vickie6535

vickie6535

Femme | 53 ans
Québec

293
coéquipiers
129
abonnés


visites

Math! pis c'est dessus?
140 caractères

Dernière connexion:

Minimiser
Mur de commentaires
Minimiser
Mots-clés populaires
vickie6535; canadien; série argent; le trophée calder; john quilty; bernard geoffrion; ralph backstrom; bobby rousseau; jacques lapperière; et ken dryden vickie6535; canadien; série argent; le trophée jacques beauchamp; brandon prust; josh gorges; craig ludwig; mike mcphee; benoit brunet; mark streit vickie6535; canadien; série bleue; la boîte; la première télévision vickie6535; canadien; série bleue; la pause; ma grand-mère; centre pour personnes âgées; résidence d'accueil vickie6535; canadien; série bleue; la quasi-perfection; record 60 victoires; record 8 défaites; record 132 points au classement vickie6535; canadien; série bleue; le concours; camelot; jean-guy talbot; aréna jean-guy talbot vickie6535; canadien; série bleue; le vendredi saint; la bataille du vendredi saint; the good friday massacre vickie6535; canadien; série bleur; l'itinérant vickie6535; canadien; série orange; la mi-saison 2014 vickie6535; canadien; série orange; la prédiction 2014 vickie6535; canadien; série orange; le conte; conte du canadien pour les enfants vickie6535; canadien; série orange; les bulldogs 2014 vickie6535; canadien; série orange; les mascottes; youppi; carlton; blades; harvey; sabretooth vickie6535; canadien; série orange; les prospects 2013; galchenyuk; leblanc; bournival; collberg; gallagher; holland; kristo; hudon; beaulieu; tinordi; thrower; st-denis; ellis; dietz; nash vickie6535; canadien; série pourpre; l'ouverture; la pré ouverture; la coupure du ruban; cérémonie d'ouverture du centre molson; le premier match; journée portes ouvertes vickie6535; canadien; série pourpre; la ruse; repêchage nhl 1971; guy lafleur; sam pollock vickie6535; canadien; série pourpre; le chandail; différents chandails portés par les canadiens vickie6535; canadien; série pourpre; le déménagement; maurice rockey richard; 28 décembre 1944 vickie6535; canadien; série pourpre; le numéro; numéros portés par les joueurs des canadiens vickie6535; canadien; série rouge; l'annonçois; légendes des canadens; joseph ernest roger léger vickie6535; canadien; série rouge; l'operaphile; légendes des canadens; william paul joseph haynes vickie6535; canadien; série rouge; la fierté de galt; légendes des canadiens; raymond ray getliffe vickie6535; canadien; série rouge; le celibataire; légendes des canadiens; wildor larochelle; les beaux brummels vickie6535; canadien; série rouge; le corbeau; légendes des canadiens; albert bert corbeau; le wawinet; le but gratis vickie6535; canadien; série rouge; le fantôme; légendes des canadiens; joe malone; phantom joe vickie6535; canadien; série rouge; le jumeau; légendes des canadiens; james odie cleghorn; système à trois lignes vickie6535; canadien; série rouge; le remplaçant; légendes des canadiens; wilf cude vickie6535; canadien; série rouge; le souffre-douleur; légendes des canadens; david glen harmon vickie6535; canadien; série rouge; le ti-nomme; légendes des canadens; joseph normand ti-nomme dussault vickie6535; canadien; série rouge; le tomcat; légendes des canadens; thomas christian tomcat johnson vickie6535; canadien; série sarcelle; le colisée pepsi vickie6535; canadien; série sarcelle; le forum de montreal vickie6535; canadien; série tricolore; la coupe stanley 1930; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1911-1912 (2); l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1913-1914; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1914-1915; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1917-1918; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1918-1919; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1921-1922; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1922-1923 (2); l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1922-1923; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1923-1924; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1924-1924; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1925-1926; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série tricolore; la saison 1926-1927; l'histoire prestigieuse et glorieuse du canadien vickie6535; canadien; série verte; l'intérêt; le canadien en classe; décrochage scolaire vickie6535; canadien; série verte; la folie; arbre enchanté de place laurier; chevaliers de colomb; noel vickie6535; canadien; série verte; le cancer; retour de saku koivu; lymphome hodgkinien vickie6535; canadien; série verte; les enfants; le festifan vickie6535; canadien; série verte; les idoles; kuujjuaq; kuujjuarapik

la saison 1919-1920 (2)...

