que oui Chandler et Alvarez dans le tops 10 des 155 lbs, Chandler est meilleur que Melendez surtout niveau sol.

Cormier aimerait affronter Carwin sa pourrait peu etre se passer au Strike Force se combat!!

Nicolas Guertin a dit...

@Nic Landry

Ma question à moi se situe plûtot par rapport à Michael Chandler. Selon moi, il est meilleur que Melendez, toutefois, il n'a pas affronté qui que se soit d'un top 10 mondial car je ne considère ni Alvares ni Gono comme des top 10 à l'échelle mondiale. Je sais que tu as mis Alvares en avant de Chandler et lui en avant de Melendez. Comment expliquerais-tu cela?

Alex Brochu a dit...

Très bien expliqué, 5* ;)

Nicolas Landry a dit...

(1/5) En réponse à Raymond Cloutier, je vais essayer de préciser ma pensée à propos des scénarios éventuels auxquels je crois que pourraient faire face Melendez et Cormier.

Dans mon évaluation des deux combattants, je ne me base pas simplement sur la qualité des adversaires qu’ils ont affrontés jusqu’ici et sur la façon avec laquelle ils ont obtenu leurs résultats. J’essaie surtout d’évaluer leurs attributs (forces et faiblesses) et de transposer tout ça dans l’autre ligue en m’imaginant comment ils se tireraient d’affaire contre ceux qui sont en compétition dans la même catégorie de poids.

C’est ainsi que j’en viens à placer Melendez au neuvième rang de mon classement. Basés sur tous ces facteurs, je ne crois sincèrement pas qu’il devrait être considéré comme le favori dans un combat l’opposant à chacun des huit pugilistes classés en haut de lui.

Nicolas Landry a dit...

(2/5) Ça ne signifie pas qu’il ne pourrait en battre aucun, pas plus qu’il faut comprendre que je ne serais pas intéressé à le voir défier n’importe quel de ces noms. Au contraire! Ça serait le meilleur moyen d’arrêter les spéculations et d’avoir le cœur net.

C’est davantage le contexte actuel qui m’incite à dire que Cormier, même s’il n’a pas le vécu de Melendez, mériterait un combat de championnat au UFC avant son collègue de Strikeforce. Je m’explique.

La catégorie des légers du UFC est probablement la plus « paquetée » de toutes. Le talent y déborde et ça se bouscule aux portes pour confronter le champion. Quand Henderson et Edgar auront fini de régler leurs comptes, ce sera au tour de de Nate Diaz. Ensuite, ce sera peut-être au tour de Cerrone et/ou Pettis. Jim Miller finira peut-être par remonter la pente. Tous des matchups qui amènerait du sang neuf autour de la ceinture et qui donnent un paquet d’options à ceux qui prennent ces décisions au sein de la compagnie.

Nicolas Landry a dit...

(3/5) Pour être clair, je ne m’opposerais même pas à un choc de champions entre celui du UFC et son homologue de Strikeforce. Je crois seulement que 1) Melendez perdrait ce combat de toute façon et que 2) cette possibilité est moins probable étant donné les nombreuses autres options disponibles à Dana White et son équipe.

La situation de Cormier est différente. Premièrement, même si je verrais d’un bon œil le fait qu’on veuille lui préparer une entrée en douce en lui faisant monter un par un les échelons de la division, je crois que son style lui permettrait de donner immédiatement du fil à retordre à l’élite de la division. Certes, il a encore des lacunes sur lesquelles travailler et je ne dis pas qu’il battrait JDS, mais soyons sérieux : si Brock Lesnar a réussi à battre Frank Mir et Shane Carwin, je ne vois pas comment on pourrait penser que Cormier ne pourrait pas y parvenir.

Nicolas Landry a dit...

(4/5) Il y a aussi, encore une fois, le contexte de la division des lourds à prendre en considération. Si JDS passe par-dessus Mir, y a-t-il vraiment un millier de matchups qui vous excitent par la suite?

Le futur d’Overeem est plus qu’incertain et personnellement, j’en ai mon casque de ce tricheur. Un rematch contre Velasquez ne serait pas déplaisant (et c’est probablement le scénario le plus probable), mais ça ne me met pas nécessairement sur les hautes.

Ensuite? Faites le tour, je vous jure, les possibilités sensées ne courent pas les rues. On a un paquet de colosses qui s’entretuent, mais qui se démarque vraiment? Les seuls qui sont sur des séries de victoires notoires sont des gars comme Mike Russow, Lavar Johnson, Travis Browne et Mark Hunt. Est-ce qu’on va vraiment se rendre là? Ces gars-là, avec tout le respect que je leur dois, représentent-ils vraiment des options plus alléchantes que Cormier?

Nicolas Landry a dit...

(5/5) Et n’oubliez pas que Dana White dirige une entreprise dont le but est de générer des profits. S’il juge qu’il peut générer un buzz assez gros autour de Cormier pour le vendre sur un combat de championnat du monde - ce qui est très facilement envisageable - il le fera.

Au moment où on se parle, je crois que le potentiel de « star power » de Cormier au UFC est beaucoup plus élevé que celui de Melendez. Et le UFC a certainement plus besoin de Cormier que de Melendez présentement. Voilà pourquoi son chemin sera beaucoup plus court.

Il est trois heures du matin. C’est probablement un peu tout croche, mais est-ce que vous comprenez un peu mon point de vue?

j j a dit...

Fedor a annoncer sa retraite apres son combat contre Pedro Rizzo, j'y avais penser aussi, mais je pense que cette fois si, c'est pour de bon.

Alex Brochu a dit...

