Luc Beaudry

Luc Beaudry

Homme |
Magog

280
coéquipiers
32
abonnés


231503 visites

BRAVO aux grands manitous du GRAND CLUB pour leur expertise à nous redonné usage du nombre de VISITEURS élément essentiel d'évaluation MERCI
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mes Groupes
Minimiser
Mur de commentaires

Cyclotourisme sur la piste de la rivière Magog

Vues:745 5 votes

La Piste cyclable quo longe la Rivière Magog, tout près de la Pointe Merry.

Prendre notice qu’il devrait y avoir une photo d’intro: j’ai problème à télécharger.

Merci !

_

Nous avions un peu délaissé l’habitude de rouler ensemble : aujourd’hui, nous allons faire une randonnée de l’autre côté de la rivière, en rapport avec la maison de ma naissance située rue Principale Ouest, près du Parc des Braves. : à côté de la tabagie, qui est voisine du Sports Expert. C’est un bureau de notaires maintenant : vers l’est, à 5 minutes, il y a l’hôtel Grand Central, qui est là depuis l’époque des chevaux. La piste, passe à la Pointe Merry, comme on voit sur la photo présentement. Elle emprunte, à droite, le pont qui mène au Mc Do : tourne en face du restaurant, prend la droite d’un Y et va jusqu’à l’école anglaise : de là, elle se rapproche de la rive en traversant un quartier de condos pour les cadres du textile, au début du siècle dernier On passe ici en plein Centre du quartier anglais des débuts de Magog : quand je jouais mon basket, c’était contre des gars de ce coin ici que nous apprenions notre sport. De vrais bourgeois, éduqués et athlètes : ils avaient le seul Parc avec un terrain de football. Deux joueurs actuels du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke, y ont fait leurs premiers jeux. Nous sommes environ à 1 km du barrage d’Hydro-Magog, par le sentier de vélo : le barrage est situé à la tête des bâtiments de l’ex-usine du textile. Chemin faisant on passe à côté des cabanes à bateau et du chalet municipal, l’endroit pour laisser les remorques à bateau et le lieu de mise à eau pour le lac Memphrémagog. En été, c’est un stationnement immense mais il y a toujours une place pour nous, les vélos sur le bord de l’eau./

http://www.youtube.com/watch?v=

/

C’est si beau le vélo et les feuilles : la piste suit la rivière et utilise le pont qu’on voit au fond à droite : en face plus à droite, il y a le McDo érigé à l’endroit exact de l’ancien emplacement du Battle House, le plus superbe hôtel de la ville du siècle dernier, à l’époque du bâteau à vapeur pour passagers Le Lady of the Lake, magnifique navire à aubes du début du siècle dernier, avec une grande salle de bal au 1er. Présentement c’est un majestueux catamaran qui offre la croisière avec une restauration gastronomique et une vue panoramique avec un service 5 étoiles, le grand luxe sur le lac Memphrémagog : la partie spectacle est superbe et vous pouvez réserver les soirs de feux d’artifices sur le lac, c’est sublime. Vu d’ici sur la photo, nous sommes dans un sentier habituellement réservé pour les piétons mais, le restant de la vraie piste, qui commence 100 mètres plus loin, est asphaltée et d’assez bonne qualité. C’est tout près d’un endroit merveilleux dans le Parc pour y patiner en hiver, pour celles et ceux qui n’ont pas peur des bons vents du large : j’y ai d’ailleurs toujours patiné penché, un peu comme un skieur de fond, sans élégance, les bras croisés dans les dos, sur des patins usés mais solidement appuyé avec mes cuisses de cyclistes faites pour les longues enjambées. Si j’en profite tant, c’est que depuis l’arrivée des sentiers pour y pratiquer ce sport du patin, ces aménagements ont sauvé ma passion pour ce sport, que le hockey sans inspiration que je jouais, était en train de me faire perdre le goût de patiner. Possédant plutôt le style de Bob Gainey, je jouais avec le même sourire : avant défensif par manque d’habileté, moi qui était champion compteur au basket, pour la polyvalente, dure épreuve à laquelle j’allais mettre fin avant l’arrivée des sentiers./