Vues: 7 votes
152384_large

Début de la grande histoire: le faux depart…
Ce billet est la suite de: la saison 1919-1920…

Depuis que la NHL eut prit la décision de diviser son calendrier en deux demies saisons, lors de la saison 1916-17, LE Canadien avait réussi à terminer au premier rang de la première demie saison à chaque fois, pour ensuite s’effondrer en deuxième demie saison... Cette saison, les Senators représentaient une bien forte opposition, mais le positivisme régnait chez la majorité des partisans... « LE Canadien va à nouveau remonter la pente, remporter le championnat de la première demie saison, s’effondrer lors de la deuxième demie saison, battre les Senators lors de la finale de la NHL, puis gagner la Coupe Stanley dans son tout nouvel aréna... »... pensait-on…

LE Canadien remporta une autre partie chez lui, alors que les St-Patricks étaient en visite, et demeurait à une partie des Senators qui avaient battu les pauvres Athletics, mais trois jours plus tard, la situation devint intéressante : LE Canadien profita de trois buts de Corbeau, à Québec, et rejoint les Senators, surpris à Toronto, au premier rang... Le sentiment que le vent changeait du bon côté s’accentuait…

LE Canadien enregistra une cinquième victoire consécutive chez lui, 4 à 3 contre les Athletics, grâce à un but de Lalonde à la quatrième minute de jeu en prolongation, et les Senators disposèrent facilement des St-Patricks, 7 à 0... La table était mise, la dernière partie de la première demi-saison allait déterminer le champion…

Plus de 7300 spectateurs se massèrent au « patinoir » Dey d’Ottawa, pour assister à la rencontre sans lendemain... Chacun d’eux en eut pour son argent : les joueurs des Senators furent sans merci pour ceux DU Canadien... Darragh ouvrit le pointage en première période, puis Boucher, Nighbor et à nouveau Nighbor, portèrent la marque à 4 à 0... Cleghorn marqua pour LE Canadien, puis Broadbent ajouta au total des Senators en fin de deuxième période, puis une autre fois en tout début de la troisième période... 7 à 1, 7 à 2, 8 à 2, 9 à 2, 10 à 2, LE Canadien n’était plus dans le coup... Les Senators remportèrent facilement cette partie, 11 à 3, et s’assurèrent une place en finale de la Coupe Stanley... Le même soir, Joe Malone, des Athletics, marqua sept buts, un record, dans une rare victoire de son équipe, 10 à 6, face aux St-Patricks, à Québec... Un huitième but lui fut même refusé à cause d’un hors jeu appelé par l’arbitre…

Le meilleur club avait définitivement gagné... Pour le président Kennedy, la partie que LE canadien avait du jouer à Ottawa, alors que l’aréna n’était pas prêt, avait fait toute la différence : « Si nous avions joué ici au lieu d’aller rencontrer l’Ottawa chez lui nous aurions certainement gagné cette partie et nous serions champions aujourd’hui... »... LE Canadien avait gagné chacune des cinq parties disputées à l’aréna Mont-Royal, même celle ou IL avait accueillit les Senators…

Tous les espoirs reposaient maintenant sur la deuxième demie saison, et LE Canadien n’entendait pas manquer son coup... IL alla battre les St-Patricks, 6 à 5, chez eux, puis profita du fait qu’IL était chez lui, pour se moquer des Athletics, 6 à 2... Une femme, probablement partisane des Athletics, s’en prit à Lalonde... Suite à une dispute à coups de poings entre Lalonde et Brophy, gardien de buts des Athletics, l’arbitre chassa Lalonde du match, qui sortit de la glace et alla s’asseoir sur le banc des officiers, à côté du pénitencier... C’est à ce moment que la femme s’approcha de Lalonde et commença à l’injurier et à tenter de le frapper, au travers le grillage destiné à protéger les joueurs…