Tant qu'à lancer des noms pour un dernier combat (ridicule dans les circonstances) dans la strikeforce, pourquoi ne pas réengager Fedor le temps d'un combat

Sinon, y a toujours moyen d'avoir un contract breach à quelque part parce que je vois absolument aucun nom hors UFC de niveau à se battre contre Cormier

j j a dit...

Josh barnett aussi devrai disputer un dernier combat avec l'organisation.

Il a pas tant de gros nom hors UFC chez les lourds...Tim Sylvia,Arlowski,brett Rogers, Eddie Sanchez,Duffee, Santos, Pringles,Neil Grove,Konrad sont les plus gros nom...la seul chose que j'espère est qu'il ne fasse pas un rematch immédiat...

Nicolas Landry a dit...

@Alex Brochu

Tu as raison. La division des lourds de Strikeforce sera dissoute, tout le monde passera au UFC. MAIS... Cormier devra bel et bien disputer un dernier combat sous cette bannière avant de faire le saut. J'ignore la raison exacte et si c'est coulé dans le béton, mais pour l'instant c'est ça l'histoire.

Alex Brochu a dit...

@rush et Landry

À moins que je me trompe, la division heavyweight de la strikeforce n'est plus supposé exister depuis la finale du grand prix? J'ai entendu l'information le soir même du gala de la bouche des commentateurs. Ça explique la ceinture "HW Grand Prix" et non Strikeforce Heavyweight champion

Je passerais pas ma maison la dessus mais je peux gager un 10$ que c'était le dernier combat de Cormier et Barnett dans strikeforce et que les 2 passent au UFC d'ici la fin de l'ete

Alex Brochu a dit...

Pour pas polluer le tread sur melendez, il a une attitude digne de l'équipe césar gracie, avec pas mal de talent mais jamais assez pour passer des le top 5 du UFC. Jim Miller lui passerait une soumission en moins de 2 rounds

Alex Brochu a dit...

Velasquez est pas overaté du tout. Il a knocker assez facilement Lesnar et Nogueira et s'entraine avec une des meilleures équipes à AKA. Selon moi Velasquez peut battre n'importe quel heavyweight, sauf JDS

Pour son combat contre Kongo, ce dernier était un kick boxer extrêmement vicieux et dangereux avant de s'être pratiquement fait dévisser la tête par Pat Barry, depuis ce combat la le gars à visiblement la chienne de se faire knocker et n'est plus digne du top 10 heavyweight

montreal_city a dit...

sparks8 , je pense le seul qui peut battre JDS c Overeem
velasquez a essayer , et il sest fait knouker en 1 minute =/
je le trouve overated Cain , il a failli se faire mettre ko par Kongo
ya un title shot gimme apres une victoire face au vieux nog<on senten que brock yetait pas assez skill pour rester champion bien longtemps
je suis pas sur de cain , son combat vs bigfoot va men dire plus

will dupuis a dit...

Henderson,Edgar,Maynard,Diaz,Cerrone,Chandler,Alvarez,Pettis,Barboza...la liste est longue devant Melendez selon moi. Thompson n'est cependant pas un jambon non plus, il mérite sa part de crédit.

raymond cloutier a dit...

Tu fais la meme erreur avec Cormier et Melendez...
Melendez etait dans le top 3 avant son dernier combat..

Apres tout ce que tu viens de dire sur Strikeforce, je ne comprend pas comment tu placerais Cormier sur le siege de candidat au championnat du UFC...

sparks8 a dit...

montreal_city... si un peu battre Cigano sa reste Velasquez et oui pour moi Velasquez est supérieur a un Cormier.

rush rough a dit...

Merci nicolas.. effectivement je parlais plutot de son prochain adversaire car après big foot et barnett y reste pas grand chose a se mettre sous la dent cotE poid lourd de qualiter qui ne sont pas déjà dans la ufc..

Nicolas Landry a dit...

@Alex Brochu

Je crois que rush rough ne fait pas référence à Barnett, mais bien au prochain adversaire qu'on trouvera à Cormier quand il parle de "jambon".

Alex Brochu a dit...

Est ce que tu parles de Josh Barnett comme un jambon de la strikeforce? Ce gars la est selon moi aussi fort que Frank Mir et à la carrière derrière lui pour le démontrer.

rush rough a dit...

Pour moi aussi melendez n'est pas un top 10 il ne ma jamais impressioner pour ce qui est de cormier après sa defense de titre. Contre un jambon dans strike force j'aimerais qu'il est un premier test dans le ufc avant de passer au chose serieuse shane carwin et roy nelson serait mes 2 premier choix pour acceuillir cormier dans le ufc

montreal_city a dit...

Cormier est le coach de lutte a Cain.
je pense y pourrait le battre mais contre jds je lui donne pas grand chance
mais bon ya pas grand monde qui a des chances contre JDS pour le moment

sparks8 a dit...

Pour ma part je pense pas que Melendez serait du top 10 mais pas loins, je le compare au Wiman et Danzic niveau talent!!

Pour Cormier sa sera une perte de temps un autre combat au Strike Farce, je continue a croire que Cormier serait plus avantagé a 205 lbs et pourrait peu etre devenir un bon défis pour Jones. Mais j'ai rien contre aussi qu'il continue en poids lourds mais face au Cigano et Velasquez je le vois pas etre capable de les battre!! Un combat Carwin vs Cormier je dirais pas non!!

Pour Barnett on va le voir ses sure au UFC, j'aimerais bien le voir face a Mir.

Feijao a demander sa chance au titre, titre qu'il va reprendre surement face a Mousasi!!

montreal_city a dit...

voici mon top 10

1: Benson Henderson
2: frankie Edgar
3: graY Maynard
4: Nate Diaz
5: Donald Cerrone
6: Michael Chandler
7: Clay Guida
8: Eddie Alvarez
9: Edson Barboza
10: Anthony Pettis

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010