http://www.youtube.com/watch?v=-lKg
http://www.youtube.com/watch?v=

/
En hiver, avec un kid comme Félix, on glisse un point c’est tout : il y a plus de liberté et de place à la créativité, surtout lui en planches. Je vais aussi en randonnée de ski de fond, la joie du skating en double-poussée sur le lac, me rappelant mes belles expéditions sur sa surface gelée : cela prend des conditions idéales mais alors, c’est devient spatial. Le lac blanc pour soi seul : mettez y des headphones et ainsi que votre musique préférée, c’est aussi bien qu’en Égypte pour le cosmique, on ajoute la cagoule et on est parti mon ami ! Maintenant, je suis redevenu amoureux du patin, tout en demeurant bien sagement sur le sentier balisé : sur le lac, on entend sous nos pieds, les bulles d’air, en bas, sous la glace, se déplacer et craquer, ce qui est totalement normal comme phénomène mais demeure épeurant à chaque fois, pour moi du moins : en patin, je m’ennuie cependant un peu de la double-poussée comme avec les bâtons de ski de fond. Mais avec des patins bien aiguisés en plus de mes jambes de cyclistes, c’est quand même assez surprenant les distances que l’on peut aller chercher, tout en demeurant sur le sentier glacé de 2.5 km. Ce que l’on peut accomplir avec l’idée qu’on est parti faire une ride : l’hiver dernier, j’ai dépassé les 20 km, une fois, aisément devrais-je dire, j’ai arrêté que j’en avais encore le rythme, que je n’étais guère plus fatigué quand je me suis arrêté, qu’après le 1er tour. Mais j’en ai eu mal pendant 3 jours après. Il faut s’entraîner progressivement, chacun sait mais quand il fait beau parfois on a le goût de s’éclater. Avec le soleil, un matin sans vent, et qu’il fait très froid comme en janvier, la glace y devient comme un miroir; le soleil s’y reflète; l’air cristallin agite faiblement les flocons qui tombent des arbres et qui brillent au soleil. Dans ce temps, le patin c’est aussi grisant que n’importe lequel sport : parti dans ta bulle, tu ne peux plus t’arrêter. Essayez, vous verrez : l’odomètre en revient pas !/

http://www.youtube.com/watch?v=

/

Pour le vélo, il y a plein de trucs pour stationner : plein de stationnements municipaux dont un payant au Parc de la Pointe Merry, les stationnements à parcomètres du Parc des Braves, le stationnement de l’Église Saint-Patrice, de l’école anglaise, près du McDo, le débarquadère sur la rivière Magog pour les embarcations à moteurs, enfin les places, cela ne manque et cela s’improvise assez bien, surtout en dehors de la saison touristique, comme à l’automne, sur la photo. C’est un parcours historique : on y voit les installations de la pisciculture. À l’époque du Lady of the Lake, on y élevait des truites saumonées pour ensemencer les lacs : on venait les chercher en hydravions pour les semer dans les lacs du nord du Québec. Elles se retrouvaient sur les tables du Château Frontenac lors de la visite du Gouverneur général ou de la Reine. Donc d’ici, la piste tourne à droite sur le pont : halte avant d’emprunter le pont, regardez à votre gauche vous verrez, passée le chemin de fer, la maison du fondateur de Magog, monsieur Raph Merry, juchée là, en haut sur la butte. De l’autre côté de la rue, aujourd’hui une charmante auberge brasserie, autrefois c’était la de maison A H Moore, un des pionniers de cette cité. Alors, rappelez-vous pour le vélo, lorsqu’il y a des feuilles accumulées dans les virages, elles peuvent cachées de mauvaises surprises : mouillées, elles sont plus dangereuses que la neige surtout sur les ponts de bois, dont vous verrez 2 très longs franchissant le sentier. De bonne heure le matin, les ponts sont traites et vous les trouverez étroits pour rencontrer. Le sentier, à Magog, sert à toutes les sauces : un, deux, trois chiens, c’est normal. Chercher pas à les éduquer, c’est dangereux. Coureurs et cyclistes de tout acabit. Les pêcheurs et les kids qui sautent une journée d’école, qui ne savent pas qu’ils sont sur une piste cyclable, en tout cas./

/

Si on ajoute quelques petits extras à la randonnée, comme de s’y rendre, par la rive, jusqu’à vis-à-vis des 3 Sister’s islands, je dirais que vous avez une randonnée dans les 30km : il y a deux barrages sur la rivière, à Magog, un derrière l’hôpital et devant le foyer, c’est celui du textile et puis il y a le barrage de La Grande Dam, comme à Amsterdam. C’est un beau jeu de mot, pour les affaires culturelles municipales mais c’est un endroit fort peu connu, situé à au moins 1 km en dehors de la piste cyclable. L’endroit donne des possibilités pour pêcher en paix, sans bâteau mais avec un permis: assez sportif comme lieu mais très naturel et ouvert, fréquenté par les initiés seulement, aucune installation touristique, peut être dangereux si vous êtes seul(e). /