Les Senators disposèrent des Athletics et se butèrent aux St-Patricks, laissant LE Canadien premier de la ligue... Puis ce fut un autre voyage à Ottawa, ou LE Canadien réussit à offrir une performance magistrale, mais insuffisante... Privé d’Arbour qui dut s’absenter pour aller au chevet de sa jeune sœur mourante, LE Canadien s’inclina 4 à 3... Lalonde fut, cette fois, prit à partie par des spectateurs qui lui lancèrent des…citrons…

Rien n’était perdu... LE Canadien revenait chez lui, ou IL était maître, et était suivit dans le même train par les Senators, qui étaient les prochains visiteurs... Lalonde ouvrit le pointage, Cleghorn égalisa la marque pour les Senators, Arbour permit AU Canadien d’entreprendre la deuxième période avec une avance d’un but, mais Nighbor fut le seul marqueur de la deuxième période... Il fallut attendre à la deuxième minute de prolongation avant que Denneny permette aux Senators d’infliger la première défaite DU Canadien chez lui, à l’aréna Mont-Royal... Les Senators étaient à nouveau premiers…

Le président Kennedy eut beau se plaindre au président de la ligue, puisque celle-ci avait décidé d’envoyer un arbitre de Toronto, plutôt que celui qui avait l’habitude d’officier à Montréal, et puisque celui-ci avait semblé « avantager » les Senators dans ses décisions, mais rien n’allait être fait... La même vieille situation des arbitres canadiens français refaisait surface saison après saison... Il fallait toutefois se rendre à l’évidence que les Senators représentaient une équipe probablement plus forte, peut être même trop forte…

Les Athletics acceptèrent de prêter l’ailier droit Jack Coughlin AU Canadien, le 18 février 1920, mais celui-ci n’allait pas changer la situation : LE Canadien s’écrasa 8 à 2, chez lui, face à des St-Patricks plus que coriaces, puis alla perdre à Québec, 8 à 7 en prolongation, pendant que Lalonde devait rester à Montréal, malade de la grippe... Il fit le voyage à Ottawa, ou LE Canadien était attendu de pied ferme, et fut épargné par la foule qui conserva ses citrons pour Corbeau... LE Canadien revint perdant, 6 à 3, et retourna Coughlin aux Athletics…

Le temps allait manquer AU Canadien, le championnat de la deuxième demie saison lui échappait... IL reçu les Athletics et les battit 8 à 6, puis se rendit à Québec pour y disputer une rencontre qui allait passer à l’histoire pour le plus grand nombre de buts marqué par une équipe : LE Canadien pulvérisa les Athletics 16 à 3... Lalonde marqua quatre buts, Pitre et Cleghorn en marquèrent trois, le défenseur Arbour se « contenta » de deux buts, et le défenseur Cameron devint le premier joueur de la NHL à revendiquer deux parties de quatre buts en carrière...

Quelques jours plus tard, LE Canadien recevait les Senators pour la partie de la dernière chance : IL ne devait plus perdre, et les Senators ne devaient plus gagner... Comme cela avait été le cas lors de la dernière visite des Senators à Montréal, la partie fut chaudement disputée, et LE Canadien ne fut jamais déclassé... Mais Nighbor trancha le débat à la troisième minute de prolongation, permettant aux Senators de remporter une huitième victoire consécutive et de devenir la première équipe à remporter à la fois la première et la deuxième demie saison... Les Senators étaient double champions…

LE Canadien se moqua ensuite des St-Patricks, 7 à 2 chez lui, grâce à trois buts de Lalonde, mais les St-Patricks rendirent la pareille AU Canadien, 11 à 4 chez eux... La saison était terminée, LE Canadien terminait troisième et rentrait chez lui après trois participations à la finale de la Coupe Stanley lors des quatre dernières saisons…

Si la lutte pour le championnat s’était terminée rapidement, celle entre Lalonde et Malone, des Athletics, pour le championnat des marqueurs avait été bien intéressante... Ce dernier y alla d’une performance de six buts, le 10 mars, dans une victoire des Athletics, chez eux, face à des Senators probablement déjà « un peu en vacance », et remporta la lutte grâce à trente neuf buts, deux de plus que Lalonde... Nighbor, des Senators, termina troisième avec une récolte de vingt six buts…

Clint Benedict fut sans contestation le meilleur gardien de la présente saison... Il n’alloua que 64 buts en vingt quatre parties pour une moyenne de 2,66 buts alloués par match... Ivan Mitchell, des St-Patricks se classa deuxième, à 4,34, alors que Vézina dut se contenter du troisième rang, ayant alloué 113 buts pour une moyenne de 4,66…

Les Senators montraient une fiche cumulée de dix neuf victoires et seulement cinq défaites, alors que LE Canadien ne totalisait que treize victoires, que les St-Patricks en comptaient douze, et que les pauvres Athletics n’en montraient que quatre... LE Canadien avait marqué plus de buts, 129 contre 121 pour les Senators, mais la défensive des Senators s’était illustrée n’accordant que 64 buts contre 113 pour celle DU Canadien... La principale différence s’était, en fait, situé au niveau des parties disputées entre LUI et les Senators : ceux-ci pouvaient se vanter d’avoir remporté sept des huit duels entre les deux équipes…

La finale de la Coupe Stanley de 1920 se mit en branle le 22 mars 1920, entre les Senators et les Metropilitans de Seattle, à nouveau champions de la Pacific Coast Hockey association (PCHL)... Deux équipes à l’uniforme semblable : celui des Metropilitans étant orné de rayures horizontales rouges et vertes, celui des Senators montrant des rayures horizontales rouges et noires... Les Senators acceptèrent donc de jouer vêtus d’un jersey blanc...

William Foran, fiduciaire de la Coupe Stanley, déposa la rondelle entre les centres Frank Nighbor et Frank Foyston, pour ouvrir la série « trois victoires au meilleur de cinq parties », jouée selon les règlements de la NHL pour les parties impaires, et ceux de la PCHL pour les parties paires... Les Senators remportèrent la première partie 3 à 2, puis la seconde 3 à 0... Intraitable, et souvent couché devant ses buts, Benedict n’accorda aucune chance aux Metropolitans, qui répliquèrent toutefois par une victoire de 3 à 1, sur une glace devenue très molle dut au temps chaud des premières journées printanières…

Les présidents des deux ligues, et ceux des deux équipes s’entendirent à ce que la série finale soit poursuivie à l’Aréna de Toronto... Les Metropolitans profitèrent de la glace artificielle, lisse et dure, pour remporter la partie, 5 à 2, et égaler la série et forcer une partie suicide... Les Senators ne s’en laissèrent cependant pas imposer et répliquèrent par une victoire décisive, au compte de 6 à 1...

Chacun des joueurs des Senators reçu 390$ pour la série, alors que ceux des Metropolitans reçurent chacun 328$... Les Senators ne gravèrent pas leur nom sur le précieux trophée... Quand celui-ci fut redessiné en 1948, l’inscription « 1920 Ottawa Senators » fut ajoutée...

suite: la saison 1920-1921 (2)…

Références:
Diverses éditions quotidiennes du journal La Presse, du 1er novembre 1919 au 30 avril 1920

Feed

Bruno Jobin a dit...

Moi je verrais tres bien une finale dans quelques années entre les Sénateurs d'Ottawa et la future équipe de Seattle. Ca serais superbe de voir 2 vrais marchés de hockey en finale de la Coupe Stanley!!!

Avec la collaboration du Fonds Bell  |  Termes et conditions  |  Code de conduite  |  Contactez-nous
© RDS.ca 2010