/

La piste de la rivière Magog a reçu de bonnes notes de la Revue National Geographic : elle est classée parmi les plus belles au monde de sa catégorie de cyclotourisme, elle est très accessible. Comme vous verrez sont aussi les Estriens : si vous voulez prendre un ver le soir, allez rue principale ouest, entre le Central, style grosse bière puis ensuite Le Liquor Store, bien meilleure ambiance, plus beau monde, grande terrasse en été. De l’autre côté, l’hôtel Union, pour y débuter une partie de billard que vous terminerez au pub Le Billard, énorme, l’ancien théâtre. /

/

Vous pouvez, presque partout arrêter et photographier à loisir la faune et la flore comme les locaux d’ailleurs. Comme partout il y en a quelques originaux et des assez typiques, sur la rue Principale à Magog. D’ailleurs pour certains, j’en fais partie : en tout cas j’y roule plus que tout autre. On peut y faire la foire aussi; comme disent les italiens, il y a en plus du gentil farniente. La Pizzeria Johny et La Piazzetta sont des valeurs sûres. Je vous invite à venir voir les photos dans FANS DE VÉLO je vais essayer d’en mettre un peu aussi dans FANS D’HISTOIRE DE SPORT pour partir le tout./

/

Si vous venez à Magog, juste une fois dans votre vie : allez pique-niquer à la Pointe-Merry, juste en face du grand quai, arrêtez pour voir le navire : même que l’Orford Express y ralentit au passage, Le bateau sur le Memphrémagog, c’est ce que l’on a de mieux pour bercer les touristes, vous demeurez assis aussi : le vélo, c’est autre chose. Tout aller voir dans une demi-journée, c’est possible, faut être préparé à rouler : si vous voulez un guide, juste à m’écrire sur le mur de ma page au Grand Club./

/

À l’ouest, se trouve le Mont Orlord à moins de 10 km : au sud, l’île Charest qui appartient à Jean, les îles les Trois Sœurs, la chaîne des Appalaches qui va jusqu’à la frontière américaine, après on voit Olw’s Head puis Jay mais surtout, le Memphrémagog à moins d’un demi kilomètre de notre situation. Au nord, la rivière et le pont, puis le chemin de fer : on est comme aussi centre que possible. À gauche, derrière les arbres, il y a sur la butte la maison du fondateur de la ville, mais ca c’est une autre histoire./

/

Merci de votre lecture.

Luc Beaudry

Feed

Luc Beaudry a dit...

C'est la piste ou je passe à tous les jours: pour partager avec vous !

unomacameau a dit...

simplement merci pour joe dassin et les videos
prendre conscience de ce qui nous entoure que c est beau la nature et d avoir du plaisir

gino a la prochaine

Luc Beaudry a dit...

FEELX013

Merci fiston, il devraît y avoir une image avec la Pointe Merry, le pont qui emjambe la rivière...

Je ne peux pas downloader le tout, pas la bonne dimension, too bad j'ai écrit le blogue avec cettte idée en tête.

feelx013 a dit...

Nous sommes si chanceux d'avoir des coins de paradis dans les environs.. on dirait presque qu'on s'en rend plus compte que c'est beau quand on le voit en photo ou en video, c'est bizzzare ...bref bonn billet :)

noully a dit...

Bon billet mon ami!!

Je vais suivre ton conseil pour le pique-nique et une bonne marche,histoire d'accepter l'invitation de la nature.
Merci Luc pour le partage et franchement j'apprécie le voyage!!

Encore une fois,bonne fin de semaine!

vickie6535 a dit...

bon billet Luc...la double poussée?...ah bien, voilà ce qu'il me manquait probablement pour apprécier davantage le ski de fond...quand j'y pense aujourd'hui, je me dis que j'aurais bien aimé pouvoir faire différents sports lorsque j'étais jeune, question de voir si j'avais été bonne dans l'un d'eux...il n'y avait à peu près que la bicyclette qui m'était possible de faire, mon père n'ayant jamais voulu débourser quelques sous que ce soit pour l'achat de patins ou d'équipement quelconque...de plus, nous n'avions pas d'auto et demeurions en campagne...le village était bien loin...j'ai bien, comme toi, repasser devant la maison de mon enfance, qui fut déménagée lorsque nous avons été exproprié parce que l'autoroute A-40 s'en venait...belle aventure de ta part, n'utilises pas trop les headphones et écoutes les bruits de la nature...lol...

vickie6535 a dit...

(suite)
p.s.: trois jours à m'en remettre...lol...c'est exactement ce qu'il me faut après chaque première ronde de golf de l'année au printemps...les muscles n'ont pas travaillés forts durant l'hiver...
p.s.2.: je ferai lire ton billet à l'un de mes deux frères...il a demeuré à Magog pendant quatre ans...
p.s.3.: je repasserai voir ton billet ce soir, de chez moi...au bureau, je n'ai pas accès aux vidéos...d'ailleurs, je ne vois pas l'image non plus...

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010